EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Quand l’aiguille terrorise, la pilule peut-elle quand même passer ? Edito 29/03/2021

Les élucubrations de certains qui tirent la couverture plus que d’autres par leurs outrances ont malheureusement tendance à réduire à peau de chagrin l’influence des personnes plus mesurées qui auraient des arguments rationnels à partager, et c’est un gros problème.

Dans le maelstrom d’une cacophonie où la paranoïa délirante des uns décrédibilise donc tous les autres qui se raccrochent aux wagons d’un élan citoyen pour faire valoir un point de vue argumenté, le résultat peut paraître injuste, mais il est ce qu’il est, c’est tout le monde qui passe pour une bande d’illuminés.

De mon point de vue, et il semble communément partagé, j’ai tendance à me réjouir du fait qu’en Polynésie française nous en soyons au stade où la vaccination de masse toutes catégories d’âge confondues est possible. Quand on voit quelle est la situation dans l’hexagone on est en droit, ici, de s’estimer privilégiés. Lorsque des médias relaient des images de centres de vaccination qui connaissent un manifeste succès de fréquentation, il est devenu commun que ces candidats au vaccin se fassent insulter sur des relais d’opinion et notamment traiter de moutons.

Pour moi c’est ici plus qu’ailleurs que le bât blesse. Quelques rebiffards sont donc absolument convaincus que la majorité de la population a hypothéqué son libre arbitre, a mis au placard sa capacité de jugement, pour se placer au rang de bétail, où recevoir une inoculation comme on prendrait le coup final dans un abattoir. Tous les pouvoirs publics, tous les laboratoires pharmaceutiques, tous les médias, du monde, seraient ainsi complices du plus vaste et du plus pernicieux et sadique génocide organisé des temps modernes. C’est tellement triste de s’être laissé enfermé dans cette bulle de défiance toxique et irrationnelle.

Si l’aiguille qui pénètre dans la peau est à ce point susceptible d’ébranler des cerveaux, gageons alors que les dernières avancées scientifiques dans le domaine catalysent un retour rapide et généralisé de la raison. Je vous parle des promesses autour du vaccin en prise orale Oravax. Un simple comprimé à avaler fruit de la collaboration et du mélange des technologies et des trouvailles de deux sociétés dont les premiers tests s’avèrent ultra prometteurs à la fois en termes d’efficacité contre la Covid19, ses différents variants aussi, tout en diminuant les risques d’effets secondaires après la prise par rapport à celui d’AstraZeneca par exemple. Le potentiel de production et de distribution à large échelle serait sans commune mesure plus performant que ce que nous connaissons actuellement. Pour ceux qui veulent en savoir plus je vous mets un lien dans le replay de cet édito sur notre site.

Donc cette prouesse à venir trouvera-t-elle grâce aux yeux des plus suspicieux ? Rien n’est moins sûr car il s’agit pour ce qui est de leur égarement, de leur faire avaler la pilule …

Références :

https://www.businesswire.com/news/home/20210322005268/fr/

https://www.israelscienceinfo.com/medecine/covid-19-oramed-pharmaceuticals-met-au-point-un-vaccin-par-prise-orale-ideal-contre-les-variants/

https://www.businessinsider.fr/us/oravax-tablet-covid-19-vaccine-plans-trials-soon-no-needles-2021-3

Article précedent

Vaccination : "On a attendu, on s'est renseignés... Et puis on est venus"

Article suivant

La revue de presque de Nicolas Canteloup d'Europe 1 - L'intégrale du 29/03/2021

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Quand l’aiguille terrorise, la pilule peut-elle quand même passer ? Edito 29/03/2021