ACTUS LOCALESSOCIÉTÉ

Pirae lance le premier « budget participatif » au fenua

© Radio 1

© Mairie Pirae

La commune de Pirae innove en lançant le premier « budget participatif » en Polynésie française. Concrètement, lors du prochain budget une enveloppe de 20 millions de Fcfp sera allouée à des projets proposés à la mairie par des particuliers ou des associations.

L’initiative existe déjà en métropole, mais pas encore en Polynésie. Le maire de Pirae, Edouard Fritch, a annoncé jeudi le lancement du tout premier « budget participatif » dès cette année pour sa commune. L’idée est de réserver une enveloppe de 20 millions de Fcfp du budget d’investissement à des projets proposés par des particuliers, des associations, des syndicats ou encore des écoles… Des projets de tous horizons, puisqu’il pourra s’agir par exemple de créer un plateau sportif, de creuser un caniveau ou encore de construire un pont… « Ce sont les gens des quartiers qui savent ce qu’il leur faut. Ils sauront où construire des dos d’âne s’il y a des ‘run’ dans leurs quartier par exemple », explique l’adjoint au maire, Abel Temarii. Les habitants pourront eux-mêmes déposer des « fiches projets » à la mairie jusqu’au 31 août prochain. Par la suite, les porteurs de projets présenteront leurs idées à la mairie, les services de la ville étudieront leur faisabilité, présenteront ces projets au public et organiseront un vote populaire pour les sélectionner. Le conseil municipal les intégrera alors au vote du budget en fin d’année 2016, comme l’explique le tavana, Édouard Fritch.

Les « fiches projets » sont disponibles à la mairie ou en téléchargement ci-dessous. La mairie de Pirae recommande aux habitants de contacter ses services pour toutes questions relatives à ces projets au 40 50 83 34.

Article précedent

Premier interrogatoire en France pour Salah Abdeslam, homme-clé des attentats de Paris

Article suivant

Air Tahiti affrète l'Aremiti 5 pour les Raromatai

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Pirae lance le premier « budget participatif » au fenua