ACTUS LOCALESJUSTICE

Prison ferme mais maintien en liberté pour le militaire violent

Les deux militaires impliqués dans une bagarre au couteau ce week-end à l’Hélios ont été jugés lundi après-midi en comparution immédiate. Le fusilier marin de 20 ans, auteur des coups de couteau, a été condamné à 12 mois de prison dont quatre avec sursis. Son complice a été condamné à huit mois de prison avec sursis.

Dans la nuit de vendredi à samedi, une bagarre entre deux militaires et deux clients du bar de nuit de Papeete, l’Hélios, s’est terminée par plusieurs coups de couteau. Les deux marins ont été jugés lundi après-midi en comparution immédiate. L’occasion d’éclaircir les raisons de la dispute, même si les choses n’ont pas été simples vue l’alcoolisation des différents protagonistes. L’auteur des coups de couteau présentant un taux d’alcoolémie de 0,91 gr/l après la bagarre.

Selon les différentes versions, une altercation a éclaté dans la soirée après une bousculade. L’un des militaires a reçu une gifle de la part d’un des clients du bar. De retour à sa table, le marin a raconté la scène à ses collègues. Un jeu de regards et de provocation s’est alors installé. Finalement, à la sortie, les quatre hommes ont convenu d’en venir aux mains. Des coups de poings ont été échangés, mais impossible de savoir qui a véritablement commencé.

Et c’est dans la bagarre que le marin de 20 ans a sorti son couteau pour porter un coup à l’abdomen d’un de ses belligérants. Les deux militaires ont ensuite tenté de fuir, mais l’un d’entre eux a été rattrapé. Le tout sous l’enregistrement des caméras de surveillance. Finalement, les deux victimes s’en sont sorties avec une plaie au bras et une ITT de 10 jours pour l’un, et un séjour en réanimation avec une plaie à l’abdomen et 15 jours d’ITT pour l’autre. A la barre du tribunal, l’auteur du coup de couteau a expliqué avoir seulement voulu « intimider » ses adversaires avec son couteau. « Impossible », pour les victimes qui ont assuré n’avoir jamais vu la lame avant que le coup ne soit porté.

Les parties civiles et le procureur ont particulièrement insisté sur le statut particulier des prévenus. Deux jeunes militaires arrivés en mars en Polynésie pour une mission de quatre mois. « On vous a enseigné une première chose c’est de conserver votre maîtrise, oui ou non ? » a interrogé le procureur Hervé Leroy. Timide « oui » des deux prévenus en guise de réponse.

Les marins se sont timidement excusés à la barre regrettant « qu’une dispute en arrive jusque là ». Le propriétaire du couteau a indiqué avoir réagi « sous le coup de la peur ». Les deux hommes ont finalement été condamnés à 12 mois de prison dont quatre mois avec sursis pour l’auteur du coup à l’abdomen, et huit mois de prison avec sursis pour le second prévenu. Des peines assorties d’une mise à l’épreuve de deux ans et d’une obligation de travail et d’indemnisation des victimes.

Lundi soir, les représentants de l’armée présents n’étaient pas en mesure d’indiquer si des sanctions disciplinaires seraient prononcées à l’encontre des deux militaires.

Article précedent

Tatauroscope du mardi 18 juillet 2017

Article suivant

Les deux grèves levées à Bora Bora

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Prison ferme mais maintien en liberté pour le militaire violent