ACTUS LOCALESJUSTICE

Procès Cross-Laurey : le parquet « pas sûr que l’infraction soit constituée »

Après plusieurs renvois, le procès pour « diffamation envers un citoyen en charge d’un mandat public » opposant Nuihau Laurey à Valentina Cross s’est finalement tenu mardi après-midi. Si l’avocat de l’élue UPLD n’a pas justifié les accusations de sa cliente à l’encontre de l’ancien vice-président, le parquet a estimé qu’il n’y avait pas pour autant « diffamation » et que les propos relevaient d’un simple « point de vue » « dans le débat publique ». Le délibéré est attendu pour le 17 octobre prochain.

Le tribunal correctionnel de Papeete a jugé mardi après-midi les trois plaintes en « diffamation » déposées par l’ancien vice-président en charge des Energies, Nuihau Laurey, à l’encontre de l’élue UPLD, Valentina Cross. L’élue indépendantiste avait accusé l’ancien vice-président de « prise illégale d’intérêt » et de « favoritisme » envers EDT dans la passation de l’appel d’offre de la concession du Secosud. Des accusations répétées à trois reprises sur l’antenne de Radio 1, Polynésie 1ère et sur Facebook.

Mardi après-midi, le conseil de Nuihau Laurey, Me Arcus Usang, a dénoncé l’absence de « preuves » mais aussi de « plaintes » promises par Valentina Cross suite à ces accusations. L’avocat de l’élue UPLD n’a pas non plus justifié les accusations à l’audience. Mais pour le parquet, le débat était ailleurs. Le vice-procureur, Michel Bonnieu, a en effet indiqué « ne pas être sûr que l’infraction soit constituée ».

Pour le représentant du ministère public : « ce sont des émissions politiques où Mme Cross s’est exprimée, peut-être de manière un peu abrupte. A mon sens, il ne s’agit que d’un point de vue ». Le vice-procureur a estimé que : « M. Laurey a une profession publique, un rôle publique, il est dans une situation où l’on prend des coups et où souvent on les rend ». Un point de vue partagé par le conseil de Valentina Cross, Me James Lau, qui évoque un simple « jugement de valeur ».

Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 17 octobre prochain.

Article précedent

Les charges contre l’ex-président du tribunal prescrites

Article suivant

L’accident qui peut coûter cher à Hitiaa o te ra

2 Commentaires

  1. hinano51
    7 septembre 2017 à 1h46 — Répondre

    Elle a pris un coup de crosse sur la tête elle est toujours en procès avec quelqu’un çà relève de la psychiatrie ……

  2. F. Mercier
    8 septembre 2017 à 9h44 — Répondre

    Alors on peut salir un ministre, le traiter de pourri et de corrompu en prétendant avoir des preuves qu’on ne montre pas, et d’après l’avocat de Mme Cross, c’est normal, tant que c’est fait dans « le respect ». Non mais ho, je rigole. Un peu de sérieux M. le proc. Vous avez condamné un lampiste il y a quelques mois qui en avait dit deux fois moins dans la Dépêche, et là vous laissez filer le gros poisson?

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Procès Cross-Laurey : le parquet « pas sûr que l’infraction soit constituée »