EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Qui veut gagner des Patu ? – Edito 01/02/2019

Sans jamais n’avoir encore eu l’occasion de m’entretenir directement avec lui, il s’avère néanmoins que j’ai eu de multiples occasions par voies médiatiques de tenter de cerner dans les grandes lignes le profil public de notre Haut-Commissaire René Bidal. Manifestement il est hautement lettré, ultra rationnel tendance stricte. Je me trompe peut-être mais il me semble aussi relativement facilement irritable. Aussi avec un peu d’amusement, je me suis imaginé quelle avait bien pu être sa réaction quand hier trois Pakumotu se présentant comme des membres de leur gouvernement ont débarqué au Haut-Commissariat de la République française à Papeete pour demander à le rencontrer et que leur soit restitués leurs Patu, la monnaie de leur royaume fantoche.

J’aurais tellement voulu être une petite souris pour assister à la scène où un collaborateur de Monsieur Bidal frappe à la porte de son bureau à 9h du mat pour lui annoncer que ces trois énergumènes l’attendaient en bas de l’immeuble et qu’ils demandaient à ce qu’il descende avec leurs pseudos biftons et l’imprimante qui avaient été saisis. Y’a des journées comme ça où franchement ça ne commence pas terrible.

Quelle patience … Quant à nous on se contenterait presque de ce folklore si au fond ces gens n’avaient pas le potentiel d’être dangereux. Souvenez-vous que leur monarque de pacotille a écopé de prison ferme, comme certains de ses gardes du corps qui avaient dégainé des armes en public. Les échauffourées avec les forces de l’ordre quand il avait fallu les déloger d’un lieu qu’ils occupaient illégalement auraient pu mal tourner. C’est justement parce qu’il est plus facile de faire entendre le bon sens à quelqu’un qui a un raisonnement éclairé – comprenez « qui a la lumière à tous les étages » – qu’il est bon de se méfier d’eux.

Les autorités ne s’y sont pas trompées, on n’est jamais trop prudents, une dizaine de policiers en armes avaient fait office de comité d’accueil au Haut-Commissariat. Où en sont les Pakumotu de leur campagne de recrutement d’une armée ? Ils viennent de changer la dénomination complète du royaume qu’ils se rêvent. Sont-ils entrain de se reconfigurer pour occuper à nouveau le terrain médiatique ? Il y a quelques semaines à peine ils promettaient 3000 emplois. Rien que ça. La détresse sociale et financière sont parmi les facteurs qui conduisent de trop nombreux polynésiens à se faire arnaquer quotidiennement. Ils deviennent des proies faciles pour ceux qui se présentent éhontément comme les dignitaires d’un nouvel eldorado.

Alors gageons que la palpable rectitude du plus haut représentant de la République au Fenua continue d’être employée pour nous préserver de ce qui ne sont plus de simples pitreries. Personne à terme n’a envie de rire jaune.

Article précedent

La légende Engelbert Humperdinck en concert à To’ata

Article suivant

Les festivités du nouvel an chinois, tout un programme

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Qui veut gagner des Patu ? – Edito 01/02/2019