EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Quand littéralement votre argent part en fumée … – Edito 01/06/2016

Il ne m’aura pas fallu très longtemps avant de décider du thème de cet édito. A peine ma session d’antenne terminée hier à midi trente cela avait commencé à me travailler. En raison de la journée mondiale de lutte contre le tabac j’avais donc voulu en faire le thème central de notre émission interactive A vous la parole que Radio 1 diffuse tous les jours dès 11h pour qu’interviennent notamment d’anciens fumeurs qui auraient réussi à mener à termes leur difficile démarche d’arrêter la clope.

Et ce n’était pas tant la quantité des témoignages qui était remarquable, mais plutôt leur qualité. Le trait commun était la délivrance. La liberté retrouvée de pouvoir vivre plus longtemps et en meilleure santé. Celle qui permet de retrouver le goût des choses, d’éviter de refouler trop du goulot de bon matin au réveil et bien d’autres avantages. A plusieurs reprises le fumeur que je suis s’est senti honteux. Minable même. Car comme le soulignait un auditeur de nos jours on ne peut plus dire qu’on ignore que la cigarette est ultra nocive pour notre santé mais aussi pour les fumeurs passifs que sont les membres de notre famille, ou encore ceux qu’on oublie trop souvent, nos animaux de compagnie. Entre le cyanure et au moins une bonne dizaine d’autres poisons qui sont mélangés au tabac, la composition de ces bâtonnets est totalement scandaleuse.

Mais si je le sais, pourquoi est ce que je continue ? Pourquoi alors que chaque franc dépensé est important n’aies je pas fait avant de proposer cette émission hier le calcul de ce que cela me coûte à l’année ? Je vais le refaire avec vous maintenant et peut être que comme moi vous allez avoir le vertige. A 735fcp le paquet, j’en consomme un par jour, cela revient à 267 540fcp par an. Vous rendez vous compte de tout ce que l’on peut s’acheter avec ça ? Je fume à ce rythme depuis au bas mot les 10 dernières années. J’ai grillé presque trois millions pour en plus me faire du mal à moi-même. C’est affligeant. Et pourtant, je me sens incapable d’arrêter d’un coup, la faute aux substances chimiques auxquelles je suis accoutumées. Il va donc falloir maintenant que j’ai réalisé tout ça que je trouve un moyen de diminuer les doses petit à petit pour me sevrer plus facilement de la nicotine.

L’idée c’est donc de se donner les moyens de refuser de continuer à payer cher dans tous les sens du terme parce que l’on n’a pas le courage de commencer la lutte contre une addiction. Haut les cœurs, la prise de conscience est un déjà un début de victoire.

Article précedent

Ugo du Tahiti Festival Guitare signe chez Warner

Article suivant

Tatauroscope du jeudi 02 juin 2016

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Quand littéralement votre argent part en fumée … – Edito 01/06/2016