EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Quand certains mangent encore du chien … – EDITO 08/06/2016

C’est l’histoire d’une association britannique qui a envoyé une pétition à François Hollande. Cette pétition nous touche nous, polynésiens. En effet elle dénonce à notre chef d’état le fait qu’en Polynésie le commerce de viande de chien sous le manteau soit toujours d’actualité malgré une interdiction formelle par la loi qui date de plus de 40 ans.

C’est un reportage de Polynésie 1ère de 2010 et qui a été vu plus de 65 000 fois qui a mis le feu aux poudres. Je me souviens très bien de celui ci que j’avais vu à l’époque et qui m’avait causé un vrai malaise.

Sur l’île de Ana’a le trafic ne serait pas si caché que ça même s’il a diminué. Mais en fait, il touche de nombreuses îles qui ont du mal à être desservies par des goélettes de ravitaillement. La barquette serait vendue 1000Fcp.

Notre première réaction à tous, bien pensants, est une moue de dégoût. « Comment ? Mais c’est affreux ! Ce sont des sauvages ! ». Mouais. Mais en vrai ce n’est pas aussi simple. Vous souvenez-vous de ces histoires qu’on vous racontait en cours sur ce que les français mangeaient pendant la guerre ?  Les ragouts de rats ou autres animaux du Zoo de Vincennes rôtis ? Je vous l’ai démontré depuis un moment déjà, je suis un fervent défenseur de la cause animal. Je ne supporte pas la souffrance. Mais je ne suis pas hypocrite au point de ne pas reconnaître que lorsque je mange de la viande de bœuf, je fais en sorte de ne pas m’imaginer qu’elles auraient pu être ses souffrances.

La grande question serait de se demander s’il y a des espèces qui valent plus d’égards que d’autres. Entre un gorille et un écureuil, quelle vie privilégieriez-vous ? Entre un dauphin et un thon rouge ? Entre un chien et un poulet ? Vous comprenez où je veux en venir ? Nous sommes prisonniers d’un système de pensée. Nous partons du principe qu’une espèce vaut mieux qu’une autre au lieu de respecter tout simplement la vie.

Donc quand aux Tuamotu on est fiu de manger du poisson, qu’on a plus de sous pour s’acheter des caisses de cuisses de poulet ou encore plus luxueux des steaks hachés, qui en plus tardent parfois à arriver par voie maritime, peut-on vraiment, mais vraiment, les blâmer de vouloir se mettre autre chose sous la dent ? Un toutou est bien entendu éminemment plus attachant qu’un poulet, mais à partir du moment où nous mangeons un animal quel qu’il soit pourquoi faire tant de manière à consommer une autre espèce. Surtout lorsque celle-ci est simple à élever et à faire reproduire.

C’est facile de jeter la pierre quand on a les moyens de s’acheter un kilo d’entrecôtes premier choix de Nouvelle Zélande. Mais on en consommerait sans doute moins si on faisait connaissance avec la vache qu’on cuit avant de s’en régaler. Ce contre quoi il faut se battre et s’offusquer c’est la souffrance que l’on inflige pour se nourrir, quelle que soit la bête, car une vie, à mon sens, en vaut bien une autre.

Article précedent

Solia : « Les feux à Mahina c’est un problème »

Article suivant

Liberia: plus d'Ebola dans le dernier pays d'Afrique de l'Ouest encore touché

5 Commentaires

  1. loukoum
    9 juin 2016 à 15h33 — Répondre

    Je suis bien d’accord ,maintenant je pense qu’on peux élever des poule et mangez des oeufs et cultiver un peu au lieu de choisir la facilité .Je ne mange pas de viande sachant les souffrances que les animaux endurent et croyez moi je suis en super forme ,je me suis vite habituée ,et je me nourrie très bien !on peu vivre sans viande !

  2. 9 juin 2016 à 19h42 — Répondre

    J’adhère à ta vision des choses, une vie en vaut bien une autre….

  3. Patou
    10 juin 2016 à 7h11 — Répondre

    Gelée fluorescente , le pudding, le welsh rarebit, le haggis ou encore le Kedgeree!!!! Franchement les angalis , ils feraient mieux de se regarder avant de donner des conseils culinaire aux autres….

  4. LEU
    13 juin 2016 à 8h22 — Répondre

    On peut et on doit faire le même genre d’analyse pour ces animaux que ces éminents chercheurs ont volontairement contaminé au nom de la sauvegarde de la vie humaine. Manger pour se nourrir est vital pour l’homme. Se soigner et surtout guérir l’est tout autant. Il n’est pas nécessaire que François Hollande réponde à cette association anglaise car c’est une question qui touche n’importe quelle société humaine, laquelle ne peut y répondre que dans un contexte propre à elle même.

  5. Wizard
    27 août 2016 à 5h26 — Répondre

    Ces anglais alors… Tt comme les yankee ils bouffent des queues de bichons tous les jours sans même s’en rendre compte.. HOT DOGS PLEASE?

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Quand certains mangent encore du chien … – EDITO 08/06/2016