ACTUS LOCALESJUSTICE

Sabine Boiron et Thierry Barbion dorment en prison ce soir

©Pascal Bastianaggi

Le verdict est tombé, ce jeudi, dans cette affaire mêlant prostitution de mineures et drogue. Et il a été au-delà des réquisitions de la procureure de la République. Sabine Boiron a été condamnée à 7 ans de prison ferme, l’homme d’affaires Thierry Barbion à 4 ans de prison ferme. Ils ont été incarcérés. 

Avant de rendre le délibéré, le président du tribunal, Nicolas Léger, a fait quelques remarques en préambule, annonçant en filigrane la lourdeur des peines qui allaient être infligées.  « L’importation d’ice en Polynésie est un crime. (…) Cette drogue, de par son coût exorbitant, entraîne avec elle des comportements que la Polynésie ne peut plus tolérer. » Et d’énumérer, « vols, cambriolage, prostitution …. Et la prostitution de mineurs est une forme d’esclavage moderne. »

Le ton était donné et le message reçu 5/5 par les avocats des accusés qui affichaient les visages des mauvais jours. La suite n’a fait que confirmer que la justice avait l’intention de frapper un grand coup. Elle est allée au-delà des réquisitions.

7 ans de prison ferme pour Sabine Boiron

Sabine Boiron, personnage central de l’affaire, a été condamnée à 7 ans de prison ferme, soit deux ans de plus que la peine requise par la procureure, 5 ans de privation des droits civiques et interdiction d’exercer toute profession pouvant la mettre en contact avec des mineurs. Elle sera inscrite au fichier judiciaire des délinquants sexuels (FJDS) et a fait l’objet d’un mandat d’arrêt, car lors du délibéré, elle aurait eu un malaise et a quitté la salle pour se rendre chez un médecin.

Son avocat, Me Des Arcis s’est déclaré « choqué, surpris, j’ai trouvé ce verdict totalement ridicule. » Il a annoncé son intention de faire appel.

Quatre ans ferme pour Thierry Barbion

Pour Thierry Barbion contre lequel étaient requis deux ans de prison avec sursis, un million de Fcfp d’amende et son inscription au  FJDS, le tribunal a là aussi été plus sévère. «Votre position sociale ne vous autorise pas à vous affranchir des règles de morale, » lui a asséné le juge, lui reprochant son « sentiment de totale impunité. »

Il l’a condamné à quatre années de prison ferme, privation des droits civiques et de famille (il conserve toutefois la tutelle sur sa femme), inscription au FJDS et interdiction d’exercer toute profession pouvant le mettre en contact avec des mineurs. Il a été placé sous mandat de dépôt.

Ses avocats, Me Quinquis et Me Frédérique Beaulieu, ont annoncé leur intention de faire appel immédiatement. Le ténor du barreau polynésien a déclaré  qu’il était « effondré  pour l’institution judiciaire » et que cela lui donnait envie « de raccrocher ma robe ». Que les fans se rassurent, c’était un effet de manche : « Je ne raccrocherai pas ma robe car ce sera l’un de mes derniers combats que je mènerai jusqu’au bout avec fermeté. »

4 ans ferme pour Marc Ramel

Marc Ramel a écopé de 4 ans de prison ferme, 5 ans de privation des droits civiques et interdiction à vie d’exploiter un bar ou un restaurant et autres établissements de ce type, ainsi que d’exercer toute activité en contact avec des mineurs. Il sera inscrit au FJDS et un mandat d’arrêt a été lancé contre lui, car il est actuellement en métropole.

6 ans ferme pour Gérardo Lozano

Accusé de recours à la prostitution de mineure et corruption de mineure de 15 ans, transport, détention, cession à un mineur et usage de stupéfiants, Gérardo Lozano, frère de Mercedes Dubaquier a quant à lui écopé d’une peine de 6 ans de prison ferme, 5 ans de privation des droits civiques et l’interdiction d’exercer toute profession pouvant le mettre en contact avec des mineurs, 500 000 Fcfp d’amende pour préjudice moral et d’une inscription au FJDS. Il a été placé sous mandat de dépôt.

Peines plus lourdes également pour les dealers d’ice

Stimson Aiho-Le Loch : Accusé de transport, détention, cession et usage de stupéfiants et d’atteinte sexuelle  sur mineure, cet ancien instituteur a été condamné à 3 ans de prison ferme dont un an avec sursis, mise à l’épreuve pendant 5 ans et interdiction d’exercer toute activité en contact avec des mineurs. Lui aussi sera inscrit au FJDS. Il a également été placé sous mandat de dépôt.

Albert Amaru : Accusé d’usage de stupéfiants, il a été condamné à 6 mois de prison ferme.

Patrick Céran-Jerusalémy : Accusé de transport, détention, cession à un mineur et usage de stupéfiants, récidiviste, il a été condamné à 3 ans de prison ferme et placé sous mandat de dépôt.

Dany Cuthers : Accusé de transport, détention , cession, usage de stupéfiants, il a été condamné à 18 mois de prison.

Gerry Faatau : Accusé de transport, détention, cession à un mineur et usage de stupéfiants, il a été condamné à 24 mois de prison, peine qui s’ajoute à celle qu’il est en train de purger.

Henri Marin : Accusé de transport, détention, cession et usage de stupéfiants, il a été condamné à 2 ans de prison ferme et un mandat d’arrêt a été lancé contre lui.

Article précedent

Laetitia Hiu Chang, première inspectrice du travail polynésienne

Article suivant

Journal de 7:30, le 30/08/19

3 Commentaires

  1. 30 août 2019 à 6h14 — Répondre

    La justice souvent critiquée a fait son travail sur cette affaire d’ice et de prostitution, on ne peut que s’en féliciter. Le fameux  » Selon que vous soyez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » de La Fontaine, n’était pas inscrit sur les tablettes des juges.

  2. MATA
    30 août 2019 à 11h12 — Répondre

    Des condamnations à la hauteurs des crimes commis…enfin on l’impression d’une justice pour tous!!! Le contraire aurait été désastreux pour l’image renvoyé à la population citoyenne qui aurait vu, encore là, une justice à double vitesse dans un petit pays où l’exemplarité politique a été désastreuse pour la jeunesse polynésienne.

  3. simone grand
    30 août 2019 à 16h10 — Répondre

    Où sont les parents des victimes?

Répondre à Chaval Annuler la réponse.

PARTAGER

Sabine Boiron et Thierry Barbion dorment en prison ce soir