EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Parc à poissons de la marina de Papeete : le malaise – EDITO 11/01/2017

Depuis quelques jours une pétition s’insurgeant contre le parc à poissons de la marina de Papeete est en ligne. La biologiste qui en est à l’origine n’est donc absolument pas de l’avis de son confrère qui défendait la bonne santé de ces animaux hier soir à la télé. Le 4 octobre dernier je consacrais un édito à ce que je qualifiais déjà de fausse bonne idée.

Nous les humains, nous sommes vraiment une espèce étrange. A écouter les spécialistes, emprisonner des poissons en bord de rade attirerait donc plus de touristes. On part ainsi du principe que potentiellement, il y ait des gens qui se déplaceraient davantage vers notre destination parce que l’on parque des poissons de lagons sur 40m, dans un enclos moche fait de grillage basique, là où ils ne vivraient pas d’eux-mêmes. La Polynésie a moins de 4000km2 de terres émergées pour une superficie totale de 5,5 millions de kilomètres carrés comprenant la surface océanique. Avouez que cela fait de la place pour y voir des poissons. Se figure-t-on réellement que le réflexe d’un touriste n’est pas de faire un tout petit effort pour découvrir notre faune là où elle évolue naturellement quand il choisit notre destination ? Certains génies se sont donc imaginé un couple qui hésitait sur l’endroit où aller fêter leur lune de miel quand tout un coup le mari est frappé d’un « eureka » et qu’il annonce à sa bien-aimée « purée chérie, laisse tomber Fiji ou les Seychelles, à Papeete ils ont parqués des poissons sur 40m dans leur capitale, on part là-bas, c’est trop le top ! ».

D’un côté vous aviez il y a peu le ministère du tourisme qui se lançait dans un brainstorming pour créer un circuit éco-animalier pour attirer les visiteurs, c’est à dire recenser les espèces qu’on pourrait valoriser dans leur habitat naturel, et de l’autre vous avez ça. Ce n’est pas très sérieux. C’est en plus à contre-courant de la tendance mondiale qui doit s’accommoder d’un état d’esprit où le grand public est devenu mal à l’aise que des êtres vivants soient emprisonnés dans un espace clos pour les y admirer.

Il y a trois jours à peine le fameux parc Sea World de San Diego a cessé définitivement le célèbre spectacle des orques, « Shamu » comme beaucoup le savent ici. Evidemment la polémique autour de la mort de Tilikum, orque du parc d’Orlando en Floride a été la goutte qui a fait déborder le vase d’une polémique qui enflait depuis des années.  Et qu’on ne me dise pas que la vie d’un représentant, même le plus petit, d’une des 1 193 espèces de poissons qui peuplent nos eaux ne vaut pas autant que n’importe lequel des grands mammifères marins.

Il n’est pas question de se transformer en soldat illuminé de la défense des animaux allant jusqu’à l’absurde, il s’agit juste de prôner l’exemplarité au moment où l’on repense les fondamentaux censés rendre plus attractive notre destination.

