ACTUS LOCALESJUSTICE

Douze heures de garde à vue pour Oscar Temaru

© Vaite Urarii-Pambrun

Le président du Tavini Huiraatira et maire de Faa’a, Oscar Temaru, le président de l’association Te Reo o Tefana, Heinui Le Caill, et son prédécesseur, Vito Maamaatuaiahutapu, ont été placés en garde à vue jeudi matin à la section de recherche de la gendarmerie de Papeete dans le cadre de l’enquête préliminaire pour « détournement de fonds publics » dans l’affaire Radio Tefana. Tous les trois sont ressortis libres dans la soirée. Le parquet de Papeete doit maintenant décider des suites à donner à cette enquête.

Comme révélé au début du mois par Radio 1, le président du Tavini Huiraatira et maire de Faa’a, Oscar Temaru, a répondu jeudi matin à 8 heures à sa convocation à la gendarmerie, avenue Pouvana’a, dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte pour « détournement de fonds publics » dans l’affaire Radio Tefana.

Le président de l’association Te Reo o Tefana, qui gère la radio communale, Heinui Le Caill, et son prédécesseur, Vito Maamaatuaiahutapu, se sont également présentés à la gendarmerie pour être entendus par les enquêteurs sur les conditions de l’exploitation de cette radio.

Oscar Temaru est arrivé très serein à la gendarmerie. « Personne ne doit être au-dessus des lois (…), nous les élus, ceux qui mènent le peuple, devons être l’exemple », a réagi Oscar Temaru, « je viens ici la conscience tranquille ».

Selon nos informations, Oscar Temaru a ensuite été placé sous le régime de la garde à vue. Une procédure qui signifie que pour les enquêteurs, il « existe une ou plusieurs raisons plausibles de soupçonner » que le maire de Faa’a a commis un délit dans l’utilisation à des fins politiques de la radio communale.

Dès 15 heures, quelques militants du Tavini se sont postés devant la gendarmerie. Heinui Le Caill et Vito Maamaatuaiahutapu sont sortis libre vers 17 heures. Oscar Temaru n’est sorti, également libre, qu’à 20h30.

Sous les chants des militants du Tavini et de quelques personnels de la mairie de Faa’a, Oscar Temaru est sorti fatigué. « Cela a été long, mais ce sont des professionnels, ils ont fait leur boulot », a déclaré le maire de Faa’a, ému aux larmes devant ses militants.

Oscar Temaru a brièvement expliqué avoir été interrogé sur « les subventions qu’on donne à la radio, comment elles sont utilisées, (…) c’est la procédure ». Le leader du parti indépendantiste a assuré que le pluralisme politique était respecté sur Radio Tefana, que la radio diffuse les fêtes de l’église, celles des écoles ou encore les festivités de Matarii i ni’a. Il affirme donc que la radio est dirigée indépendamment de son parti. « Ce n’est pas la radio du Tavini Huiraatira ».

Oscar Temaru a enfin fait le parallèle avec l’affaire Radio Maohi, qui a valu une condamnation à Edouard Fritch pour prise illégale d’intérêts et qui est à l’origine de la reprise de la procédure judiciaire de l’affaire Radio Tefana. Il assure qu’il ne s’agit pas de la même situation, où un membre de Radio Maohi, Gustave Heitaa, était rémunéré par contrat à l’assemblée.

L’enquête préliminaire portant sur l’affaire Radio Tefana touche maintenant à sa fin. Les réponses obtenues en garde à vue et les éléments recueillis au cours de l’enquête vont être transmis au parquet de Papeete. Le procureur décidera ensuite de la suite à donner au dossier.

Il peut classer l’enquête sans suite, demander l’ouverture d’une information judiciaire pour qu’un juge d’instruction procède à de nouvelles investigations, ou encore convoquer directement les protagonistes de cette affaire devant un tribunal correctionnel.

Article précedent

Heinui Le Caill : « J’ai essayé de leur expliquer que la question antinucléaire dépasse la radio et le Tavini »

Article suivant

Le journal de 7h30, le 30/11/2018

11 Commentaires

  1. tam
    29 novembre 2018 à 13h51 — Répondre

    Quel acharnement de l’ Etat français!!, mais c’est trop flagrant, d’abord G.Flosse écarté de la scène politique puis O.Temaru… Mais qu’est que cela signifie?

