INTERNATIONAL

Réfugiés: le G20 évoque un "défi mondial" dont le poids financier doit être partagé

Hangzhou (Chine) (AFP) – Le G20 devait reconnaître lundi que la crise des réfugiés est un « défi mondial » dont le poids financier doit être partagé entre ses membres, a indiqué un diplomate européen peu avant la diffusion du communiqué final du sommet de Hangzhou (est de la Chine).

« Le communiqué réaffirme qu’il s’agit d’un défi mondial », a-t-il précisé lors d’une rencontre avec des journalistes.

Le texte « mentionne explicitement que cela nécessite le partage du fardeau entre les pays » de l’organisation qui représentent 85% de la richesse mondiale, « ainsi qu’une augmentation des contributions de la communauté internationale », selon le diplomate.

Il s’agirait d’un engagement non contraignant, a néanmoins averti le diplomate. « Il y a une différence entre engagement et concrétisation (…), du moins cela figure » sur le communiqué, a indiqué le diplomate.

« Nous devons bien sûr tenir compte du fait qu’il s’agit d’une question de souveraineté, ce n’est pas une obligation, mais le partage du poids (financier) » est sur la table, selon la même source.

La guerre en Syrie, qui a fait plus de 290.000 morts, a poussé à la fuite plusieurs millions de personnes depuis mars 2011, provoquant un désastre humanitaire qui a atteint les portes de l’Europe.

Dimanche à Hangzhou, le président du Conseil européen, Donald Tusk, a prévenu que les capacités d’accueil de réfugiés en Europe étaient « proches de leurs limites » et a appelé les autres puissances du G20 à assumer leur part de responsabilité.

Photo de famille des dirigeants participant au G20le 4 septembre 2016 à Hangzhou. © AFP

© AFP GREG BAKER
Photo de famille des dirigeants participant au G20le 4 septembre 2016 à Hangzhou

Article précedent

US Open: Nadal reste bloqué à la porte des quarts

Article suivant

Allemagne: Merkel dans la tourmente après une cinglante défaite électorale

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Réfugiés: le G20 évoque un "défi mondial" dont le poids financier doit être partagé