INTERNATIONAL

Pédophilie: à Lourdes, les évêques demandent pardon

Lourdes (AFP) – Messe, vêpres et jeûne pour les victimes de pédophilie: réunis à Lourdes, les évêques de France ont solennellement demandé pardon lundi pour le « trop long silence coupable » de l’Eglise face aux abus sexuels commis par des prêtres, après des mois de scandales.

Le principe de ce « temps de prière et de pénitence » avait été annoncé en septembre par le Vatican, à l’initiative du pape François, qui a laissé à chaque conférence épiscopale le soin d’en choisir les modalités.

Les 115 évêques en activité présents à Lourdes profitent de leur grande assemblée annuelle d’automne pour vivre cette initiative collective inédite, marquée par un jeûne.

Cette journée revêt une dimension particulière en France, dont l’Eglise est touchée par des révélations en chaîne d’affaires de pédophilie ou d’abus sexuels impliquant des prêtres. L’emblématique affaire du père Bernard Preynat, prêtre lyonnais soupçonné d’avoir abusé de près de 70 jeunes scouts, a fortement terni l’image du cardinal Philippe Barbarin. Depuis, l’enquête pour non-dénonciation visant le primat des Gaules a été classée sans suite.

L’onde de choc s’est propagée dans les diocèses de France, d’autant que d’autres cas ont été signalés ou ont resurgi à Paris, Montauban, Toulouse, Clermont-Ferrand, Orléans, Bayonne, en Guyane…

L’Eglise a été pressée de réagir. La Conférence des évêques de France (CEF) a annoncé mi-avril une série de mesures, dont une boîte mail dédiée au recueil de la parole des victimes. Une centaine de courriels ont été reçus en six mois pour des abus sexuels souvent antérieurs à 1970.

– « Nous avons manqué de courage » –

A la basilique du Rosaire, au coeur du sanctuaire marial de Lourdes, une messe en présence de tous les évêques a été présidée par le cardinal André Vingt-Trois lundi à la mi-journée. « Nous avons manqué de miséricorde (…), nous n’avons pas assez écouté ces victimes comme elles l’attendaient, (…), nous avons manqué de courage pour prendre les mesures qui s’imposaient », a dit l’archevêque de Paris au moment de la préparation pénitentielle.

Symboliquement, c’est le responsable de la Cellule permanente de lutte contre la pédophilie (CPLP) de l’épiscopat, Mgr Luc Crepy, qui a prononcé l’homélie (sermon).

« Oui, il nous faut oser regarder en face les scandales du péché qui atteignent l’Eglise toute entière. Oui, il nous faut sortir du trop long silence coupable de l’Eglise et de la société et entendre les souffrances des victimes: les actes pédophiles, ces crimes si graves, brisent l’innocence et l’intégrité d’enfants et de jeunes. Oui, il nous faut oser prendre tous les moyens pour que la Maison Eglise devienne un lieu sûr », a-t-il souligné.

En fin d’après-midi, Mgr Crepy fera un point d’étape devant ses pairs réunis dans l’hémicycle Sainte-Bernadette sur les mesures engagées ces derniers mois, avec notamment la mise en oeuvre de dispositifs d’accueil et d’écoute des victimes couvrant désormais tout le territoire français. Puis les vêpres du jour seront « solennisées », avec la lecture de paroles de victimes.

L’association La Parole libérée, à l’origine de l’affaire lyonnaise, reste perplexe. « Le temps de prière, les cellules d’écoute sont potentiellement une bonne chose, mais s’il n’y pas de volonté de l’Eglise derrière, c’est insuffisant », estime son président, François Devaux.

La « démarche spirituelle » des évêques a résonné au-delà de la cité pyrénéenne, la CEF ayant invité les fidèles « dans les diocèses qui le veulent à s’associer dans leurs communautés à ce moment de prière et de pénitence ». Ainsi, à Paris, une vingtaine de paroisses avaient prévu des messes et prières à l’intention des victimes de pédophilie.

A Sainte-Foy-lès-Lyon, une messe sera dite à 19H00 dans la paroisse où a officié le père Preynat: 70 bougies, nombre potentiel de ses victimes, devraient y être allumées.

Le cardinal Barbarin, présent à Lourdes, célèbrera le 18 novembre une messe « en réparation de la profanation du corps vivant du Christ » que représentent les abus sexuels, en sa primatiale. « Les victimes qui le souhaitent y sont spécialement invitées », a-t-il précisé.

L'Archevêque du Puy-en-Velay, Luc Crepy (C) lors d'une assemblée annuelle des évêques de France, à Lourdes, le 7 novembre 2016. © AFP

© AFP PASCAL PAVANI
L’Archevêque du Puy-en-Velay, Luc Crepy (C) lors d’une assemblée annuelle des évêques de France, à Lourdes, le 7 novembre 2016

09fd079cc901a7a5e648015d96325cda8c374f4c
Article précedent

France: entre dynamique de l'Euro et souvenir des attentats

1126b5db8c7ea3f7d7bf239e6ba681906a2088af
Article suivant

Irak: l'armée reprend une ville clé au sud de Mossoul

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Pédophilie: à Lourdes, les évêques demandent pardon