ACTUS LOCALESECONOMIEEMPLOI

Sauvegarde de l’emploi : les dispositifs du Pays passent en déconfinement

Le Conseil des ministres a adopté mercredi les arrêtés rendant effectifs pour 6 mois les dispositifs DiESE (Dispositif exceptionnel de sécurisation de l’emploi) et DESETI (Dispositif de sauvegarde de l’emploi des travailleurs indépendants) créés par la loi du Pays du 27 mars 2020. Mais les syndicats de salariés dénoncent déjà ces mesures, et craignent de voir arriver ensuite les plans sociaux prévus notamment, selon eux, par les hôteliers.

Ils vont remplacer les dispositifs de solidarité (Revenu exceptionnel de solidarité et Indemnité de solidarité qui étaient en vigueur pendant le confinement) pour soutenir les salariés et les entrepreneurs indépendants dont l’activité reste toujours réduite par la crise économique.

Le DiESE est destiné à soutenir les entreprises qui auront réduit leurs activités par une aide financière du Pays permettant de compenser partiellement la perte de revenu des salariés impactés par la réduction du temps de travail. La réduction du temps de travail peut aller jusqu’à 90%. Un montant plancher de 90 000 Fcfp a en outre été introduit par le Conseil des ministres ; montant qui représentera le minimum, après réduction de temps de travail, de ce qu’un salarié pourra percevoir.

Le DESETI quant à lui est destiné à compenser la perte de revenus des travailleurs indépendants contraints de cesser temporairement leur activité du fait de la crise. Le montant mensuel alloué au titre de ce dispositif sera de 50 000 Fcfp.

La durée du DiESE et du DESETI est de 6 mois à compter du 21 mai, jusqu’au 30 novembre 2020. La plateforme de déclaration de ces deux dispositifs sera opérationnelle dès lundi 25 mai sur net.pf

Et après, les plans sociaux ?

En dépit de la communication officielle sur la « large concertation avec les partenaires sociaux » qui a précédé l’adoption de ces dispositifs, quelques heures avant la publication des arrêtés, Atonia Teriinohorai de O Oe To Oe Rima affirmait déjà son intention d’agir contre ces mesures : « Les salariés ne vont pas vivre avec ça.» Patrick Galenon de la CSTP-FO marquait aussi son désaccord :« Ce n’est pas soumis à cotisations sociales, je pense que là aussi les arrêtés seront fragilisés », et il n’excluait pas non plus la possibilité d’un recours. Au-delà, les syndicats s’alarment d’une communication qui aurait été faite par la Direction du travail sur les possibilités de licenciement économique « temporaire » qui pourraient notamment être ouvertes, disent-ils, au secteur de l’hôtellerie.  Avec des versements mensuels encore plus réduits. Atonia Teriinohorai, qui a prévu de se rendre à Moorea et Bora Bora dans les jours qui viennent, dit envisager le blocage des hôtels.

 

 

 

 

Article précedent

Le PC social Ei’ Hau fermera vendredi

Article suivant

Les eaux de baignade mal notées à Tahiti et Moorea

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Sauvegarde de l’emploi : les dispositifs du Pays passent en déconfinement