Article précedent

Epidémie de grippe: un bilan "lourd" en perspective

Article suivant

NDA, Interoute et ECI sur le chantier de la boucle Nord

18 Commentaires

  1. Naas
    11 janvier 2017 à 22h45 — Répondre

    J’aime bien votre façon d’engager le débat: « et qu’on ne me dise pas… » C’est sûr que si le postulat de base est que vous avez raison, il va être difficile d’échanger. Pour en revenir au fond (c’est le cas de le dire!), je trouve que vous faites deux erreurs par facilité:
    – dire que cette installation, qui peut être fort justement discutée, n’a aucune influence sur l’attrait touristique de notre île me semble faux. En effet, ce parc ne suffit pas à lui seul, mais c’est un ensemble de réalisations qui, au bout du compte, donnera une image attirante de Tahiti. Le parc à poisson + la route de la Maroto + le balisage des chemins + le combat contre les chiens errants + la disparition des carcasses de voiture + etc. sont de nature, ensemble, à attirer le touriste.
    – comparer un orque dans son Aqualand et un « petit poisson » dans notre parc n’a d’intérêt que dans l’affectif et le compassionnel. Dans les faits, un orque qui parcourt des milliers de km se sentira dramatiquement à l’étroit dans un parc d’attraction, vous avez raison. A contrario, un poisson de lagon dans un parc de 40 mètres ne souffrira pas tant, lui qui est habitué à s’éloigner de deux mètres de sa patate de corail. Comparons ce qui est comparable.
    Et comment dites-vous, déjà? Ah oui… et qu’on ne me dise pas que je me trompe.

    • 12 janvier 2017 à 9h16 — Répondre

      Je suis désolé, vous avez votre point de vue fluctuant sur la captivité et moi le mien. Il n’y a pour moi aucune espèce qui mérite la captivité plus qu’une autre.

  2. 12 janvier 2017 à 9h13 — Répondre

    Un santuaire marin en Polynésie, avec un territoire grand comme l’Europe, où on fiche la paix aux poissons? Même pas!
    Des contrôles techniques des véhicules pour limiter la pollution? Même pas!
    Des repas végétariens dans les écoles de nos enfants, pour les éduquer à la nutrition santé? Même pas!
    Des citoyens respecteux qui ne balancent pas leur merde partout, plastiques, les couches de leurs chiards, etc. Même pas!
    Des peines exemplaires pour les braconniers de nos lagons, contre la maltraitance animale? Même pas!
    Des projets intelligents, durables, avec des élus compétents ayant l’intérêt du public en tête, avec de la vision et du courage? Peut-être. Un jour.
    Bonne journée.

  3. Adhémar Patamob
    12 janvier 2017 à 11h01 — Répondre

    Si vous regardez bien, les poissons situés à l’extérieur du parc viennent admirer au grillage leurs copains situés DANS le parc: manifestement, ces derniers sont mieux nourris … !

  4. David
    12 janvier 2017 à 13h00 — Répondre

    Pas mieux Naas. Bien répondu. Pour une fois, je ne suis pas non plus d’accord avec l’excellent Alexandre.

  5. Paolo
    12 janvier 2017 à 13h31 — Répondre

    Naas crime de lèse-majesté tu es fou, tu ne te rends pas compte de ce que tu fais il faut toujours aller dans le sens de l’édito sinon tu es mort. Vrai vedette le mec.

  6. 12 janvier 2017 à 14h19 — Répondre

    Maururu Naas pour ce commentaire.
    Mais pourquoi ne pas plutôt s’attaquer à tous les possesseurs d’aquarium ? 40m contre 40 cm d’habitat ! Pétition ?
    Un poisson lagonaire n’a pas besoin de plus d’espace pour vivre, il ne migre pas. Tous les êtres vivants n’ont pas les même besoins. Il ne faut pas projeter nos propres sentiments et besoins à sur ces poissons.
    Contrairement à ce que certains disent, il faut voir plus loin dans ce projet. Si ces poissons arrivent à bien se reproduire et que l’interdiction de pêche arrive à être maintenue, pourquoi ne pas étendre ce parc ! Puis à terme, supprimer les grillages pour repeupler de poissons notre rade de papeete. Ce serait quand même un bel exploit de réussir à redonner de la vie à ces eaux.

  7. muriel
    12 janvier 2017 à 15h24 — Répondre

    On s’attend à un futur édito sur le narcissisme ou l’égotisme.

