EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Quand le Superbowl nous rappelle à notre triste sort de téléspectateur polynésien – Edito 04/02/2020

110 millions de téléspectateurs rien qu’aux USA dimanche pour le fameux Superbowl. Pour ceux, et ils ont le droit, qui sont largués, c’est la finale de leur championnat national de Football américain. Je connaissais surtout l’événement pour la démesure du show de la mi-temps qui est systématiquement confié à des stars d’envergure internationale. Cette année je me suis dit qu’au lieu de regarder Shakira et Jennifer Lopez en replay, en bon Geek que je suis j’allais bien trouver un moyen de savourer ça en direct.

Aux Etats-Unis on appelle ça les offres « cord cutter ». Cela signifie que vous n’êtes plus abonné à la télévision par câble, ou satellite, mais à un bouquet de chaînes que vous recevez par internet avec d’innombrables fonctions intuitives d’arrêt sur image, de reprise du programme depuis le début, d’enregistrement, etc. En France ça existe aussi, vous connaissez peut-être Molotov. Comme il existe très peu de technologies qui ne soient pas susceptibles d’être détournées, si vous avez accès à un VPN, c’est-à-dire un logiciel qui vous permet de simuler votre présence dans un autre pays (c’est légal), vous pouvez vous abonner à des offres payantes normalement exclusivement réservées à ceux qui y vivent (ça c’est moyennement légal). Certains ont ainsi pu découvrir Netflix avant que ce ne soit possible en France, idem depuis Novembre pour la nouvelle plateforme Disney +, etc. Ainsi, le portail Hulu permettait donc de suivre le Superbowl en direct ce weekend puisque la chaîne FOX, le diffuseur officiel, y est proposée.

Vous savez quoi ? Tout en étant à des milliers de kilomètres de leur serveur informatique, en faisant transiter le signal par un deuxième serveur qui faisait croire au premier que j’étais un américain moyen de l’Arkansas en mode couch-potato sur son canapé, et bien … au final je me suis rendu compte que ça marchait mieux que le seul bouquet payant de chaînes locales que nous avons en Polynésie.

C’est pas de chance quand même, à grands frais un tête de réseau est installée sur la côte Est pour s’occuper de la distribution vidéo sur toutes les box internet du Fenua, tout est neuf, et pourtant ça marche souvent très mal. Les excuses pour écran noir sont devenues régulières au grand dam des abonnés. En outre, si des chaînes comme TF1 et M6 sont diffusées en HD, la qualité de rendu de nos deux principales chaînes locales est affligeante tellement le signal est compressé et pixellisé. Ça donne vraiment pas envie.

Ah oui et même si je n’ai toujours rien compris aux règles du Foot Américain, et j’en conviens je n’ai pas fait trop d’efforts, le duo Shakira/J.Lo, entre deux spots de campagne pathétiques de Trump et Bloomberg ou la terrible vérité sur Jason Momoa qui en fait enlève ses muscles et ses cheveux quand il rentre chez lui, m’ont fait mon dimanche.

Article précedent

Annick Girardin en direct sur Radio1 vendredi : posez vos questions !

Article suivant

French Bee s’ouvre aux États-Unis avec Alaska Airlines

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Quand le Superbowl nous rappelle à notre triste sort de téléspectateur polynésien – Edito 04/02/2020