EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Perte de repères : « je ne suis pas un homme monsieur » – Edito 17/08/2018

Nous vivons manifestement à une époque pleine de surprises où rien de ce que l’on voit ne paraît finalement être une vérité établie. J’aimerais revenir sur un événement médiatique qui au début juillet (mais cet édito était en vacances) a fait pas mal de bruit sur les réseaux sociaux. Vous vous souvenez peut être de Daniel Schneidermann qui présentait l’émission « Arrêt sur images » sur France 5 pendant de longues années. En fait il continue son émission uniquement sur internet et recevait fin juin plusieurs personnes sur son plateau afin de parler de la Gay Pride et de la récupération de l’événement que certains en faisaient.

Voici l’extrait de l’émission qui personnellement m’a fait mourir de rire. Celui que vous allez entendre réagir à l’affirmation innocente de l’animateur est l’organisateur de la Gay Pride de Paris.

« Je ne suis pas un homme monsieur. Je sais pas ce qui vous fait dire que je suis un homme ». Alors c’est plus parlant avec l’image, et je vous mettrai le lien de la vidéo dans le replay de cet édito sur le site web de radio 1, mais il y a avait quand même deux trois indices à la décharge de Daniel Scheidermann : celui qui dit ne pas être un homme est habillé comme un homme, porte la barbe. Mais à l’écouter il ne faudrait pas confondre « identité de genre » et « expression de genre ». A mon tour de répondre « Ah bon », car il ne viendrait à l’idée à personne d’appeler spontanément Monsieur quelqu’un qui a toutes les caractéristiques affichées de la féminité. Si se faire appeler « Monsieur » provoque une telle colère alors que l’on a prévenu personne et qu’on a l’apparence d’un homme, c’est que le malaise est profond et qu’il est temps de consulter. Quand on est à ce point arc-bouté sur des pseudos néo-principes on fait comment quand on a une envie pressante et qu’on doit utiliser des toilettes publiques ? On se fait dessus exprès parce que l’on est incapable de passer une des deux portes où figurent les pictogrammes de genres ? Cela ressemblerait à quoi alors celui pour les non-binaires ?…

C’est totalement absurde, le type en est ridicule, et il dessert totalement la cause qui justifie sa présence sur le plateau. Je suis d’autant plus à l’aise pour le dire et l’écrire que moi au moins on ne pourra pas me taxer de faire de l’homophobie… Dans quel monde croit-il vivre et où veut-il nous emmener ? Celui où l’on doit casser tous les codes même les plus fondamentaux simplement pour justifier d’une référence hype ? C’est grotesque.  Je peux m’y mettre aussi alors ? Je ne tape pas cet édito sur le clavier d’un ordinateur Monsieur, c’est une guitare. Je ne vois pas ce qui vous permet de dire le contraire. Ce n’est pas un micro dans lequel j’enregistre ma voix, c’est un cric de voiture.

Le droit de revendiquer sa différence je le soutiendrai toujours, surtout par rapport à tous ceux qui ont peur de s’affirmer et par là même, d’exister. Mais que certains ne se trompent pas de combat, car ils gagnent plutôt la bataille du ridicule.

Article précedent

Mahinui, Atonia et Vatea fondent le RTP

Article suivant

200 jours pour que le Village Tahitien se concrétise

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Perte de repères : « je ne suis pas un homme monsieur » – Edito 17/08/2018