EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Raiatea : l’hélico qui fait « scan » tout le monde – Edito 02/04/2020

On vit des moments très difficiles. On est censé mettre de côté notre sensibilité, notre cœur, pour privilégier une stricte responsabilité. J’ai ainsi été interpelé très tôt quand la nouvelle d’un hélicoptère parti de Tahiti avait atterri à Raiatea alors qu’il transportait des personnes voulant se rendre au chevet d’un proche hospitalisé sur l’île sacrée.

Bien entendu qu’en pareil contexte de confinement, avec les autorités sur le qui-vive, cela peut paraître au moins surprenant, sinon scandaleux. Ça c’est fonction de votre degré de frustration à cause du confinement. Mais ça peut être explosif, c’est sûr. Certains, y compris dans nos archipels, ont déjà dû par exemple faire un deuil encore plus douloureux que la normale d’un proche disparu, au chevet duquel ils n’ont pu se rendre, ni même à son enterrement. Entre autres exemples brise cœur.

Car dans l’absolu nous aurions tous une bonne raison à trouver afin d’être un humain capable d’exprimer la gamme complète de ses émotions, surtout en ce qui concerne celles qui ont trait à l’attache sentimentale avec un proche en péril vital.

Un communiqué du Haut-Commissariat diffusé hier en cours de journée est venu donner des explications. Cette autorisation exceptionnelle est donc prévue par les textes de loi et s’apprécie au cas par cas. Faisons s’il vous plait preuve d’un minimum d’empathie, pas seulement pour les personnes en quête de cette autorisation, mais aussi pour nos autorités. L’OMS annonçait hier qu’il s’agissait de la plus grave crise mondiale depuis 1945. Personne, même pas les soi-disant « grands pays » n’y étaient manifestement préparés. C’est trop facile de jeter la pierre systématiquement. Ceux qui incarnent l’autorité sont en 2020 encore des humains, et lorsqu’ils ont en face d’eux des personnes désespérées, qu’ils peuvent garantir leur sécurité et celle du reste de la population en leur accordant une exception, si lourde de sens pour eux, et puisqu’ils étaient en mesure de se payer un trajet en hélico, on peut comprendre que cela puisse arriver.

Bien entendu, sur le principe cela m’aurait semblé être la moindre des choses de prévenir la mairesse de l’île, même au dernier moment, au cas où l’on craignait un débordement de la population si elle en était avisée à son tour. Et évidemment qu’en créant ce précédent il faudra totalement assumer le fait de déclencher un mouvement …

Par contre même si en effet le Covid-19 est loin d’être anodin il est important de ne pas perdre la raison, et de se souvenir que l’on n’en est pas au niveau du film World War Z avec la prolifération d’un virus zombie qui décimerait l’humanité tout entière. Alors ce serait bien aussi de ne pas céder à la panique irrationnelle à la première occasion.

Article précedent

Vahine Open Day #ENDviolence

Article suivant

Malgré la fermeture des cabinets, les dentistes continuent d’assurer les urgences

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Raiatea : l’hélico qui fait « scan » tout le monde – Edito 02/04/2020