EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Quand la politique s’affranchit sans honte de toute constance ou fidélité – Edito 09/03/2017

S’il y a bien une qualité essentielle que l’on serait en droit d’attendre de nos hommes et femmes politiques pour nous permettre d’y voir plus clair dans le marasme ambiant, c’est la constance. Le caractère stable d’une opinion ou d’un sentiment. Bien entendu de nombreux facteurs peuvent justifier des ajustements en fonction de l’évolution des mœurs, et de la société en général, mais sans doute pas de prendre des virages à 180°.

Pour exister et tenter de compter, de peser, quand de moins en moins de monde veut se montrer à vos côtés, doit-on pour autant renier qui l’on est ? Les calculs de politique politicienne, justifient-ils de prendre ouvertement pour des nigauds ceux de leurs électeurs qui sont à minima éclairés. Normalement non, si tant est que la morale ait encore vocation à exister dans ces sphères. Pourtant, plus c’est gros et plus ça passe.

Quand j’entends « c’est la personne que je parraine mais pas son parti », on est passé là au stade de l’insulte à l’intelligence collective. Comme si on attendait de nos élus qu’ils se mouillent parce qu’untel est sympa, ou qu’il appartient à tel ou tel sexe, plutôt que de le faire car ils soutiennent un programme ou une idéologie. Depuis quand le parrainage à l’élection présidentielle est-il devenu une action de grâce visant la personne au détriment de ce qu’elle incarne et porte comme projet pour la République toute entière ? Lorsque l’on est un homme ou une femme politique, que l’on appartient à un parti qui a une histoire, un patrimoine et fatalement un héritage, peut-on a ce point faire fi de ce qu’implique la symbolique de son ralliement derrière tel ou tel nom ? A nouveau, « normalement non », si tant est que le reniement de ses fondamentaux soit quelque chose dont on puisse finalement s’accommoder au regard d’un opportunisme politique. D’un ascenseur susceptible d’être renvoyé en temps voulu, en cas de victoire, car personne d’autre ne veut appuyer sur le bouton pour vous. Un pari qui ne manque pas d’audace, certes, mais qui est lourd de sens, dans l’espoir que la mise finisse par rapporter au moins un peu.

A y réfléchir davantage plus que la constance, c’est plutôt la fidélité qui doit prîmer. Car on peut être fidèle à un idéal politique visé sans être nécessairement constant dans les arguments ou les actes par lesquels on y tend. Mais lorsque plus aucune de ces deux valeurs ne sont honorées par ses engagements, ses prises de positions, ses soutiens publics, on finit donc par tromper. Lorsque je vote pour permettre à quelqu’un d’obtenir un mandat politique, ce n’est certainement pas pour qu’au final en mon nom, il travestisse l’esprit de mon suffrage. A aucun moment un élu ne doit pouvoir s’imaginer que ce qu’il fait dans le cadre de son mandat n’implique que lui, il reste simplement le dépositaire d’un pouvoir qu’il exerce en notre nom et qu’il ne peut pas dénaturer quand ça lui plait, impunément. La sanction viendra des urnes.

Article précedent

Football – PSG-Barça : Le match qui a déchainé les passions à Tahiti aussi

Article suivant

Replay A vous la parole - Sandra Levy- Agami - 08/03/2017

2 Commentaires

  1. deidoux
    10 mars 2017 à 8h57 — Répondre

    Merci pour cet édito …. encore une fois vous dites tout haut ce que les gens n’osent pas voir ….

  2. TETUMU
    10 mars 2017 à 15h13 — Répondre

    Merci Alexandre pour ton edito ! Ça fait mouche ! J’espère qu’il y a des personnes qui écoutdnt et qui lisent et qui réfléchissent et qui réagissent et qui osent résister contre la tyranie de tous ces hommes et femmes qui jouent les apprentis politiciens. Ils ont tous oublié le sens noble de cette mission dont ils ont la charge parce qu’ils se sont présentés sur les listes élecrorales pour être élus
    Sommes nous obligé de voter pour eux NON! Bulletin blancs svp si vous n’êtes pas d’accord !
    Devenir un guide, un protecteur, un exemple, un enseignant, un dirigeant, un médecin,, un poète, un artiste, un artisan, un visionnaire, un ecologiste.
    Ils n’ont pas la carrure d’un guide, ni ne sont protecteur, ni ne sont des exemples, ils ne nous apprennent rien, ils ne savent pas diriger le pays, ils ne guérissent aucune maladies, ils ne comprennent ni ce que c’est un poète, ne connaissent rien de l’art, ils n’ont aucune visions honorables du futur parce qu’ils n’ont aucune notions de l’écologie !
    Continuer d’aller voter pour eux, c’est mettre notre vie en danger et surtout la vie de nos enfants !

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Quand la politique s’affranchit sans honte de toute constance ou fidélité – Edito 09/03/2017