ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Oscar Temaru : « on pose la question de la démocratie »

Oscar Temaru durant le Congrès © Damien HELENE

Oscar Temaru durant le Congrès © Damien HELENE

Ce week-end, le Tavini Huiraatira organisait son congrès au motu Ovini, à Faa’a. L’occasion de revenir sur le bilan moral, politique et financier de 2008 à 2013.

Pour Oscar Temaru, le leader de l’UPLD,  se pose tout d’abord « la question de la démocratie ». Il s’interroge en effet sur la légitimité démocratique de Gaston Flosse alors que la Cour de cassation a examiné mercredi la demande de dépaysement souhaitée par les avocats du président du pays dans l’affaire Haddad-Flosse.

A l’approche des élections municipales, le leader du parti indépendantiste est également revenu sur la modification du Code général des collectivités et la stratégie adoptée pour les élections.

Malgré la pluie, les sympathisatisants ont fait le déplacement © Damien HELENE

Malgré la pluie, les sympathisants ont fait le déplacement © Damien HELENE

La question d’États fédéraux a également été évoquée : « nous vivons quand même dans un pays aussi vaste que toute l’Europe. Pourquoi ne pas laisser certaines responsabilités aux élus des différents archipels ? », s’est-il interrogé.

Article précedent

Chute dangereuse de pierre à Papara

Article suivant

Journal de 7:30 le 21/10/13

3 Commentaires

  1. Léon Tautu Céran Jérusalémy
    21 octobre 2013 à 15h44 — Répondre

    Je trouve que l'idée d'Etat Fédérale serait un bonne chose, cela permettrait à chaque région de se prendre main, et l'association "Raromatai no Raromatai", présidé par mon ami Josiah Bordes, en avait fait son cheval de bataille !
    Malheureusement, c'était trop avant gardiste pour être pris au sérieux, mais mieux vaut tard que jamais!

  2. 21 octobre 2013 à 17h44 — Répondre

    J'envoie le compte-rendu de l'audience à laquelle j'assistais à Paris à la cour de cassation le 15 octobre 2013 sur simple demande à [email protected]

  3. 21 octobre 2013 à 18h16 — Répondre

    C'est une grande confusion qui règne dans les esprits du Tavini : la démocratie se manifeste lors des élections et tant que la justice n'a pas condamné un élu, la légitimité de celui-ci ne peut être mise en question. Quant à la décentralisation, que ne l'a-t-on mise en place quand l'Upld dirigeait le pays. La Communauté de Communes des Iles Marquises est un grand pas vers le transfert des décisions, sous le contrôle du Pays et de l'Etat, vers les archipels. Mais on peut s'étonner qu'un homme si souvent mis en cause dans des dossiers judiciaires occupent de si hautes fonctions. Mais, c'est la démocratie qui l'exige, la justice doit se faire dans la sérénité. Attendons donc, cela ne devrait plus tarder.

Laisser un commentaire

PARTAGER

Oscar Temaru : « on pose la question de la démocratie »