ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Pas d’images « chocs » pour la sécurité routière

Des spots télévisés pour sensibiliser, responsabiliser les usagers de la route et surtout diminuer le nombre d’accidents et de morts, c’est l’objectif recherché de cette série de 30 spots d’une minute trente qui seront diffusés à partir du 14 octobre.   

Le ministre de l’Équipement René Temeharo, entouré du directeur des Transports terrestres Lucien Pommiez  ainsi que des deux équipes de production, a présenté lors d’une conférence de presse quelques-uns des spots télévisés qui vont être diffusés sur les deux chaînes de télévision mais aussi sur la toile. Ce seront 30 épisodes d’une durée d’une minute trente qui seront diffusés à partir du 14 octobre prochain.

Le ministre a rappelé que bon nombre d’accidents sont dûs au non respect du code de la route, à la vitesse, aux comportements à risque, ou encore à la consommation d’alcool et de stupéfiants. « La gravité des accidents est renforcée par le non port du casque ou de la ceinture de sécurité » précise-t-il. Le ministre a rappelé que 41% des victimes sont âgées de moins de 25 ans.

Il affirme que face à ce bilan « catastrophique », le Pays a décidé de sensibiliser les usagers de la route au travers de  deux campagnes audiovisuelles « fortes et novatrices, et adaptées aux tendances actuelles et en adéquation avec le public ciblé » a précisé René Temeharo. Ces spots télévisés se présentent sous deux formes, l’un mettra en avant la sensibilisation et abordera les principes généraux du code de la route, et le second sera humoristique « mais néanmoins pédagogique » indique le ministre, avec notamment la série « Méga la blague ». Il précise que le public ciblé est surtout les jeunes.

Le ministre des transports a fait le choix de ne pas mettre des images « chocs » dans les spots télévisés car l’expérience a été faite et les résultats attendus n’étaient pas au rendez-vous. Et selon lui, d’après les statistiques réalisées, les jeunes vont pouvoir s’identifier et se reconnaître dans les « acteurs » présents dans les spots télévisés.

Concernant la réalisation de davantage de pistes cyclables au fenua, René Temeharo affirme qu’actuellement « c’est le foncier qui nous manque ».

Article précedent

Justice : le bruit à la barre  

Article suivant

« L’Europe offre la possibilité aux élèves, par le biais d’Erasmus, de partir »

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Pas d’images « chocs » pour la sécurité routière