ACTUS LOCALESÉVÉNEMENT

Rony Tumahai revient sur le couac au plateau des orangers

© Lucie Rabréaud

© Lucie Rabréaud

La fête des oranges a battu son plein ce samedi à Punaauia. Des représentants de l’État, du gouvernement, et plusieurs officiels avaient fait le déplacement pour l’ouverture des festivités à la mairie. Rony Tumahai, tavana de la commune, a assuré que le « petit couac » au plateau était réglé.

Les oranges étaient bien là. Empilées dans des filets comme à l’habitude. Et pourtant, ça a un peu chauffé au plateau des orangers où des personnes n’ont pas respectées la consigne délivrée par le bureau de l’association pour la protection de la vallée de la Punaruu. Rony Tumahai, le tavana de Punaauia, est revenu sur l’incident et assure que tout a été réglé. De jeunes orangers qui avaient produits leurs premiers fruits ne devaient pas être touchés mais les premières oranges qu’ils portaient ont quand même été cueillies. Ce qui a fâché certains membres de l’association.

Ces jeunes plants doivent remplacer les vieux afin que la production d’oranges ne faiblisse pas, d’où l’importance d’en prendre soin. Il est difficile de renouveler la production. Deux options ont donc été choisies : planter des graines et marcotter des plants. La seconde solution a mieux marché et plus rapidement car les jeunes arbres fruitiers produisent déjà. D’ailleurs c’est sur ces jeunes arbres qu’ont été cueillis les oranges que l’association avait pourtant demandé de laisser. Avec les graines, on ne sait pas si les oranges seront sucrées ou amères et cela pourrait mettre 10 ans à venir. La fête des oranges est devenue un événement très important de la commune et le public est chaque année plus nombreux à s’y presser. Cette année, Punaauia fêtait également 25 années de jumelage avec Dumbéa, une commune de Nouvelle-Calédonie. « Une amitié qui reste même si les maires changent », ont assuré les élus des deux communes.

Article précedent

100 photos pour revivre le sacre de Vaea Ferrand

Article suivant

Trois opérations de sauvetage vendredi

1 Commentaire

  1. simone grand
    27 juin 2016 à 7h35 — Répondre

    Saluons au passage le capitaine Cook qui a introduit ces plants d’orangers à la descendance qui fut si prolifique au début des années 1900 au point que des arbres chargés de fruits bordaient les routes et plateaux de toute l’île y compris Pirae et en particulier de Faaa à Papeari.
    REgrettons qu’ils ne soient cantonnés qu’au plateau du TAmanu surtout à cause des parasites

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Rony Tumahai revient sur le couac au plateau des orangers