ACTUS LOCALESSOCIAL

Quand les touristes bloqués quittent Maupiti à tout prix

© DR

Scènes singulières à Maupiti la semaine dernière. En pleine grève des pompiers des aérodromes territoriaux, plusieurs groupes de touristes bloqués ont sollicité des propriétaires de bateau de l’île pour se faire transporter jusqu’à l’aéroport de Bora Bora avec famille et bagages, dans des conditions de confort toutes relatives…

L’affaire a ému les professionnels du tourisme de Maupiti. La semaine dernière, en pleine grève des pompiers des aérodromes des îles et sans visibilité sur la reprise du transport aérien, plusieurs groupes de touristes ont sollicité des propriétaires de bateau privés de Maupiti pour les emporter à tout prix vers l’aéroport non-bloqué de Bora Bora. Une opération qui a donné lieu à des scènes assez singulières de touristes voyageant entre Maupiti et Bora Bora avec leurs bagages dans des conditions de confort toutes relatives. Au grand dam, bien évidemment, des professionnels du tourisme qui rapportent même un incident, jeudi dernier, avec un bateau accroché sur le récif. Information contestée par le tavana de Maupiti, Woullingston Raufaore, qui affirme qu’aucun incident de ce type ne lui a été rapporté. Le tavana explique avoir été mis au courant de ces transports improvisés de passagers, mais il assure que la mer était bonne. Reste que l’épisode est loin d’avoir réjoui les professionnels du tourisme, et encore moins les touristes eux-mêmes…

Article précedent

La suspension du chirurgien vasculaire de Taaone suspendue

Article suivant

Le haut-commissaire annonce de nouvelles réquisitions

5 Commentaires

  1. Tiare 1
    23 mai 2017 à 6h50 — Répondre

    Et la sécurité pour ces personnes ? Nul n’y a songé apparemment…

  2. Iritahua
    23 mai 2017 à 6h52 — Répondre

    Félicitations à ces grévistes de faire fuir les touristes, de les faire rembourser les billets de retour non utilisés.

  3. Temo
    23 mai 2017 à 9h07 — Répondre

    Tiens, « l’action » des pompiers en arrive donc à mettre en jeu la sécurité des gens, on n’est plus à un paradoxe près. Et pas n’importe quels gens. Nos hôtes. Nos manihini. Ceux dont on espère qu’il nous apporteront la prospérité, pour faire suite à la Bombe. Et les grévistes ont presque tous les droits. Dans un pays avec autant de chômeurs, on marche vraiment sur la tête. Quel besoin de copier le code du travail Français, alors qu’on est compétents pour faire notre propre code? Tout ce que ça nous amène, c’est de donner des armes aux racketteurs professionnels que sont les syndicats.

  4. tam
    23 mai 2017 à 16h27 — Répondre

    Aiaia!!!!! Mr Le Haut-commissaire de Polynésie française et la sécurité des passagers à bord de ces poti Marara??? Pour 3h à 4h de mer, mais c’est complètement dangereux!!!!,Mais la gendarmerie maritime des ISLV devrait intervenir et les aider ces pauvres touristes. Non mais la honte…pauvre Polynésie!

  5. MATA
    25 mai 2017 à 23h21 — Répondre

    Merci à Madame BOUTEAU…enfin à monsieur pour cette belle promotion touristique. Des vacances de rêves et des années d’économies pour certaines familles étrangères balayées par des actes égoistes et sans réels motivation. Allez on continue comme ça et on pourra obtenir le golden globe du tourisme. Ah non j’oubliais pour rattraper le coup la délégation de paris qui n’a rien à faire organise un marché…n’est ce pas novateur?

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Quand les touristes bloqués quittent Maupiti à tout prix