INTERNATIONAL

"Personnalité de l'année", Trump mise sur l'emploi

New York (AFP) – Auréolé mercredi du titre de « Personnalité de l’année » 2016 par Time Magazine, Donald Trump semble décidé à concrétiser sa promesse de créer des emplois aux Etats-Unis: après l’annonce d’un énorme investissement japonais, il demande à Apple de construire une grande usine sur le sol américain.

Dans l’interview à Time qui accompagne sa récompense, le futur président américain affirme avoir déclaré au patron d’Apple Tim Cook: « c’est mon ambition de voir Apple construire une grande usine » aux Etats-Unis, « la plus grande et la meilleure ».

Mardi, M. Trump était pour la première fois allé à la rencontre des journalistes qui font le pied de grue dans le hall d’entrée de son QG de la Trump Tower à New York pour présenter le patron du très ambitieux géant japonais des télécommunications SoftBank, Masayoshi Son. 

Il a annoncé que l’opérateur japonais, propriétaire de l’américain Sprint, était prêt à investir la somme faramineuse de 50 milliards de dollars dans des start-up américaines. Et assuré que cela se traduirait par la création de quelque 50.000 emplois, même si aucun calendrier ni détails n’ont été apportés. 

Le chinois Foxconn, numéro un mondial de la sous-traitance électronique qui assemble notamment les smartphones d’Apple, a par ailleurs confirmé mener, avec des « responsables américains », « des discussions préliminaires » sur un investissement qui « représenterait une expansion de nos activités américaines ».

Ces déclarations, après l’intervention de Trump la semaine dernière pour maintenir aux Etats-Unis une partie des emplois d’un fabricant de climatiseurs qui voulait délocaliser sa production au Mexique, confirme l’engagement du futur président américain pour « l’Amérique d’abord », au coeur de sa campagne.

– ‘J’aime’ les travailleurs –

Visiblement soucieux de ne pas décevoir les couches populaires qui l’ont élu, le magnat de l’immobilier s’est aussi expliqué sur le contraste entre son luxueux train de vie et les Américains qui ont du mal à joindre les deux bouts.

« Je suis dans un appartement comme personne n’en a jamais vu, et pourtant je représente les travailleurs du monde entier. Et ils m’aiment et je les aime », a-t-il dit à Time.

« Je crois que les gens aspirent à certaines choses. Et ils aspirent à regarder les autres. Et je ne crois pas qu’ils aient envie de voir le président porter lui-même sa valise en sortant d’Air Force One. C’est comme ça ».  

Tout en disant voir le titre de « Personnalité de l’année » comme « un très, très grand honneur », il a contesté le fait que le magazine l’ait qualifié de « président des Etats désunis d’Amérique ».

« Je ne suis pas encore président donc je n’ai rien fait pour diviser », a-t-il affirmé.

Il a répété « aimer vraiment » l’actuel président démocrate Barack Obama,et avoir même discuté avec lui de certaines nominations. 

« Je prends ses recommandations très au sérieux et il y a des gens que je vais nommer et dans un cas que j’ai nommé dont il pensait beaucoup de bien », a-t-il assuré.

– Un ambassadeur à Pékin –

Une douzaine de personnes ont déjà été nommées, mais le poste le plus prestigieux et le plus influent aux yeux du monde aux côtés du président, celui de secrétaire d’Etat, n’a pas encore été attribué. 

Mercredi, Trump a choisi le gouverneur de l’Iowa Terry Branstad pour le poste très exposé d’ambassadeur américain en Chine. 

M. Trump a fait d’un « rééquilibrage » des relations avec la Chine une de ses priorités. Il a déjà commencé à bousculer le statu quo en parlant au téléphone avec la présidente de Taïwan, alors que les Etats-Unis, pour ne pas froisser Pékin, n’ont pas de relation diplomatique avec l’île chinoise.

Le magnat de l’immobilier continue néanmoins à susciter des craintes énormes, comme l’a souligné Time.

« Depuis 90 ans, nous nommons la personne qui a eu la plus grande influence, pour le meilleur ou pour le pire. Alors, est-ce que ce sera le meilleur ou le pire? Le défi pour Donald Trump est que le pays est en profond désaccord sur la réponse », a fait valoir la rédactrice en chef du magazine, Nancy Gibbs.

Le magazine américain décerne cette récompense de « Personnalité de l’année » depuis 1927. La chancelière allemande Angela Merkel avait été celle de 2015. L’actuel président américain Barack Obama fut désigné en 2008 et en 2012. Le président russe Vladimir Poutine en 2007.

Le président élu Donald Trump à Bedminster dans le New Jersey le 20 novembre 2016. © AFP

© AFP/Archives DON EMMERT
Le président élu Donald Trump à Bedminster dans le New Jersey le 20 novembre 2016

Article précedent

IVG: adoption au Sénat du texte pénalisant les sites de désinformation

Article suivant

Pollution: circulation alternée reconduite mais pas assez respectée

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

"Personnalité de l'année", Trump mise sur l'emploi