INTERNATIONAL

Première sortie dans l'espace pour l'astronaute Thomas Pesquet

Paris (AFP) – L’astronaute français Thomas Pesquet effectue vendredi sa première sortie dans l’espace, en compagnie de l’Américain Shane Kimbrough, afin de moderniser le système d’alimentation électrique de la Station spatiale internationale.

Pesquet sera seulement le quatrième Français à sortir dans l’espace et le onzième Européen. L’Américain a déjà passé 6 heures et 32 minutes en compagnie de sa compatriote Peggy Whitson le 6 janvier à l’extérieur de la Station. Le début de la sortie est prévue vers 13H00 heure française (12H00 GMT).

La vidéo de cette sortie dans l’espace des deux astronautes sera visible en direct depuis le site du Cnes ou sur Nasa TV.

« Une sortie dans l’espace, c’est toujours extraordinaire. Il y a des risques », a rappelé l’astronaute italien Luca Parminato qui guidera Pesquet depuis Houston (Texas).

Les sorties dans l’espace requièrent une planification méticuleuse des mois à l’avance et une coordination parfaite de la part des nombreux experts formant les équipes de soutien au sol. Rien n’est laissé au hasard pour cette sortie qui doit durer six heures. Chaque détail a été étudié au préalable, y compris l’ordre par lequel les outils et équipements doivent être attachés au scaphandre.

Vers 11H00 (10H00 GMT), Thomas et Shane commenceront la pré-respiration d’oxygène. La pression à l’intérieur des scaphandres est plus basse que dans la Station spatiale, laquelle peut être comparée à celle du niveau de la mer sur Terre.

Sans cette étape, les astronautes seraient sujets comme les plongeurs à la maladie des caissons : à cause de changements de pression soudain, l’azote du corps humain peut former des bulles dans le sang et les tissus de l’organisme et provoquer des vertiges, voir mettre en péril la vie des astronautes. Il s’agit donc de respirer au préalable de l’oxygène pour purger le corps de son azote.

Ce sont Peggy Whitson et Oleg Novitski qui aideront Shane et Thomas à enfiler leur scaphandre, une étape rendue d’autant plus difficile par l’apesanteur. Une fois habillés, ces derniers entreront dans le sas Quest où la pression sera abaissée. L’ouverture de l’écoutille extérieure, à 13H00 (12H00 GMT) donnera le coup d’envoi officiel de leur sortie extravéhiculaire.

– l’Américain en premier –

L’astronaute américain doit sortir le premier. Une fois hors de la Station, les deux astronautes procéderont à une vérification réciproque de leurs équipements pour vérifier que tout se trouve bien à sa place et s’orienter dans le vide de l’espace.

Les astronautes doivent toujours être attachés à un des supports dédiés de la Station, à l’instar des spéléologues et alpinistes.

Tout au long de la mission, ils doivent vérifier fréquemment l’état de leur scaphandre et tout particulièrement leurs gants. Ces derniers constituent en effet les pièces les plus fragiles des sorties dans l’espace et se trouvent en contact avec le plus d’objets au cours des tâches à effectuer. Le moindre trou dans la combinaison spatiale pressurisée constitue un énorme risque dans l’espace.

La mission a pour but de moderniser le système d’alimentation électrique de la Station. Elle est prévue pour durer six heures et vingt minutes, sans pause pour manger ou aller aux toilettes. Les astronautes peuvent boire de l’eau à la paille grâce à une poche prévue pour cela. La sortie est fatigante non seulement à cause de sa durée, mais également de la rigidité de la combinaison pressurisée dans le vide de l’espace.

La Station spatiale orbite autour de la Terre en 90 minutes, ce qui implique une alternance toutes les 45 minutes du jour et de la nuit. Shane et Thomas travailleront donc constamment 45 minutes à la lumière du soleil, puis 45 minutes dans l’obscurité totale. Les scaphandres sont équipés de lumières pour les phases nocturnes, mais lors du lever du jour les astronautes peuvent se retrouver éblouis quelques instants.  

Dans la dernière étape, après 25 minutes passées à remettre de l’ordre et procéder à de nouvelles vérifications, le sas est remis sous pression pendant environ 5 minutes. À l’intérieur, Peggy et Oleg se tiendront prêts pour accueillir Shane et Thomas et les aider à s’extirper de leur scaphandre.

L'astronaute français Thomas Pesquet au cosmodrome de Baïkonour le 17 novembre 2016. © AFP

© AFP/Archives Kirill KUDRYAVTSEV
L’astronaute français Thomas Pesquet au cosmodrome de Baïkonour le 17 novembre 2016

Article précedent

Les Cubains frustrés de la fin des privilèges migratoires américains

Article suivant

Primaire du PS: après un premier débat policé, la course continue

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Première sortie dans l'espace pour l'astronaute Thomas Pesquet