ACTUS LOCALESTOURISMETRANSPORTS

Reprise des vols Los Angeles-Tahiti : entre espoir et inquiétude

212 passagers ont débarqué, ce matin, à l’aéroport de Tahiti-Faa’a en provenance de Los Angeles. C’était la première liaison vers les États-Unis au lendemain de la levée de la quarantaine en Polynésie. Une reprise à double tranchant. D’un côté, des touristes enfin de retour et des protocoles de sécurité qui paraissent bien huilés. De l’autre, des inquiétudes toujours fortes sur la propagation du coronavirus et des Polynésiens pas toujours au fait des gestes de sécurité.

Du monde, des masques, et beaucoup d’enjeux à l’aéroport de Tahiti – Faa’a, qui a connu ce matin une double reprise. Celle des rotations de French Bee, d’abord. À 3h40, un A350 de la compagnie a atterri avec à son bord 357 passagers : « Ils ont fait le plein », souffle-t-on du côté des professionnels du tourisme. Beaucoup avaient, un temps, craint que le low cost, qui avait suspendu brutalement ses vols le 18 mars, ne reprenne pas sa desserte du fenua. Quatre mois plus tard, ce Paris – Papeete est bien arrivé après une escale technique à Vancouver. Le vol a surtout permis à des Polynésiens, des habitués du fenua ou des proches de résidents, de rejoindre Tahiti. Les masques – qui devraient devenir obligatoires dans toute l’aérogare dès demain -, s’envolent à la faveur d’une embrassade, les « distances sociales » s’amenuisent d’accolades en accolades, bref, les gestes barrières sont rapidement oubliés lors des retrouvailles.

« Tous les passagers ont été testés », rappelle-t-on – pour se rassurer ? – du côté des autorités. Dans les sacs des passagers, des enveloppes contenant un kit d’auto-test, distribué par l’Institut Malardé : tous devraient être suivis et dépistés une nouvelle fois d’ici le début de la semaine prochaine. Des mesures de sécurité « bien sûr » appliquées aux autres arrivants de la matinée. Car ce jeudi, c’est surtout la reprise des liaisons avec les États-Unis qui était attendue à Faa’a. Vérifications des « Etis », distribution des kits, sensibilisation aux consignes sanitaires… Les passagers du vol ATN en provenance de Los Angeles, atterri peu après cinq heures, ont droit au même protocole. Le directeur d’ADT, Jean-Michel Ratron, se félicite d’un débarquement resté « fluide » malgré les mesures sanitaires.

Dans l’aérogare, cette fois, peu de familles en attente d’un proche américain, mais beaucoup de professionnels sur le pied de guerre. « On les attendait depuis longtemps », sourit un professionnel des transports touristiques. Cette fois, les masques restent bien en place, les distances sont respectées et les hôtesses d’accueil proposent du gel avant chaque collier de fleurs. « On fait notre boulot pareil, confie Punua. Ce qui change c’est que quand tu souris, tu ne sais pas s’ils te voient ! ».

60% de remplissage dans les prochaines semaines

Côté passagers, beaucoup avaient reporté leur voyage plusieurs fois avant de pouvoir s’envoler. Alors on file vers les comptoirs des locations de voitures ou les guichets d’Air Tahiti, pour ceux, qui comme Sandy et Christina partent vers Bora Bora. Les deux Californiennes se disent aujourd’hui « soulagées » de pouvoir « enfin » découvrir le fenua. Et qu’importe les masques, les tests et la distance sociale, « aujourd’hui, si tu veux voyager, il y a des règles à respecter ».

Le vol de Los Angeles convoyait 212 passagers. « Moins que prévu », note Michel Monvoisin. En cause : 10 à 15% de clients qui ne se sont pas présentés à l’embarquement – la pandémie les aura « refroidis » – ou qui n’ont pas pu fournir à temps les documents obligatoires. Le directeur général d’ATN marque tout de même sa satisfaction à voir cette reprise. Même si cette « haute saison » s’annonce bien morne : 3 vols hebdomadaires pour les États-Unis au lieu de 13 habituellement, et surtout 60% de remplissage, à peine, dans les réservations de ces prochaines semaines, contre plus de 90% l’année dernière à la même époque.

Agents de voyages, taxis, gérants de pensions ou de magasins… Tout le monde, à l’aéroport, salue la reprise de l’activité. Pourtant, certains jugent tout de même le retour des touristes américains prématuré. C’est que les dernières nouvelles des États-Unis indiquent un net retour de l’épidémie de Covid-19, avec environ 60 000 nouveaux cas détectés chaque jour. Notamment en Californie, où tous les bars et restaurants ont de nouveau été fermés depuis le début de semaine. Des informations qui n’ont pas échappé à Vahine, qui vend des colliers de fleurs et de coquillages au fare des mama. Même si la période de confinement a été « très difficile » économiquement, elle a du mal à cacher son inquiétude.

Article précedent

Mahealani Amaru monte sur la scène du Châtelet pour jouer en reo tahiti

Article suivant

Journal de 12:00, le 16/07/2020

3 Commentaires

  1. 17 juillet 2020 à 5h56 — Répondre

    Des touristes en provenance des Etats Unis au vue de l’épidémie qui bat son plein dans le pays, c’est peut-être un peu prématuré de prendre de tels risques, on peu comprendre l’inquiétude des Polynésiens, mais bon comptons sur un comportement responsable de ces touristes, croisons les doigts.

  2. Microstring
    17 juillet 2020 à 7h03 — Répondre

    Alors que la Californie reconfine, je trouve criminel de la part des autorités locales d’accepter les voyageurs de cet état avec la participation active d’Air Tahiti nui…
    Faut-il attendre des morts pour que la santé des populations passe avant le business ?

  3. Michel
    17 juillet 2020 à 13h38 — Répondre

    Les morts viendront en masse lorsque les caisses du pays et de la cps seront vide . Plus de cotisations, plus d’evassan, plus de traitement pour le diabète, plus de dialyse, plus de chimiothérapie, plus de docteurs spécialisés et au final plus de retraite pour nos anciens qui ont déjà cotisés. Il n’ya Pas que des fonctionnaires dans notre pays.

Répondre à Claude Soriano Annuler la réponse.

PARTAGER

Reprise des vols Los Angeles-Tahiti : entre espoir et inquiétude