EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Se cultiver pour ne pas se faire abuser… – Edito 19/05/2017

Demain, samedi 20 mai, ce sera la 13ème nuit européenne des musées. Et depuis 6 ans on la fête aussi à Tahiti. A cette occasion dès 17h le Musée de Tahiti et des Iles ouvrira ses portes gratuitement au public. J’évoquais le programme avec la pétillante nouvelle directrice Myriama Bonno hier sur notre antenne dans A vous la parole, des visites guidées avec des prestations de danseurs, des chasses aux étoiles pour les plus jeunes, ou la projection de films du FIFO en plein air seront organisées.

Sincèrement je ne peux que vous encourager à y assister en famille. Nous sommes confrontés au quotidien à une incurie intellectuelle généralisée tant nous sommes abreuvés de messages tous plus futiles les uns que les autres via toutes les plateformes numériques qui sont à présent au centre de notre mode de consommation de l’information et de la connaissance. Alors nous les plus mûrs on est capable de faire le tri, et de choper deux trois trucs qui vont nous permettre de nous coucher un peu moins bête le soir même, mais ce n’est pas aussi évident pour les plus jeunes.

En dehors du problème des fausses infos et de leurs sources bancales dont je vous ai déjà parlé ici, on a traité du problème de la désinformation, mais je me rends compte qu’il serait temps d’aborder celui de la déculturation. C’est le fait d’oublier une culture traditionnelle pour en apprendre une nouvelle en perdant son identité. Le souci, c’est que la « nouvelle » dont on a du mal à cerner toute la portée de la valeur tant elle se noie dans un maelstrom numérique sonne quand même très creux.

Les jeunes écoutez bien. Savoir qui l’on est, d’où l’on vient est un préambule capital pour aborder quelque projet de vie que ce soit. On ne l’entend pas assez, ou alors dans le milieu éducatif et du coup comme c’est l’instit ou le prof qui vous le dit vous en minimisez la portée : acquérir en permanence de la connaissance c’est s’armer pour se créer une individualité qui outre servir la communauté nous permettra de ne pas nous faire avoir trop facilement dans la vie. De de ne pas nous laisser nous faire noyer dans la masse. Vous m’avez déjà entendu parler de ces moutons qui suivent aveuglément leur metua quand il s’agit de voter, qui pensent par procuration. Il faut que la nouvelle génération de polynésiens que vous êtes ne se laisse plus jamais confisquer sa capacité d’analyse, sa faculté à exercer son libre arbitre.

Et pour y parvenir, il faut renouer avec tout ce qui est susceptible d’éveiller la curiosité, de s’enrichir par l’accès à une connaissance qui peut forger une identité et ça c’est une mission pour vous les parents qu’il ne faut ni prendre à la légère ni imposer dans un cadre austère. Cela pourrait commencer par une nuit au musée…

Article précedent

JOURNAL DE 07:30 LE 19/05/17

Article suivant

Service minimum dans les aéroports des îles ce weekend

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Se cultiver pour ne pas se faire abuser… – Edito 19/05/2017