EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Quelque part dans le multivers nous sommes moins décevants – Edito 17/04/2020

Je me souviens qu’un jour j’ai écrit dans cet édito par rapport à une des théories scientifiques du physicien génial qu’était Stephen Hawking sur les univers parallèles. Dans le même genre d’autres théories très sérieuses partent du principe que pour chacun des choix que nous ferions dans la vie autant de nouveaux univers que de décisions que nous aurions pu prendre se créent automatiquement.

Il y a un univers où aujourd’hui j’aurais pu écrire sur les élucubrations dangereuses du Professeur Montagnier qui abonde dans le sens des complotistes en parlant d’une création en laboratoire du Covid-19. Un autre où j’aurais plutôt traité de cette espèce de consensus mou qui se fait jour dans de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux quand on se permet de critiquer : il ne faudrait rien dire et être solidaire et laisser faire. En gros il faudrait laisser un blanc-seing aux puissants en temps de crise. Je ne sais pas d’où ça sort, je n’ai lu nulle part qu’en cas de pandémie il fallait tous arrêter notre cerveau et nous résoudre à abandonner certains fondamentaux de la bonne marche d’une démocratie.

Dans certains univers l’humanité à presque mille ans d’avance sur nous, car elle n’aura pas perdu des siècles à vivre la régression qu’était en fait le Moyen-Âge ; mais dans d’autres les USA ne nous ont jamais sauvé du joug du 3ème Reich. Comme tout est basé sur des choix, des inventions qui sont faites ou pas, dans un autre univers les grands navigateurs n’existent pas, chacun est très bien chez soi et ne ressent aucun besoin de s’aventurer à découvrir le monde. Il y a donc une réalité alternative où la Polynésie n’a pas été découverte par les Européens et tenez-vous bien, elle n’abrite que des animaux puisque, en fonction de la théorie de peuplement à laquelle vous croyez, aucun asiatique ou américain du sud n’a navigué jusque vers ces îles.

Vous avez bien saisi le concept, cela donne le tournis tellement le nombre de scénarios est infini. Et aujourd’hui même si nous pourrions rêver d’être dans un réalité sans virus, sans confinement, sans humains qui aient mis en danger leurs congénères et le reste de la faune et de la flore de la planète par pure égoïsme, nous devons bien faire avec.

Mais puisque de chacune de nos actions découle un nouveau monde il est primordial de tous contribuer à envisager de façonner dès maintenant une future réalité où nous placerons l’amour de la vie au centre de nos préoccupations. Apprenons enfin de nos erreurs, et demain, la lumière.

Article précedent

Répondeur de 7:30, le 17/04/2020

Article suivant

Coronavirus : pas de nouveau cas, 1 163 personnes dépistées depuis le début de la crise

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Quelque part dans le multivers nous sommes moins décevants – Edito 17/04/2020