    • Yann
      29 novembre 2018 à 19h12 — Répondre

      encore un coup des Russes ?

    • Guy
      30 novembre 2018 à 13h48 — Répondre

      HAHA c’est un peu comme si tu disais que les voleurs, violeurs, escros … multi récidivistes subissaient l’acharnement de l’Etat. Les « mauvais » élèves de la classe qui chap, qui fument, qui insultes, qui se battent avec les autres élèves subissaient l’acharnement des méchants prof!!! FAUT PAS DIRE N’IMPORTE QUOI. Il me semble en plus que le camp Fritch n’est pas épargné par les poursuites judiciaires…donc il est où l’acharnement? Nul part! La ou les malins magouillent le loi fini par les rattraper… merci à la justice. Elle n’est pas parfaite, elle fait des erreurs…mais reste le seul vrai garant de nos libertés!

  2. HEIPUA
    29 novembre 2018 à 18h13 — Répondre

    Tam

    Cela signifie que personne n’est au dessus des lois
    Emile, Gaston et Oscar à moins qu’il ne soit demi dieu et qu’il puisse transgresser les règles édictées par la communauté.
    Rassure toi avant d’être condamné il est présumé innocent.
    Parahi
    Heipua

    • SHIRO
      30 novembre 2018 à 7h12 — Répondre

      Heipua, et pourtant y a quelques années la condamnation de cyril n’a pas été appliquée, il doit être un demi dieu alors car règle transgressée.

  3. maraamu
    29 novembre 2018 à 20h23 — Répondre

    Il est interdit aux esclaves de se libérer de leurs maîtres même si ceux-ci ont pour devise liberté, égalité, fraternité.
    Toute tentative sera réprimée et la vie des contrevenants sera pourrie par tous les artifices judiciaires mise à la disposition des maîtres.
    Aucune liberté n’est gagnée sans combat.

  4. kach
    30 novembre 2018 à 5h22 — Répondre

    Le miliardaire qui pleure quel triste sir ……… flosse et lui aime trop le fric et évidemment le pouvoir

  5. 30 novembre 2018 à 6h05 — Répondre

    C’est pathétique, tous ces fidèles inconditionnels venus supporter Oscar Temaru comme ci ce dernier avait été enfermé et mis à mal par les gendarmes. Mr Temaru a été convoqué pour éclaircir des points où subsistent des doutes quant à l’utilisation et l’origine des subventions, c’est tout. De là a venir chanter et prier pour leur gourou, c’est pas un peut trop en faire ?
    « « Cela a été long, mais ce sont des professionnels, ils ont fait leur boulot », a déclaré le maire de Faa’a, ému aux larmes devant ses militants. » Quelle comédie !
    Ah oui et Le Caill qui nous sort la question anti-nucléaire, n’est-il pas un peu hors sujet dans cette affaire ?

  6. PAT
    30 novembre 2018 à 6h21 — Répondre

    il y a plus malheureux comme esclave Oscar n’est pas une victime il réponds de ces actes et comme il dit être serein ou est le problème Oscar à beaucoup de défauts mais il a assez d’argent pour ne pas tremper dans ce genre de magouilles

  7. Tico
    30 novembre 2018 à 10h31 — Répondre

    Ahhh encore du made in chancellerie. Personne n’est dupe, c’est la même règle qui a toujours existé des personnalités au pouvoir en place. Oscar comme Gaston ont toujours su et accepté les règles du jeu. Certains y sont moins habiles à l’image d’un certain shérif, alors que d’autres semblent plus doués d’après shiro… Ils y jouent souvent en borderline, d’où parfois ils se font rattraper par la patrouille :), mais le fond de la raison a toujours été, est, et restera l’implication de la chancellerie, et donc du pouvoir en place. Ce jeu est aussi vieux que le monde. Si tu n’en acceptes pas les règles, tu n’y joues pas.

Répondre à PAT Annuler la réponse.

PARTAGER

Douze heures de garde à vue pour Oscar Temaru