EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Quand Temaru veut manipuler la démocratie pour faire sécession… – EDITO 16/08/2016

« Ce pays a besoin d’un président. », ce sont les mots d’Oscar Temaru le leader indépendantiste durant ce weekend. A la télévision il essaiera ensuite dans une tentative de démonstration assez peu pertinente de nous expliquer le propos.

En fait il part du postulat que les polynésiens ont besoin d’un Président à part entière, qui aurait tous les pouvoirs entre ses mains. Il l’affirme même, l’élection présidentielle nationale est donc pour lui l’occasion de transformer son score local, s’il arrivait en tête ici, en un référendum plébiscite d’autodétermination lui permettant de décréter l’indépendance immédiate de la Polynésie.

Quand on a un minimum d’instruction, mais ce n’est manifestement pas sur ces personnes là qu’il compte, on sait bien que ça n’est pas censé fonctionner comme cela. Il se targue dans les médias d’avoir confiance en la démocratie, que s’il a à faire à des démocrates en France il obtiendra ses parrainages. Mais justement c’est là que le bât blesse, et que le discours est incohérent, quel démocrate soutiendrait une volonté explicite et assumée de faire sécession en se servant d’un score d’une élection qui n’aurait rien à voir avec un référendum d’autodétermination ? S’il en trouve, il sera clairement question de s’interroger sur la bonne santé mentale des obscurs élus qui lui auront apporté leur soutien après ces affirmations publiques dont il ne faut pas minimiser la gravité.

Pourquoi ? Parce que de plus en plus Temaru montre des signes clairs d’impatience. Que tout ce qu’il fait et tout ce qu’il fera c’est parce que de son vivant il veut être le premier Président d’une Polynésie indépendante. Et de moins en moins il trouve dans son entourage des gens suffisamment éclairés pour le canaliser, il est en free style complet. Il a endoctriné jusqu’au dernier degrés ceux dont la matière grise nous paraissait être le dernier bouclier contre le grand n’importe quoi. On pourrait choisir l’incrédulité, la circonspection, mais ce serait nier son existence, et l’occupation du terrain médiatique qu’il fait. On ne le peut pas. Qu’il se fasse lâcher par celui qui incarnait la relève devrait mettre la puce à l’oreille aux sympathisants bleus.

Je le répète, et je l’assume, passé les effets d’annonce, Temaru n’a AUCUNE chance, je dis bien AUCUNE, d’obtenir les 500 parrainages dont il a besoin pour se présenter à la Présidentielle. Certains candidats plus connus au niveau national, dans de grands partis, galèrent actuellement pour les obtenir avant les primaires. Et quelque part en fait, c’est presque dommage, car moi je mise sur l’intelligence des Polynésiens, sur la rouste du score local qu’il recevrait de la part de tous ceux qui ne veulent pas d’une indépendance hâtive et bâclée, d’une régression tant économique que démocratique.

Article précedent

Benoît Hamon annonce sa candidature à la primaire du PS

Article suivant

JO-2016/Hand: les Françaises héroïques en demies au bout du suspense

9 Commentaires

  1. mana
    17 août 2016 à 19h56 — Répondre

    je constate que vous savez critiquez un leader indépendantiste, mais, dites moi, qu’en est il de l’intelligence de la polynésie Française qui vote pour la corruption légale? J’ai l’impression que le score est sans appel, qu’en pensez vous?

  2. TAIMANA
    18 août 2016 à 1h59 — Répondre

    Monsieur Taliercio,

    Votre édito a suscité chez moi beaucoup d’interrogations. J’ai d’ailleurs cru entrevoir du bon sens et une opinion dont l’argumentaire pouvait tenir la route jusqu’à ce que je constate clairement votre parti-pris. Il est vrai qu’on peut trouver aberrant une telle démarche de la part d’une personne voire d’une personne politicienne. J’ai longuement réfléchi à vos propos et je vais prendre vos arguments point par point comme d’habitude.

    1/ « Il part du postulat que les polynésiens ont besoin d’un Président à part entière, qui aurait tous les pouvoirs entre ses mains », telles sont vos mots. Alors… à moins de ne pas avoir entendu le même discours… Oscar Temaru n’a jamais dit cela. Je suis persuadé que vous ne sauriez mentir et qu’il s’agit d’une méprise même s’il s’agirait plutôt d’une interprétation suivant un discours que vous ne sauriez aimer.

    2/ « Quand on a un minimum d’instruction, mais ce n’est manifestement pas sur ces personnes là qu’il compte, on sait bien que ça n’est pas censé fonctionner comme cela », ce propos là est des plus partial. « On sait bien que ça n’est pas censé fonctionner comme cela »? Pourquoi? Êtes-vous la voix du peuple? Avez-vous été élu? Êtes-vous journaliste? N’êtes-vous pas simple animateur radio? Avez-vous vous le minimum d’instruction pour juger de la politique d’un parti? Mes autres commentaires vous ont bien souvent démontré que non.

