INTERNATIONAL

Prêtre assassiné: nouveaux rassemblements interreligieux, deux gardes à vue se poursuivent

Saint-Etienne-du-Rouvray (France) (AFP) – De nouveaux rassemblements interreligieux marquent la journée de samedi, signe de l’émotion qui demeure dans le pays quatre jours après l’assassinat d’un prêtre par deux jihadistes à Saint-Étienne-du-Rouvray, tandis que l’enquête continue avec la poursuite de deux gardes à vue.

Une « marche de la fraternité » part dans le centre de Lyon à 15H00, à l’appel du conseil régional du culte musulman. Une cérémonie est prévue un peu plus tard dans une église de Bordeaux. Et à la nuit tombante, une veillée de prières aura lieu à Sainte-Thérèse, la deuxième église de Saint-Etienne-du-Rouvray. L’autre édifice catholique, Saint-Etienne, où le Père Jacques Hamel, 85 ans, a été égorgé mardi matin, n’a pas encore pu être rendu au culte.

Vendredi déjà, des fidèles musulmans et chrétiens avaient tenu à partager un moment de fraternité en se rendant successivement à Sainte-Thérèse et à la mosquée Yahia de la ville. Ils étaient 200 à marcher à Toulouse, autant à La Rochelle, 70 à 80 à Périgueux.

– « Accueil fraternel » –

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a invité les fidèles du Prophète à se rendre dimanche à la messe pour exprimer « solidarité et compassion », et la Conférence des évêques a appelé les paroisses à leur réserver un « accueil fraternel ». Le président du CFCM, Anouar Kbibech, assistera à une messe en la cathédrale d’Evry puis à une autre à Notre-Dame de Paris.

Côté enquête, un jeune homme de 19 ans, « fiché S » (signalé pour radicalisation), arrêté le 25 juillet dans une enquête distincte des services de renseignement, a été mis en examen vendredi. Une vidéo d’un des deux assaillants de Saint-Etienne-du-Rouvray, Abdel Malik Petitjean, dans laquelle celui-ci prêtait allégeance au groupe État islamique (EI) et évoquait « une action violente », avait été trouvée dans un téléphone à son domicile.

Deux personnes étaient en outre toujours en garde à vue samedi, tandis que celle d’un mineur de 16 ans a été levée.

Le mineur n’en a toutefois pas fini avec la justice: des documents de propagande jihadiste ont été retrouvés dans son téléphone ainsi que dans son ordinateur, et ces éléments ont été transmis par le parquet de Paris à son homologue de Rouen, territorialement compétent et qui pourrait décider d’ouvrir une procédure distincte pour « apologie du terrorisme ».

Son frère intéresse les enquêteurs: proche de l’un des deux tueurs, Adel Kermiche, il est parti dans la zone irako-syrienne en 2015 et les services antiterroristes se demandent s’il a pu jouer un rôle depuis la Syrie dans l’attentat de mardi. 

Un cousin d’Abdel Malik Petitjean, âgé de 30 ans, était toujours en garde à vue. Les enquêteurs se demandent s’il avait connaissance des funestes projets de son cousin. Quant au second gardé en vue, un demandeur d’asile syrien, la photocopie de son passeport a été retrouvée au domicile d’Adel Kermiche.

Par ailleurs un mineur de 17 ans, qui avait tenté de partir en Syrie en 2015 avec Adel Kermiche, a été arrêté à Genève quelques jours avant l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray après une nouvelle tentative. Il a été remis à la France, mis en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » et placé en détention provisoire. A ce stade, « rien ne montre qu’il ait une quelconque implication » dans l’attentat, a averti une source proche de l’enquête.

– Dialogue avec les religieuses –

Le déroulé du drame se précise. Dans une interview à l’hebdomadaire La Vie, les deux religieuses qui avaient été retenues à l’intérieur de l’église ont raconté qu’un dialogue s’était engagé avec les deux jihadistes après l’assassinat du prêtre. « Tant qu’il y aura des bombes sur la Syrie, nous continuerons les attentats », leur a dit l’un des deux hommes. Interrogée samedi par l’AFP, soeur Danielle a indiqué que l’un d’entre eux était entré dans l’église quelques minutes avant l’attaque pour demander un renseignement.

Dans une interview au Monde daté de samedi, le Premier ministre Manuel Valls a pour sa part admis un « échec » dans le suivi judiciaire d’Adel Kermiche, qui était placé sous surveillance électronique et faisait l’objet d’une fiche S. 

Abdel Malik Petitjean était lui fiché S depuis le 29 juin. 

Des musulmans observent une minute de silence devant l'église Saint-Etienne-du-Rouvray, le 29 juillet 2016 en hommage au prêtre tué Jacques Hamel. © AFP

© AFP CHARLY TRIBALLEAU
Des musulmans observent une minute de silence devant l’église Saint-Etienne-du-Rouvray, le 29 juillet 2016 en hommage au prêtre tué Jacques Hamel

Article précedent

Des journalistes emprisonnés en Turquie, Erdogan critique les Occidentaux

Article suivant

Les premières familles syriennes sortent des quartiers rebelles d'Alep

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Prêtre assassiné: nouveaux rassemblements interreligieux, deux gardes à vue se poursuivent