EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Quand le plastique nous perdra – Edito 11/12/2019


: cliquez sur ce pictogramme dans la vidéo ci-dessus pour activer les sous-titres synchronisés

En 2050, selon la Fondation Ellen MacArthur, il y a aura plus de plastique que de poissons dans l’océan. Au nord de chez nous dans le Pacifique, le tristement fameux 7e continent est composé d’environ 18 000 milliards de déchets plastiques, et il grossit plus les jours passent. Par la désagrégation de cette matière dans notre environnement ce sont tous les sols, et tout ce qui est vivant, nous y compris, qui sont contaminés. Chaque année, le décès d’un million d’oiseaux et 100 000 mammifères marins est directement causé par les déchets plastiques dans l’océan. Plus proche de nous, je visitais il y a quelques semaines la clinique des tortues marines de Moorea gérée par l’association Te Mana o te Moana, qui expliquait aux visiteurs à quel point c’était en fait tout l’écosystème marin qui était déjà en péril, s’émouvoir d’une tortue qui s’étouffe avec un sac plastique n’est que le sommet visible de l’iceberg.

On est donc face à une véritable urgence et c’est pour cela que le débat fait rage depuis quelques temps déjà dans tous les grands pays, sur les premières mesures à mettre en place le plus rapidement possible. Sans qu’il ne soit encore rationnellement envisageable bien entendu de se passer totalement des matières plastiques dans tous les domaines de notre industrie, l’idée est de se bouger à propos de ce qui apparait comme le plus simple à mettre en place. On pense donc à l’abandon des produits à usage unique faits en plastique tant il existe déjà de nombreuses alternatives.

Ainsi en mars dernier le Parlement européen a entériné à une large majorité la fin dans l’Union européenne, à partir de 2021, de ces produits en plastique à usage unique qui polluent les océans. Mais pour d’autres produits, notamment les emballages en plastique pour des aliments prêts à consommer, l’objectif est de réduire leur utilisation au niveau national et d’être plus exigeant sur leur conception et leur étiquetage. En gros ça voulait dire : on ne se mouille pas, on ne décide rien, débrouillez-vous chacun chez vous.

Et bien c’est finalement problématique, énorme déception, puisque lundi l’Assemblée Nationale en France a voté : les emballages plastiques à usage unique seront interdits … en 2040. 2040 ! La majorité de nos députés a donc une très relative conscience de l’urgence dans laquelle nous sommes réellement et semble avoir cédé au lobbying des industriels qui n’ont pas envie de se prendre la tête puisque ça marche très bien comme ça pour eux … C’est écœurant.

Au Fenua si la loi de pays sur l’interdiction des sacs plastiques à usage unique, qui se fait encore attendre, serait dans les tuyaux pour cette année, on ose espérer que ne tardera pas à venir ensuite une autre à propos des emballages. Pourvu que nos élus soient plus courageux qu’en Métropole. Je sais, l’espoir fait vivre.

Article précedent

Municipales : Michel Buillard « complètement à côté de la plaque », dit Gaston Flosse

Article suivant

Répondeur de 6:30, le 11/12/2019

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Quand le plastique nous perdra – Edito 11/12/2019