    • 12 janvier 2017 à 15h26 — Répondre

      Quand je vois le venin que certains sont capables de baver pour un édito qui défend la cause animale je me dis que je serais plus inspiré à faire un édito sur les gros frustrés qui ont envie d’exister …

  8. Henry Pierre
    12 janvier 2017 à 15h59 — Répondre

    On défend soit disant ces poissons enfermés dans ce filet et qui sont en parfaite santé ( je n’ai pas vu un seul poisson mort jusqu’à présent et j’y passe tous les jours), mais par contre on laisse librement pécher sur les quais et dans le lagon ( d’ailleurs on a du mette des filets pour empêcher les jeunes de pêcher directement dans l’aquarium). Il y a 100 fois moins de poissons dans le lagon qu’il y a seulement 10 ans. De plus on vend dans les rues des milliards d’alevins qui n’auront bien sûr jamais la chance de grandir. Le jour est proche où il n’y aura plus rien dans le lagon et il n’y aura plus rien à mettre dans l’aquarium. La baliste Picasso par exemple pullulait dans le lagon il y a 10 ans. Aujourd’hui il n’y en a pratiquement plus. Au moins les poissons qui sont dans l’aquarium seront nourris et protégés des pêcheurs.

  9. Heiata Ferrrand
    12 janvier 2017 à 16h04 — Répondre

    Mieux nourrient certe, mais la liberté n’a pas de prix! Même dans une pièce en or, de la bonne la nourriture, … je n’en voudrais pas, sans liberté. Tourner en rond dans un espace restreint rend malade. Genre, ce n’est pas ce qu’il manque ici, des poissons en liberté. Qu’ont-ils fait pour prendre perpet?

    • 13 janvier 2017 à 8h47 — Répondre

      Je pense que tu ne comprend pas, ces poissons ne sont pas dans un bocal de 30 cm3. Ils sont dans un parc de plusieurs centaine de mètre cube. Chaque espèce vivante a besoin d’un minimum vital mais chaque espèces ont des modes de vies différents. Un poisson n’a pas besoin de 3km de distance pour « se sentir libre » il ne se déplace pas, il est territorial et vie très proche de son habitat. Il ne migre pas. Tu fais une fixation parce qu’il y a des limites. Il faut rester pragmatique. C’est comme dire « on devrait libérer ces pauvres vaches, elles sont emprisonnées dans leur enclos d’un hectare ! elles devraient être libres d’aller de taravao à papeete ». Les vaches ne ressentent pas le besoin d’aller de taravao à papeete. Chaques espèces a des besoins différents.

      • 13 janvier 2017 à 8h56 — Répondre

        Si si je comprends très bien je te rassure. Je ne fais pas non plus d’anthropomorphisme vis à vis des poissons. Tu en fais la démonstration toi-même, ces animaux ont un habitat naturel, autant les y laisser et ne pas les parquer juste pour se faire plaisir. Les élevages de vaches ont une utilité pour notre subsistance non ? Ce n’est pas en faisant des démonstrations par l’absurde qu’on parviendra à me convaincre que parquer des animaux dans un port dans ces conditions et avec cette esthétique est une bonne chose …

