EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

« Papios » : il ne suffit plus de cacher la misère … – Edito 08/06/2017

Depuis quelques jours le site de Outumaoro – en contrebas de la RDO lorsque vous arrivez sur Punaauia – est investi par des forains qui se trouvant à l’étroit du côté de Vaitupa sont en train d’y installer leurs stands et leurs attractions.

J’avais déjà eu l’occasion ici il y a deux ans après une visite aux fameux papios de vous dire à quel point la vétusté des manèges sur lesquels j’étais moi-même déjà monté étant petit, et l’allure générale, pouvaient laisser pantois. Je concluais en disant malgré tout que tant que ça procurait du rêve et de l’évasion à des tous petits, c’était l’essentiel.

Mais quand même, pour un truc qu’on ressort tous les ans, n’y a-t-il rien d’autres que des vieux préfabriqués vermoulus, des assemblages de contre-plaqué mal peint, quand c’est peint ? Je veux bien que les temps soient durs mais à un moment donné et quitte à passer pour le farani fauru de service – que je ne suis pourtant pas – pendant combien d’années encore faut-il se la fermer et ne pas reconnaître qu’on dirait une fête à neuneus tiers-mondiste ? Je ne suis pas le genre à ne vouloir que du parc à thème de classe internationale sinon rien, je sais me contenter de peu mais à condition que ça ait un minimum d’allure. Au Fenua quitte à frôler l’indécence on estime que le peu n’est pas l’ennemi du mieux, il s’y substitue sans état d’âme. Comme si certains professionnels se disaient que parce que les petits tahitiens modestes ne risquaient pas de visiter une fête foraine ailleurs de sitôt, alors autant continuer à faire du bric et du broc crade, ils penseront que c’est la norme.

Mais non, ça ne l’est pas. Alors puisque les uns et les autres sont en pleine installation, et qu’à la descente de la RDO on ne voit peut-être encore que l’envers du décor (qu’on a le droit de soigner aussi), qu’un effort soit fait ! Si les enfants peuvent ne pas voir, ils y sont rarement sans des adultes qui les accompagnent et qui sont d’année en année plus vigilant à leur environnement surtout quand il s’agit de sortir de l’argent pour payer des tours. Si les parents n’ont plus envie d’aller se perdre dans des bouisbouis, fatalement, moins d’enfants fréquenteront les attractions.

Alors on peut tenter de faire du cache misère encore et encore en mettant couche de peinture sur couche de peinture, sauf qu’à un moment donné l’illusion ne fonctionne plus. A trop tirer sur la corde de la crédulité et du facilement contenté on écorne la part de rêve. Les petits méritent mieux que ça.

Article précedent

Achards de crevettes

Article suivant

JOURNAL DE 07:30 LE 08/06/17

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

« Papios » : il ne suffit plus de cacher la misère … – Edito 08/06/2017