EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Quand l’idiocratie achève la démocratie – Edito 08/04/2019

Les gouvernements mettent un temps fou à légiférer pour encadrer davantage les réseaux sociaux qui sont pollués par les profils anonymes haineux. Les pouvoirs publics ou autres associations ne communiquent pas suffisamment sur les droits et les limites de la liberté d’expression. Aussi quand on a deux trois neurones qui fonctionnent bien on se bat en permanence pour ne pas se les faire court-circuiter par ceux qui manifestement sont débiles à en bouffer du foin. Alors je ne sais pas s’il y en a plus qu’avant ou si l’avènement du tout numérique leur a permis d’exister au premier plan mais une chose est sûre ils posent à mon sens un péril plus important à la planète que n’importe lequel des réchauffements climatiques.

On dirait que cela faisait un moment dans ces proportions que dans l’histoire de l’humanité les lumières n’avaient eu à ce point à se débattre pour continuer d’exister et se défendre des ténèbres voulant les envahir. La démocratie est en danger parce qu’un trop plein de libertés sans encadrement a été mis à la disposition de ceux qui n’étaient ni assez sages ni assez éclairés pour en faire un bon usage.

On assiste à l’avènement de la médiocrité, la démocratie devient idiocratie parce que nous laissons des hordes de décérébrés, d’extrémistes, de frustrés, prendre le dessus sur tous les autres sur les nouveaux relais d’opinion et les vecteurs principaux d’information.

Parfois, parce que l’on est confronté à l’ineptie, à la paresse intellectuelle, à l’outrance même, vient le réflexe de s’attarder et de tenter de donner des clés de compréhension afin que le bon sens l’emporte. Que nenni c’est peine perdue, la bile vous remonte dans la gorge, les veines battent sur vos tempes, et vous vous rendez compte une fois de plus, une fois de trop, que donner de la confiture aux cochons c’est la gâcher.

Il y a eu trop de laisser aller, la voie de la raison n’est plus en mesure de l’emporter si tous ceux qui sont pris à parti sur internet laissent passer sans porter plainte pour la diffamation, la discrimination, l’incitation à la haine dont ils sont manifestement victimes. Si les gouvernements ne prennent pas le problème à bras le corps pour que la vie numérique soit encadrée par le même état de droit que celui que l’on connait dans la vraie vie, alors nos sociétés courent à leurs pertes. Assez parlé, il est temps de faire le ménage.

Article précedent

La grève est finie à Champion Toa Moorea

Article suivant

Le tavana de Paea soutiendra les Républicains pour les Européennes

1 Commentaire

  1. Gérard Bion
    9 avril 2019 à 10h20 — Répondre

    Un réflexe bien Franchouillard de demander sans cesse de nouvelles lois ou règlements…

Laisser un commentaire

PARTAGER

Quand l’idiocratie achève la démocratie – Edito 08/04/2019