    3/ Qui « soutiendrait une volonté explicite et assumée de faire sécession en se servant d’un score d’une élection qui n’aurait rien à voir avec un référendum d’autodétermination ? » Alors ce propos est celui qui m’a mis la puce à l’oreille en réalité. Pour comprendre où est-ce que vous vous êtes trompé ou où est-ce que doit s’arrêter ce qui s’apparente à de l’ignorance et bien il faut prendre deux éléments. Le premier étant un fait qui s’est déroulé lors de la venue au pouvoir du Tahoera’a Huira’atira aux derniers élections territoriales.N’a-t-on pas dit qu’il s’agirait là d’une manière de plébisciter la volonté du peuple de rester français? Alors qu’entre nous, il était bien plus question de considérations économiques dues aux nombreuses années d’instabilité dont on connaît les tenants et aboutissants. Je ne remet toutefois pas en question que notre santé économique doit s’appuyer sur de meilleurs bases. Le second élément étant la légitimité du suffrage universel direct. Si on s’attache à la symbolique de ce suffrage, le discours d’Oscar Temaru tient la route en réalité, dans la mesure où il « ne cherche pas à être le Président de la République Française » comme il l’a confirmé dans son échange. Une telle démarche suit 2 finalités (selon moi). En premier lieu celle que je décrivais qui est de capter une légitimité suffisante auprès des Ma’ohi, des polynésiens. En second lieu, on trouve une finalité bien plus terre à terre qui dépend de la première, qui est le substitut au référendum. Juridiquement faire un référendum est une prérogative du chef de l’Etat Français ou de l’Assemblée délibérante d’une collectivité territoriale. Politiquement il est aisé de distinguer la partialité d’une partie comme le représentant de l’Etat ou de l’Assemblée territoriale majoritairement autonomiste (dont la composition est plus que remise en cause par les principes démocratiques cf. la prime donnée au parti vainqueur de l’élection) sur une telle question car la réalisation du référendum comme la formulation de la question sont des éléments déterminants.

    4/ Je passe sur des commentaires plus qu’injurieux pour les maires apportants leurs soutiens à cette démarche et envers celui qui la poursuit.

    5/ « Il a endoctriné jusqu’au dernier degrés ceux dont la matière grise nous paraissait être le dernier bouclier contre le grand n’importe quoi. » Voici un exemple de propos dédaigneux et inutile, sachant que cette « matière grise » a forgé son opinion bien avant l’intégration active au sein du Tavini Huira’atira.

    Je tiens à préciser que je ne fais là qu’un travail de réflexion critique ayant pour but de compléter un certain point de vue. De cette manière l’information l’opinion de chacun saura prendre les choses de façon moins abrupte. Pour finir, je tiens à vous féliciter encore une fois pour vos efforts de réflexion qui nous mène à un débat fort important et enrichissant.

    • 18 août 2016 à 12h02 — Répondre

      J’adore susciter le débat. Et le « simple animateur radio » se plaît dans cet exercice. Vous parliez de dédain ?… Bonne journée.

  3. manava
    18 août 2016 à 23h30 — Répondre

    monsieur taliercio

    Ce n’est pas la première fois, mais là tu pousse le bouchant un peu loin on nous rabaissant.
    Je suis pour l’indépendance de ce pays, et quand tu parle de nous de cette manière= (Il a endoctriné jusqu’au dernier degrés ceux dont la matière grise nous paraissait être le dernier bouclier contre le grand n’importe quoi.)

    Quoi, je suis devenu un idiot dirigé par un gourou maléfique sur le prétexte que mon choix politique ne te plaie pas ?

    Non mais sérieux c’est quoi ton problème ?

    Tu as de la chance de travailler à la radio et de bénéficié de cette possibilité de transmettre facilement un message à toute la population, mais là je trouve que cela ressemble a du dénigrement pur et simple de temaru et de l’ensemble des personnes qui adhère à sa politique.

    A vrai dire tous ton texte pu le dénigrement, jamais vu ça.

    Seigneur aider cette personne.

    • 22 août 2016 à 14h56 — Répondre

      La critique n’est pas dénigrement. Le Seigneur est mon berger, ne t’inquiète pas, nous faisons bien partie du même troupeau …

  4. tupai
    21 août 2016 à 11h30 — Répondre

    M. Taliercio, vous êtes loin du monde politique et votre jugement s’en ressent. M. Temaru souhaite que notre pays retrouve ses libertés, son indépendance, et c’est normal. Notre pays était sur la liste des pays à décoloniser au sortir de la seconde guerre mondiale. Mais le président De Gaule voulait que la France accède à l’arme atomique, sensée protéger tous ceux qui la possède. Il avait besoin d’un lieu où tester ses bombes, il a retiré la Polynésie de la liste des pays à décoloniser. Aujourd’hui, grâce à l’ONU, ce projet est relancé.
    Je suis consterné par le dédain avec lequel vous attaquez un élu qui respecte le cadre dans lequel il s’exprime. Ce droit à la souveraineté lui est reconnu par l’ONU. Votre vision de la politique a un sérieux besoin de se rôder !

    • 22 août 2016 à 14h55 — Répondre

      Et vous c’est votre vision de la démocratie et de l’utilisation que l’on fait du vote, de l’expression de l’opinion du peuple qu’il faut revoir. Où avez vous lu lu que je renâclais à propos de la question d’une indépendance de la Polynésie ou du bien fondé à figurer sur la liste des pays à décoloniser ? Vous ne le trouverez nulle part. Je critique l’homme et la méthode mais pas l’idée d’un nationalisme rationnel, et j’ai bien dit « rationnel »…

  5. RAGI
    22 août 2016 à 14h47 — Répondre

    Oui, susciter un vrai débat pour votre prochain « FENUA TONIGHT », pourquoi ne pas debattre sur ce sujet, à savoir sur le devenir de Monsieur Temaru qui tente d’obtenir ses 500 signatures.
    Le simple animateur radio et de television, je rajoute » pourrait se concerter avec les opinions de cette matière grise, quel enthousiasme pour tous ceux, comme moi, qui ne suis pas du tout dans la Politique, mais qui admire quand même Monsieur Temaru pour sa bravoure et son grand culot, il en faut!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!………….

    • 22 août 2016 à 14h51 — Répondre

      la « simplicité » en radio et en tv me convient très bien quand je m’amuse à voir ceux qui se prennent trop au sérieux revêtir les oripeaux des pseudos opprimés…

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Quand Temaru veut manipuler la démocratie pour faire sécession… – EDITO 16/08/2016