EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Pour que le digital soit digeste … – Edito 23/10/2018

Je recevais hier dans A vous la parole à 11h Olivier Kressmann le Président du Digital Festival Tahiti qui pendant 3 jours à partir de ce mercredi accueillera outre le public local curieux plus de 40 conférenciers de renom venus de Métropole et de l’étranger pour chanter les louanges de la technologie.

Que l’événement soit organisé dans les jours qui suivent la plus grosse panne internet de l’année qui a paralysée pendant plus de 5 heures des milliers d’utilisateurs est un hasard tragi-comique dont seul notre pays a le secret. Oui, mieux vaut en rire, même jaune …

Que l’administration se modernise et offre des services dématérialisés je dis oui, que toutes les grosses boîtes locales pour faciliter la vie de leurs clients leur proposent, juste ce qui se fait déjà en Métropole,  je dis oui aussi. Rien qu’un petit exemple, dernièrement des confrères notaient que les banques locales étaient en gros deux fois plus onéreuses qu’en France métropolitaine. Là-bas tout le monde se plie en 4 pour proposer de plus en plus de confort de paiement à ses clients avec le déploiement du paiement sans contact, ou encore Apple Pay ou Samsung Pay permettant de régler avec son smartphone ou sa montre connectée. Ici vous avez des terminaux qui sont compatibles, des cartes qui sont compatibles, mais la technologie qui n’est pas activée. Dans un pays qui se rêve d’accueillir la crème des touristes mondiaux, dont le pouvoir d’achat est conséquent, même si les clients locaux ne rentrent pas en ligne de compte dans l’équation, il faudrait le mettre en place déjà pour eux.

Mais à côté de ça vous avez des cas plus vertueux : jolie surprise de recevoir par email et sms la semaine dernière l’état d’avancement du diagnostic de mon véhicule par le SAV de mon concessionnaire automobile. En temps direct je pouvais suivre les étapes entre la prise en charge et l’alerte pour venir le récupérer.

La technologie a du bon, indéniablement, a condition d’être utilisée intelligemment et dans un contexte qui apporte un vrai plus au consommateur final que nous sommes. Je ne doute pas que l’imposant déploiement de moyens à l’occasion de ce Festival suive le même but. Il faudra cependant se retenir de ne pas se gargariser de mots qui laissent le quidam sur le bord de l’autoroute numérique tant ils sont abstraits et indigestes.

Il paraîtrait que vendredi de grandes annonces seront faites afin de faire rentrer notre Fenua dans une nouvelle ère, la « Polynesian Tech », rien que ça. J’attends de voir mais avant de me faire mon opinion, juste au cas où, j’ai déjà trouvé comment se traduisait « péter plus haut que son derrière » en langage binaire : « 01110000 11101001 01110100 01100101 01110010 00100000 01110000 01101100 01110101 01110011 00100000 01101000 01100001 01110101 01110100 00100000 01110001 01110101 01100101 00100000 01110011 01101111 01101110 00100000 01100100 01100101 01110010 01110010 01101001 11101000 01110010 01100101 00001101 00001010 »

Article précedent

Le retour de Pico

Article suivant

Le répondeur de 6h30, le 24/10/2018

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Pour que le digital soit digeste … – Edito 23/10/2018