ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Puta’i Taa’e déjà épinglé pour ses « dérives » à Papara

Dans son rapport sur la gestion de Papara, la chambre territoriale des comptes tacle « le retour de pratiques inadéquates » et de « dérives » au « caractère douteux » dans la gestion du nouveau maire élu fin 2015, Puta’i Taa’e.

Radio 1 s’est procurée le rapport d’observations définitives de la chambre territoriale des comptes (CTC) qui devait être examiné lors du conseil municipal -reporté- de Papara vendredi dernier.

La juridiction financière y évoque notamment qu’après le redressement de ses comptes sous la tutelle du haussariat et de la CTC, en 2016, la commune s’est livrée à « des actes de gestion relativement coûteux et pour certains porteurs de dérives avérées ou potentielles ».

On apprend notamment que le nouveau maire élu fin 2015, Puta’i Taa’e, « a fait acheter par la commune un véhicule 4×4, de gamme élevée, d’une valeur de 7,7 millions de Fcfp et l’a affecté à son seul service ». Que la commune a payé « 3,2 millions de Fcfp » pour le voyage à Paris, à l’occasion du congrès des maires, du tavana, de sa compagne pourtant conseillère municipale sans délégation, et de cinq autres élus.

La chambre cite aussi l’exemple d’une condamnation de la commune début 2018 à 4 millions de Fcfp d’amende pour avoir confié le marché de la démolition de l’école Apatea « sur simple décision du maire à une société qui n’avait pourtant pas obtenu le meilleur classement d’après les critères de l’appel d’offres ».

Enfin, entre autres, la juridiction révèle aussi les dessous de l’affaire de l’association Ia Ora Papara, dévoilée en 2016 par Radio 1. On y apprend que l’association qui récupérait toutes les subventions culturelles de la commune a en fait « servi à des voyages à Los Angeles du maire et de plusieurs de ses adjoints ».

Article précedent

Le risque d’une rechute financière à Papara

Article suivant

Répondeur de 6h30, le 10/12/2018

7 Commentaires

  1. Viniura
    10 décembre 2018 à 8h47 — Répondre

    Ah les maires, fer de lance de la politique publique … Bonne idée mais avec option changement pour certains s’il vous plait

  2. Jean Louis CARON
    10 décembre 2018 à 11h57 — Répondre

    ….., l’affaire est officielle maintenant….., allez en taule…..

  3. tam
    10 décembre 2018 à 15h12 — Répondre

    Quand on pense que les deux Maires des ISLV n’ont pas été en taule…et bien lui n’ira pas non plus en taule…majorité politique oblige… En Polynésie française, les Maires peuvent être condamnés, mais libres et éligibles… Youpie!!!!

  4. COROSOL
    10 décembre 2018 à 15h29 — Répondre

    c’est commune par commune qu’il faut éplucher les comptes, la justice devrait avoir de belles surprises.
    Quant aux « tricheurs », saisie des biens pour rembourser la collectivité

    • 10 décembre 2018 à 17h09 — Répondre

      C’est un peu déjà le principe de la chambre territoriale des comptes, non ? 😉

  5. moana
    10 décembre 2018 à 18h17 — Répondre

    d’accord avec Tam. vu que les pourris précédents ne sont pas ni emprisonnés ni punis à l’inéligibilité on continue de plus belle à s’empiffrer sur le dos du contribuable. Elus pourris avec la complicité de la justice.

  6. Stanley CROSS
    11 décembre 2018 à 18h19 — Répondre

    Pourquoi les maires se gêneraient-ils avec une justice complaisante, si ce n’est pas le parquet qui ferme les yeux (plaintes déposées en août 2016 et février 2017 sur l’appel d’offres du Sécosud restées sans réponse) ? Cela fait des années que cela dure et les électeurs maohi votent toujours pour les mêmes. Il faut croire que chez nous, un élu honnête n’est pas digne d’être élu. Un peuple qui n’a plus d’éthique ni de morale, qui ne sait pas faire la différence entre le bien et le mal ou qui considère le mal pour le bien, qui va à la messe le dimanche pour se donner bonne conscience et qui passe tout le reste de la semaine à pactiser avec le Diable ; un peuple qui est tombé bien bas et qui me fait honte.

Répondre à moana Annuler la réponse.

PARTAGER

Puta’i Taa’e déjà épinglé pour ses « dérives » à Papara