AFPINTERNATIONAL

Panique des marchés sur des craintes d'une présidence Trump

Tokyo (AFP) – Avec un sentiment de déjà-vu cinq mois après le Brexit, les places financières s’affolaient mercredi par crainte d’une victoire de Donald Trump aux États-Unis, tandis que le dollar chutait et le peso mexicain tombait à son plus bas niveau historique.

« C’est une hécatombe sur les marchés alors que Trump se rapproche de la Maison Blanche », a résumé dans une note Craig Erlam, analyste chez Oanda. 

Tout avait pourtant bien commencé, mais au fil du décompte des résultats le suspense a progressivement tourné à l’avantage de Donald Trump, candidat sans aucune expérience, ouvrant la voie à un séisme politique qui plongerait les États-Unis et le monde dans une très grande incertitude.

« On s’aventure complètement dans l’inconnu parce qu’on ne sait simplement pas quel type de président il serait. Sera-t-il le populiste de la campagne électorale, qui a menacé de faire taire ses opposants, de censurer les médias, de construire un mur à la frontière et de lancer une guerre commerciale internationale? Ou peut-il se muer en homme d’État capable de gouverner de manière plus mesurée? », s’interroge Paul Ashworth, de Capital Economics.

Sur les marchés, la nervosité a rapidement cédé la place à la panique. A la Bourse de Tokyo, l’indice vedette Nikkei, pourtant confiant en début de matinée, a chuté de 5,36% à la clôture, incitant le ministère des Finances et la Banque du Japon (BoJ) à convoquer une réunion d’urgence.

Sydney a fini en recul de près de 2%, Hong Kong lâchait plus de 3%, Sydney 2% et Bombay jusqu’à 6%, affecté en outre par une annonce choc du gouvernement indien pour lutter contre l’argent noir.

Aux États-Unis, les contrats à terme sur les deux principaux indices du marché – qui donnent une indication de l’ouverture à venir – décrochaient aussi, de 5%, tandis qu’à Londres ils perdaient 4,44%.

De leur côté, toujours d’après les contrats à terme, les Bourses européennes étaient parties pour chuter de près de 4%.

« Pour la seconde fois cette année, il semble que les marchés aient livré de mauvais pronostics. En juin, ils avaient tablé sur un maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union européenne, cette fois ils pariaient sur une issue favorable avec la victoire de Clinton, et ils ont peut-être eu tort », a souligné M. Erlam.

– Le peso dans les limbes, l’or prisé –

Même fébrilité du côté des devises: le dollar fléchissait à 102,51 yens vers 07H00 GMT contre 105,14 yens mardi vers 21H00 GMT. Idem face à l’euro qui grimpait à 1,1192 dollar contre 1,1020 dollar mardi.

Mais c’est la monnaie mexicaine, baromètre de l’opinion des marchés ces dernières semaines sur l’issue du scrutin américain, qui a dévissé le plus, tombant en fin de matinée à Tokyo à 20,7818 pesos pour un dollar, son plus bas niveau historique, contre 18,1634 pesos un peu plus tôt, soit une amplitude de 14%.

Le Mexique redoute un succès de Donald Trump, du fait des menaces du milliardaire de renégocier les accords de libre-échange, d’expulser des États-Unis des millions de migrants illégaux et de faire payer le voisin du sud pour la construction d’un mur sur leur frontière commune.

« L’élection est cruciale non seulement pour le peso mexicain, mais pour le Mexique », a commenté pour l’agence Bloomberg News Juan Carlos Rodado, spécialiste de l’Amérique latine chez Natixis à New York. « Ce scrutin pourrait déterminer l’avenir des échanges entre les deux pays et remettre en question 20 ans d’intégration économique ».

Dans ce contexte, l’or, valeur refuge, s’est nettement apprécié, à 1.337,38 dollars l’once, contre 1.268,30 dollars en début de matinée. Les investisseurs se précipitaient aussi sur les obligations d’État jugées sûres: l’afflux de demande provoquait une baisse du rendement des bons du Trésor américain à 10 ans, alors que celui des obligations japonaises glissait en terrain négatif et que les dettes allemande et française étaient également plébiscitées.

Autre victime de Trump, les cours du pétrole fléchissaient bien que modestement. « Ils s’effondreront s’il est élu », a prédit Hong Sung Ki, expert de Samsung Futures basé à Séoul. Le cas échéant, « l’impact sera plus fort que le Brexit. Les actifs à risques, comme le pétrole, plongeront ».

Après le choc initial, « on peut s’attendre à une accalmie sur les marchés, en écho à ce qui s’est passé après le vote du Brexit », pronostique cependant Capital Economics. « Mais Trump étant imprévisible, un risque d’explosion pourra surgir à tout moment dans les mois et années à venir ».

Des traders suivent les cours boursiers et les résultats de la présidentielle américaine, le 9 novembre 2016 à Tokyo. © AFP

© AFP BEHROUZ MEHRI
Des traders suivent les cours boursiers et les résultats de la présidentielle américaine, le 9 novembre 2016 à Tokyo

8bbf585bd91a6a5f36e240d9cb267fe0136e5f33
Article précedent

Au Maroc, "l'eau solaire" pour faire aider les paysans

ecfe583cf05481a9e193ae6187be1ef45de55446
Article suivant

Après le suspense, les partisans de Trump euphoriques

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Panique des marchés sur des craintes d'une présidence Trump