EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Quand on n’est pas assez « équipé » pour gérer l’Equipement … – Edito 23/01/2018

J’en finirais presque par me demander s’il n’y a pas des ministres qui auraient des moyens de pression sur le Président pour réussir à se maintenir là où ils sont coûte que coûte. 9 fois sur 10 lorsque le public se plaint des autorités c’est pour dénoncer des errements relatifs à l’Equipement. A l’époque d’Albert Solia, ça gueulait aussi mais le monsieur avait au moins le mérite de sembler crédible quand il devait répondre au mécontentement, parce qu’il se trouve que lui il savait s’exprimer sans nous perdre en cours de route en ânonnant.  Je suis désolé d’être un peu dur, mais vous vous souvenez : je suis censé dire tout haut ce que vous pensez tout bas …

A Punaauia ça ne semble pas émouvoir plus que cela dans les hautes sphères de déposer une passerelle au bord de la route en janvier, pour l’installer en avril, alors que ça fait maintenant quasiment un an que 500m plus loin on attend que le pont temporaire au niveau de Matatia soit remplacé par du définitif. Les commerçants, restaurateurs et autres riverains sont exaspérés. Il se passe quoi alors ? Il y a un concours d’architecture lancé à l’international dont on attend les propositions avant de se bouger ? Qu’est-ce qui prend autant de temps ?

Pourquoi aussi le fait de créer des embouteillages en pleine journée aux heures les plus chaudes sur la RDO devrait passer comme une lettre à la poste ? « Pour économiser de l’argent parce que le faire la nuit ça coûte cher … » Alors vous voyez ça part d’un bon sentiment, mais s’en est presque mesquin là quand on regarde tout l’argent déjà dépensé dans différents travaux d’aménagement par le passé à tort et à travers, et que dernièrement on n’a pas hésité à dépenser 15 millions, oui 15 millions, pour éclairer le micro-tunnel du rond-point Jacques Chirac. Y’en a vraiment qui se gavent ou quelque chose m’échappe.

Et puisqu’on parle de la RDO, encore un accident ce week-end parce qu’un piéton a traversé dans la pénombre et qu’un automobiliste qui n’avait rien demandé à personne l’a tamponné et tué. L’un est mort, l’autre devra vivre avec … comme il peut. Les deux sont à plaindre. On nous dit que le rétablissement de l’éclairage est prévu pour cette année, Alléluia. Mais combien en faudra-t-il encore des morts pour que l’on se dise que l’éclairage de la route la plus fréquentée du pays soit à considérer comme une priorité absolue ? D’ailleurs c’est bien ça le souci, c’est que ce Ministre de l’Équipement semble « gérer » tout ça – et je mets des gros guillemets –  sur la base d’une hiérarchisation des problèmes hautement étrange et discutable.

Aussi j’en viens moi aussi à me demander si finalement une potentielle mauvaise surprise aux futures territoriales pour le clan d’Edouard Fritch ne viendrait pas plutôt à cause de quelqu’un qui figure dans son premier cercle et qu’on aurait trop longtemps laissé … en chantier.

Article précedent

Coup d’accélérateur pour le dossier des Marquises à l’Unesco

Article suivant

La ministre ouverte à un statut propre aux Marquises

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Quand on n’est pas assez « équipé » pour gérer l’Equipement … – Edito 23/01/2018