ACTUS LOCALESECONOMIEEMPLOISOCIALSOCIÉTÉ

Préavis de grève au port autonome dans trois sociétés d’acconage

Les organisations syndicales CSIP et la Fédération des syndicats de la manutention portuaire ont déposé un préavis de grève dans les trois sociétés d’acconage, suite à l’accident de vendredi dernier. Les dockers pointent la responsabilité du port, tandis que le port pointe celle des sociétés d’acconage. Après avoir été mis en cause, le directeur du Port autonome Jean-Paul Le Caill précise qu’il est responsable des installations et que celles-ci sont aux normes de la réglementation. 

Le dernier accident du travail survenu dans la zone du terminal de commerce international, vendredi dernier –  une collision entre un élévateur et un agent de la société Cotada en deux-roues qui a perdu une jambe  – a secoué les syndicalistes qui ont déposé un préavis de grève dans les trois sociétés d’acconage ce mardi. « Considérant que les autorités n’ont pas accordé à la sécurité autant de valeur et qu’elle n’est plus correctement assurée, sacrifiée aux dépens de l’économie de production ; considérant enfin, que la sécurité, la santé et la vie ont un rôle fondamental pour une croissance économique plus forte et plus riche en emplois », les syndicats CSIP et la Fédération des syndicats de la manutention portuaire appellent à la mobilisation des salariés. Dans les revendications, plusieurs sont directement adressées au Port autonome, même si celui-ci n’a pas été destinataire du préavis. Pour la Fédération des syndicats des travailleurs de la manutention, le port autonome doit tirer les conséquences de ce drame. Ils demandent de restreindre l’accès à la zone sous douane, de renforcer la police portuaire et de mettre en place un réel règlement intérieur. Le chef de file du syndicat, Mahinui Temarii, rappelle que la direction de l’établissement public a été de nombreuses fois interpellée sur la question, et menace de porter plainte pour mise en danger de la vie d’autrui.

Jean-Paul Le Caill, directeur général du Port autonome, assure que l’établissement fait son travail : les installations répondent aux normes de sécurité, et il renvoie la responsabilité aux sociétés d’acconnage qui doivent assurer la sécurité de leurs salariés. Quand aux revendications concernant directement le port, il ne peut y répondre, dit-il, n’ayant pas été fait destinataire du préavis de grève.

 

Sur la menace du dépôt de plainte de Mahinui Temarii, Jean-Paul Le Caill explique que le syndicaliste est « libre de ses faits et gestes » mais une enquête de police est déjà en cours et celle-ci déterminera les responsabilités de chacun dans l’accident de vendredi. Si les discussions n’aboutissent pas, la grève pourrait commencer mardi prochain. Les bateaux seraient alors déchargés, mais une partie des marchandises ne sortiraient pas de la zone sous douanes, préviennent les syndicats.

Article précedent

Journée Nationale des débutants

Article suivant

Sabena Technics : la direction annonce le licenciement de 67 salariés

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Préavis de grève au port autonome dans trois sociétés d’acconage