AFPINTERNATIONAL

Primaire à droite: en meeting, Juppé vante sa campagne de "vérité"

Paris (AFP) – Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite, a vanté lundi soir sa campagne de « dignité » et de « vérité » pour rassembler « y compris les déçus de 2012 » plutôt que de « courir derrière le FN » à six jours du premier tour de la primaire de la droite. 

Un mois après la venue de Nicolas Sarkozy dans ce même Zénith à Paris, où il avait fustigé les élites, Alain Juppé a expliqué au contraire qu’il « ne veut pas dresser les élites contre le peuple ». 

« Cliver pour cliver c’est un jeu dangereux », a-t-il lancé en prenant soin de ne citer personne. Dans l’assistance, au milieu des ses soutiens traditionnels, comme Jean-Pierre Raffarin, un nouveau venu: le chiraquien et ex-président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré.

L’ancien Premier ministre de Jacques Chirac a dit se présenter en « homme libre », « sans avoir cédé aux petits marchandages d’arrière cuisine » et veut rassembler « les déçus de 2012 plutôt que de courir derrière le FN »

« Il paraît que je manque d’ambition. Non, je fais preuve de réalisme, de crédibilité et de confiance », a-t-il lancé après avoir entamé le meeting en lançant: « J’ai la pêche! Mais avec vous j’ai la super pêche! » 

Il a vanté sa « campagne dans la dignité » et « une campagne de vérité ». « Droit dans mes bottes j’ai été, droit dans mes bottes je resterai », a-t-il lancé.

« Avant que je monte sur scène mon équipe m’a dit: +laissez-vous applaudir+ il faut que je fasse un arbitrage entre le plaisir et le temps qui passe », a lancé le maire de Bordeaux, à qui il arrive d’avouer comme défaut sa légendaire impatience.

Ce sont ses soutiens le précédant à la tribune qui ont affûté leurs formules et se sont montrés les plus mordants pendant plus d’une heure. 

Premier à ouvrir le bal, le président LR du conseil général des Hauts-de-Seine Patrick Devedjian a donné le ton: « La bassesse populiste, ça suffit ». 

Le président des centristes de l’UDI, le député-maire de Drancy, Jean-Christophe Lagarde n’a pas non plus ménagé ses attaques en creux à l’adresse de Nicolas Sarkozy:  « Nous ne voulons pas un président qui flirte chaque matin avec les thèses de l’extrême-droite ». « A quoi cela servirait-il de vaincre le FN si c’est pour copier sa politique une fois au pouvoir! », a-t-il martelé, ne voulant pas de « mini-Trump » à l’Elysée.

Vice-présidente du MoDem, Marielle de Sarnez, a salué à la tribune un Alain Juppé « rassembleur » et un homme « estimé » des Français. La députée européenne a également salué « la force de caractère » du maire de Bordeaux, qui ne s’est « pas laissé entraîner » dans des « démagogies qui salissent la démocratie ».

Quant à la présidente LR de la région Ile-de-France, Valerie Pécresse, elle a fait la promotion d’un candidat « le mieux placé » pour battre à plate couture » la gauche et Marine Le Pen. 

« Si nous n’avons pas été réélus en 2012 c’est parce que nous avons déçu les Français », a-t-elle lancé. « La primaire c’est aussi le devoir d’inventaire », a dit cette ancienne ministre de Nicolas Sarkozy qui voit dans Alain Juppé « l’antidote au populisme ». 

Arrivant avec sa femme Isabelle Juppé, Alain Juppé a descendu les allées du Zénith entouré de caméras, et donné une bise à son fils qu’il a trouvé au passage sur le bord d’une travée. 

Alain Juppé entouré de ses soutiens lors d'un meeting au Zénith le 14 novembre 2016 à Paris. © AFP

© AFP Thomas SAMSON
Alain Juppé entouré de ses soutiens lors d’un meeting au Zénith le 14 novembre 2016 à Paris

7bcf851bb1c681658e2d2c5d83214e830b384b69
Article précedent

Primaire à gauche: Hollande serait battu, Valls s'imposerait

boxe
Article suivant

Boxe « Finales Chpt Novices » : Bora Bora en force

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Primaire à droite: en meeting, Juppé vante sa campagne de "vérité"