EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Sandra et sa Saga Africa … – Edito 24/05/2018

Cela fait maintenant quelques années que l’Afrique s’est rendue célèbre du fait qu’elle accueille au sein de plusieurs de ses pays un nombre absolument gigantesque de cyber arnaqueurs en tous genres. Il y a deux grandes catégories, la première fédère ceux que l’on appelle les « Yahoo Boys », c’est à dire ceux qui ont des connaissances modérées en informatique et qui se contentent de ferrer leurs victimes sur des sites classiques. Souvent ils jouent sur la corde sensible des sentiments, en avouant être tombé éperdument amoureux de leur correspondant occidental … au bout d’une heure. Et pourtant déjà il faut « envoyer argent ». Pour information je viens de faire un effort démesuré par ne pas imiter d’accent en le disant puisqu’il semblerait que le monde ait tourné fou et voit partout des relents racistes, on n’arrête pas le progrès …

A propos de progrès revenons à notre histoire, après les « Yahoo Boys » la deuxième catégorie ce sont les « cybercriminels » à proprement parler. Des individus organisés en gangs de pirates qui par l’envoi d’emails frauduleux ou autres entrées par des portes dérobées, parviennent à s’immiscer dans des systèmes informatiques pour y commettre leurs méfaits.

Dès hier la rédaction de Radio 1 nous apprenait dans un de ses scoops que la tristement célèbre Sandra Faraire, déjà en indélicatesse avec la justice dans l’affaire « Training Sandra Network », allait être inquiétée par des plaintes pour escroqueries venant … d’Afrique. Sérieusement si on n’avait pas laissé derrière-nous le 1er avril depuis quasiment deux mois on aurait pu trouver cela franchement drôle, sauf que là ça se sent le tragi-comique. Ce seraient ainsi plusieurs millions de francs pacifiques qui auraient été détournés par cette polynésienne en Afrique, le continent le plus connu pour ses cyber arnaques.

C’est quand même un sacré challenge, c’est comme si on osait aller tenter d’apprendre à cuisiner les pâtes à des italiens, ou encore que l’on tente de vendre des plans pour fabriquer des igloos à des Eskimos. C’est juste énorme. Après c’est certain : là où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir. Il est important de respecter la présomption d’innocence, toutefois eu égard aux enregistrements rendus publics hier par Radio 1, ça ne sent pas très bon pour Madame Faraire.

Mais ça sent toujours meilleur que si l’option de l’extrader dans les pays africains où elle aurait fraudé existait. Je peux vous dire que Tatutu et même la vieille Nuutania à côté ça fait figure de promenade de santé. Tiens, hier je vous parlais de télé réalité. « La Saga Africa de Sandra », ça ferait un bon titre d’émission mais …

(extrait du titre Saga Africa de Yannick Noah) « Saga Africa, ambiance de la brousse. Saga Africa, attention les secousses »

Article précedent

Une semaine pour célébrer l’Europe en Polynésie

Article suivant

Laurent Lebreton nommé commandant des forces armées en Polynésie

1 Commentaire

  1. Teiva Hoki
    25 mai 2018 à 8h31 — Répondre

    En tout cas on n’a plus rien a apprendre de tout ce qui est côté obscure de7 l être humain, en Polynésie française nous avons aussi atteint les sommets de l ignominie !!! Bravo Sandra !!!

Laisser un commentaire

PARTAGER

Sandra et sa Saga Africa … – Edito 24/05/2018