ACTUS LOCALESSOCIAL

Retraite : les syndicats veulent le retrait de la réforme

© Vaite Urarii Pambrun

L’intersyndicale a demandé mardi à Edouard Fritch le retrait pur et simple des deux textes de la réforme des retraites et de la réorganisation du CESC. Le président du Pays s’est dit prêt à revoir sa copie pour le CESC. Mais pour la réforme des retraites, il affirme que repousser l’échéance mènerait à « la plus grosse crise que nous connaitrons ».

L’intersyndicale au grand complet, rejointe par la Confédération des syndicats des agents communaux (Cosac), a rencontré mardi matin le président Edouard Fritch, ses ministres de la Santé et de la Fonction publique et le directeur de l’Agence de régulation sanitaire et sociale (Aras). Deux sujets principaux étaient à l’ordre du jour : la réforme de la composition du Conseil économique, social et culturel (CESC) et la réforme des retraites.

L’intersyndicale, a tout simplement demandé au président Edouard Fritch le retrait de ces deux projets de loi du Pays. Ronald Terorotua, de O oe to oe rima, explique qu’il « n’y a pas d’accord de signé, mais on est prêt à partir à la grève si toutefois il change d’avis d’ici peu ». Selon le porte-parole de l’intersyndicale, Patrick Galenon, le président a été « extrêmement sensible et a compris beaucoup de nos arguments ». Il estime que la réforme de la PSG « n’est pas trop sympa pour les salariés ».

Pour le président Edouard Fritch, cette réunion avec les partenaires sociaux était « nécessaire » pour « donner un peu plus d’explications sur les paramètres ». Concernant la maladie, le président explique que le gouvernement continue à mettre en place le schéma d’organisation sanitaire : « on est pratiquement à 70% du taux d’exécution ». Mais sur la retraite, le président a été clair. Si rien n’est fait, les pensionnaires ne toucheront plus rien : « ça sera la plus grosse crise que nous connaitrons ».

Edouard Fritch considère que malgré les élections à venir, les conditions sont « très favorables » pour les réformes. « Il ne faut pas que les échéances électorales influent en quoique ce soit. (…) On ne peut pas repousser encore une fois ». Le président du Pays a réaffirmé qu’il transmettrait le texte de la réforme des retraites à l’assemblée, mais a concédé qu’il était prêt à faire des ajustements sur le texte.

Sur le sujet de la composition du CESC en revanche, le président du Pays dit avoir entendu les syndicats et être prêt « à revoir » le texte.

 

Article précedent

Le marché du Secosud décortiqué par la justice

Article suivant

OFC Champions League 2018 : Dragon et Vénus défendront les couleurs du football polynésien

6 Commentaires

  1. MDR
    17 janvier 2018 à 0h00 — Répondre

    En résumé, les syndicats veulent mettre la réforme à la retrait…

  2. Taaroa
    17 janvier 2018 à 6h12 — Répondre

    A un moment donné, il faut avoir le courage de trancher. Bravo le président Fritch, il faut qu’il tienne bien.

  3. Vahana
    17 janvier 2018 à 6h41 — Répondre

    En gros une fois de plus les syndicaliste mettent la pression pour les élections Il ne faut pas céder .Deja leur enlever les plus de 300 000 000 F qui leurs est alloué. C’est de l’an tres mauvaise répartition de donner de l argent a ses gens la .il n apporte rien de positif .Ce sont des fauteurs de merde Eich .Ils vivent du malheur des autres .il faut éliminer ses Mer..

  4. Teva
    17 janvier 2018 à 7h39 — Répondre

    C est normal les syndicats veulent le beurre et l argent du beurre , alors les reformes ce n est pas la peine d y penser, on fonce tout droit vers le mur, tout Le monde lesait mais y va quand même.

  5. Pierre André
    17 janvier 2018 à 9h55 — Répondre

    Pourquoi ne pas responsabiliser les syndicats en leurs confiant la gestion de la caisse de retraite. Ils auraient alors une autres vision…

  6. Pito
    17 janvier 2018 à 10h03 — Répondre

    Ces syndicats ne servent à rien, il faut avoir le courage de réformer les retraites, dans quelques années les retraites n’auront plus rien et il sera trop tard pour pleurer. Les syndicalistes sont le cancer le notre société, avec eux aucune réforme n’est possible.
    Commençons par leur supprimer les sommes qui leurs sont allouées. Ils n’ont qu’à vivre que des cotisations, nous ne vivons bien qu’avec nos salaires !!!! Ce ne sont que des incapables.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Retraite : les syndicats veulent le retrait de la réforme