  10. Teiva
    12 janvier 2017 à 22h49 — Répondre

    Pour ma part, il me semblait que ce parc à poissons ai été conçu pour nous les locaux, et non pour faire venir des touristes. Il est évident que ce n’est pas un petit parc à poissons qui fera venir les touristes. Il y a dans le monde des aquariums gigantesques et bien plus attrayants. Donc ne détournez pas et n’exagérez pas les faits dans le simple but de faire de l’audimat. Ce parc était un moyen de passer un moment agréable pour les marcheurs, les familles… un moyen aussi de naturaliser le paysage urbain du front de mer, qui en passant était un défi au vu de la qualité médiocre des eaux portuaires. C’est donc une prouesse scientifique et environnementale, un projet de plus pour dynamiser la ville… bref, au moins une action !
    Il y a tellement peu de choses à voir ou à faire en famille sur cette île : pas de parc d’attractions, pas de parc aquatique, pas même une fontaine (mais on va dire que c’est pour préserver les ressources naturelles alors que nous sommes entourés d’eau !) Très peu de parcours santé ou de ballades en montagne, très peu de lieux où voir des animaux, très peu d’activités traditionnelles en dehors du Heiva, des salles de cinéma indignes pour le tarif proposé, pas de centre de loisirs avec jeux d’arcades, bowling, mini-golf ou autre, pas de magasins ouverts dès le samedi après-midi en dehors des grandes surfaces, et donc pas d’occasion de flâner en ville ou de prendre une glace en terrasse avec ses enfants… alors on fait quoi ? Certains vont à la plage et la majorité reste chez soi, devant un écran sans doute. Quelle triste réalité quand on connaît ici le nombre de jours d’ensoleillement et la nature qui nous entoure.
    Alors s’il vous plaît, ne critiquez pas ce peu d’activité. Car c’est ce que vous faites. Vous crachez sur ce projet au nom de la cause animale. Mais ce parc à poissons est une goutte d’eau comparé à tous les lagons de Polynésie et de la Planète ! C’est pas ce petit parc à poissons qui va décimer les espèces animales, au contraire. Ces poissons sont nourris, en sécurité car pas de prédateurs et n’ont pas besoin de grands espaces. Je ne pense pas qu’ils soient malheureux et encore moins stressés…
    Vous défendez la cause animale certes, mais avez-vous simplement pensé aux plus jeunes qui n’ont pas la chance d’observer des animaux marins dans leur habitat naturel ? Beaucoup d’enfants des quartiers de Papeete n’ont pas accès à la mer, beaucoup ne vont jamais à la plage et donc beaucoup d’enfants n’ont jamais vu de poissons vivants de leur vie ! Sans compter que le lagonarium a fermé ses portes depuis longtemps. Alors pensez-vous vraiment ce que vous dites ?? Car si vous pensez que la vie d’un rat vaut autant que celle d’un éléphant, pensez-vous aussi que la vie d’un poisson vaut autant que celle d’un enfant en soif de connaissances et d’émerveillement ?

  11. Mareva
    13 janvier 2017 à 8h13 — Répondre

    C’est dommage que vous ne répondiez que par un « lol » à des questions de société aussi importantes ou futiles soient-elles. C’est du mépris envers les personnes qui ont pris le temps de donner leur avis malgré qu’elles n’aient pas les mêmes idées que vous. En même temps c’est normal pour un éditorialiste, votre rôle est d’adopter une position personnelle. Vous manquez donc d’objectivité et d’arguments, sûrement par nécessité. Mais c’est ça aussi la démocratie et la liberté de penser, tout le monde est égaux et personne ne vaut plus qu’une autre. Alors ne moquez pas ou ne privez pas le droit de parole des gens si vous considérez tout être vivant au même niveau. Merci et bonne journée !

    • 13 janvier 2017 à 8h19 — Répondre

      Il y a quelque chose qui semble vous échapper… Qu’est ce qui vous fait croire que j’ai l’envie de débattre avec tout un chacun ? En aies-je seulement le temps ? Non. J’assure le SAV de mon édito selon mon envie et mon humeur et je ne vous dois rien d’autre que de livrer le fruit de ma pensée dans mes écrits diffusés en radio. Que débat il y ait entre auditeurs/lecteurs, tant mieux, mais je ne suis pas obligé d’y participer … par écrit. Vous l’ignorez sans doute mais je vous signale que j’ai une émission qui s’appelle A vous la parole entre 11h et midi sur Radio 1 où par contre je le fais EN DIRECT et où qui veut s’y exprime. Vous me faites donc un procès d’intention qui s’avère ridicule et mensonger … Et vous constaterez en outre si vous écoutez cette émission et y participez que je ne manque pas d’arguments. Bonne journée

      • Mareva
        13 janvier 2017 à 9h03 — Répondre

        Vous avez raison, et en effet j’ignorais l’existence de cette émission alors veuillez m’excuser.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Parc à poissons de la marina de Papeete : le malaise – EDITO 11/01/2017