EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Pour voter aux primaires de la droite, il fallait vraiment le vouloir … – Edito 21/11/2016

Samedi je devais voter à Punaauia, je m’y rends donc vers 14h30 et là une horde d’enfants, de parents, de moniteurs, de secouristes avaient investis le hall principal pour l’opération Noël pour tous. Dans une chaleur infernale les plus petits se relayaient au micro d’une sono assourdissante et surdimensionnée afin de participer à un concours de chant. S’ils étaient absolument adorables, en temps normal mon empathie légendaire aurait pris le dessus, mais là les fausses notes et les braillements avaient tendance à me faire presque saigner des tympans. Surtout, oui surtout, quand j’ai vu à l’étage la longueur de la file où 200 personnes attendaient leur tour. 40mn plus tard, moite de sueur, hébété par la litanie hurlée par les petits au rez-de-chaussée, à laquelle, et ce fut le pompon, un orchestre kaina à côté de l’entrée du bureau de vote rajoutait à la cacophonie ambiante, j’arrivais enfin près de la délivrance. J’ai eu limite l’impression que tout était fait pour nous casser et nous faire nous gourer de bulletin au dernier moment. J’étais abîmé mais encore suffisamment lucide, j’ai pu voter, sans me tromper. Enfin, ça c’est un autre débat…

Et comme moi, plus de 11 000 polynésiens ont exprimé leur voix à ces primaires de la droite et ont décidé de placer Alain Juppé en tête et Nicolas Sarkozy 7 points derrière. Avec 48% contre 41% la différence marque un plébiscite pour le candidat soutenu par le Tapura au détriment du Tahoeraa. Résultat des courses, Gaston Flosse a choisi le mauvais cheval et sa tentative surréaliste, et pour le coup décevante, d’imprimer des bulletins pour son candidat en dehors des officiels n’a pas arrangé les choses. C’est se tirer soi-même une balle dans le pied. En plus le tiercé gagnant au plan national le confirme : Sarkosy ne sera pas au second tour. Dans une allocution digne de l’inoubliable « au revoir » de Valéry Giscard d’Estaing il annonce prendre le large. Game over.

Le second tour se jouera donc le week-end prochain entre François Fillon et Alain Juppé, il va y avoir du sport … L’omniprésence du politique dans les médias n’est donc pas prête de s’arrêter. Je me demande d’ailleurs si cette histoire de primaire de la droite et du centre (et de bientôt celle de la gauche), ce n’est pas une excuse pour que les politiques squattent tous les médias, tout le temps, pour mieux nous saouler et nous vriller le cerveau.

Je trouve qu’ils ont d’évidents points communs avec les enfants chanteurs de Punaauia, mais sans la grâce ni la bienveillance spontanée qu’ils inspirent. Au moins ces petits quand ils gagnent un joujou ils font tout pour ne pas l’esquinter trop vite car ils n’en connaissent que trop bien sa valeur. Par contre pour les politiques leur joujou c’est nous et ça fait belle lurette qu’ils ont oublié notre mode d’emploi, surtout qu’avec le temps on a eu tendance à le mettre à jour tout seuls …

c1dfc87fddcc6f423a0eed13395c6739fe8b836d-1
Article précedent

La justice enquête sur la fuite d'un document "confidentiel défense"

Repondeur-radio1-12h
Article suivant

répondeur de 12:00, le 21/11/2016

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Pour voter aux primaires de la droite, il fallait vraiment le vouloir … – Edito 21/11/2016