ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Pourquoi Moetai Brotherson a « chapé » le Congrès

Actuellement à Paris, le député Moetai Brotherson a annoncé, sur sa page Facebook, qu’il ne participait pas au Congrès de lundi à Versailles. Un Congrès consacré au discours de politique générale d’Emmanuel Macron que le député polynésien juge « futile (et) coûteux » et qui « court-circuite » selon lui le travail du Premier ministre.

Le Président de la République, Emmanuel Macron, a réuni lundi le Congrès à Versailles pour donner les principales lignes de son quinquennat. Mais le nouveau député polynésien Moetai Brotherson a décidé de ne pas y assister. « Non, je n’irai pas à Versailles pour le sacre de Macron 1er », écrit le parlementaire Tavini sur sa page Facebook.

Considérant que la réunion du Congrès ne doit être réservée qu’à une « révision constitutionnelle », Moetai Brotherson estime que « ce que nous propose le Président de la République me paraît futile, coûteux (nous sommes transportés et nourris, et la réservation de Versailles a également un coût) ». Le député qui dénonce également cette initiative du Président de la République qui « vient court-circuiter le processus républicain habituel, à 24 heures du discours de politique générale du Premier ministre ». Pour autant, Moetai Brotherson précise que ce boycott n’est pas une « défiance vis-à-vis du Président de la République, mais (un) respect de (ses) électeurs, et (de ses) valeurs propres ».

Le député polynésien ajoute enfin avoir préféré aller à la rencontre des étudiants et des fonctionnaires d’Etat polynésiens, notamment pour terminer la constitution de son cabinet.

Article précedent

Les négociations avancent chez Wing Chong

Article suivant

Les recours du Tahoeraa sur l'Education rejetés

9 Commentaires

  1. Taaroa
    3 juillet 2017 à 12h35 — Répondre

    Tir au flanc

  2. Chaval
    4 juillet 2017 à 6h16 — Répondre

    Ça commence, Mr Brotherson est dans la ligne pure de son gourou, il s’est fait remarquer par ses tenues folkloriques et maintenant monsieur ne se rend pas au congrès où tous les députés, sénateurs et Ministres étaient présents.  » ce que nous propose le Président de la République me paraît futile, coûteux (nous sommes transportés et nourris, et la réservation de Versailles a également un coût) « . Et ses 900.000 francs mensuels c’est pas coûteux ? Là c’est normal que l’Etat lui remplisse les poches pour qu’il fasse son cinéma ? Voilà le triste sire qui représente la minorité des « croyants » Polynésiens.

  3. 4 juillet 2017 à 7h31 — Répondre

    C’est pour cela je n’ai pas voté pour lui sa se voyait trop qu’il allait faire son cinéma là bas et allez manger au restaurant. Bilan de moetai brotherson après son mandat…10kilos de plus

  4. Le bouffon du roi
    4 juillet 2017 à 7h39 — Répondre

    @TAAROA
    Je ne suis pas sumpathisant Tavini et pourtant j’approuve totalement ce boycott. Nous avons à la tête de l’état, un roitelet refusant de s’exprimer par l’intermédiaire des médias mais qui préfère le faire devant le congrès, beaucoup plus simple car il n’aura pas à répondre aux questions, en particulier celles qui fâchent comme la loi travail. Cette plaisanterie a un coût : 600 000 euros pour 90 minutes de discours, soit 111 euros (13 000 CFP) la seconde, cela fait un peu cher la conférence de presse. Moetai a donc participé a son échelle à économiser l’argent public. Ce n’est pas pour cela qu’il est resté inactif.

  5. simone grand
    4 juillet 2017 à 7h46 — Répondre

    quel prétentieux donneur de leçon qui crache sur les corvées, se la joue outré mais empoche la totalité des indemnités qui s’avèrent imméritées et très coûteuses pour la collectivité.
    Il me déçoit de plus en plus ce cher Moetai.

    • Popoti
      6 juillet 2017 à 20h04 — Répondre

      Sur quelle base avancez vous que ses indemnités sont imméritées ? il n’est pas élu pour aller lécher le derrière de Macron, le rôle d’un député (et bien heureusement) va bien au delà de ça…

  6. Tico
    4 juillet 2017 à 19h09 — Répondre

    Ah…, je ne suis pas non plus un sympathisant Tavini. Mais il faut reconnaître aussi que le père Macron a le chic du « culte de l’omnipotence », genre, « le boss c’est moi, et Ed. Philippe n’est que mon interphone », et ça peut fâcher les puristes. Il n’est plus étonnant alors qu’une partie de l’assemblée puisse exprimer leur mécontentement en boycottant ce discours, trouvant le président un tantinet imbu de sa personne. Bon l’étiquette voudrait aussi que tous les élus y soient présents, et là Macron apprends l’exercice difficile de la conciliation nationale, ensuite la règle est la même pour la rémunération, que l’on soit bleu, vert, rose ou rouge. Avouez que l’habituelle allocution ou conférence de presse à l’Élysée aurait tout aussi très bien fait l’affaire.

  7. Hirinake
    4 juillet 2017 à 20h26 — Répondre

    Ca devient de plus en plus pathetique et de moins en moins risible. Tant que vous y etes pourquoi vous ne changez pas votre nom aussi !!!

  8. Yves.Tendraien
    5 juillet 2017 à 16h01 — Répondre

    Je n’ai qu’un seul mot à dire : « Bravo »

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Pourquoi Moetai Brotherson a « chapé » le Congrès