INTERNATIONAL

Proche-Orient: « tout doit être fait » pour une solution à deux Etats

Le Caire (AFP) – Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a défendu mercredi une solution à deux Etats au conflit israélo-palestinien, prenant le contre-pied de Washington qui dit ne pas vouloir insister sur une telle solution.

Un responsable de la Maison Blanche avait indiqué mardi que Washington n’insisterait pas sur une solution à deux Etats au Proche-Orient, à la veille de la visite du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu aux Etats-Unis.

« Il y avait un accord total » sur le fait que toute résolution au conflit israélo-palestinien nécessite « une solution à deux Etats et que tout doit être fait pour préserver cette possibilité », a affirmé mercredi M. Guterres au Caire, à l’issue de sa rencontre avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi.

Mardi, le responsable de la Maison Blanche avait indiqué sous le couvert de l’anonymat qu' »une solution à deux Etats qui n’apporte pas la paix est un objectif que personne ne cherche à atteindre ».

« La paix est l’objectif, que cela soit sous la forme d’une solution à deux Etats si c’est ce que les parties veulent, ou quelque chose d’autre si les parties le veulent », avait-il ajouté.

La dirigeante palestinienne Hanane Achraoui a critiqué mercredi ces propos. « Cela n’a aucun sens », a dit à l’AFP Mme Achraoui, membre du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Le principe de deux Etats « vivant côte à côte en paix et en sécurité » a été défendu depuis un demi-siècle par tous les présidents américains, démocrates comme républicains.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres à Dubaï, le 13 février 2017 . © AFP

© AFP STRINGER
Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres à Dubaï, le 13 février 2017

Article précedent

L'Otan "socle fondamental" pour l'Amérique, rassure le chef du Pentagone

Article suivant

Le Parlement européen approuve l'accord commercial UE/Canada

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Proche-Orient: « tout doit être fait » pour une solution à deux Etats