EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

S’éloigner pour mieux se rapprocher … – Edito lundi 02/12/2019

(Activez les sous-titres dans la vidéo pour lire le texte synchronisé)

Quand on est trop dedans on finit par se mettre des œillères. Focalisé sur ce qui ne va pas, boosté par un système qui a érigé au rang de vertu le fait de faire le buzz à tout prix, on prend aussi le risque de devenir démago sans s’en rendre compte tellement on donne une importance qu’elle ne mérite pas à l’opinion de quelques haters bien trop prolixes sur les réseaux sociaux. En gros on finit par s’oublier soi-même.

Ainsi prendre le temps, prendre suffisamment de recul voire même de hauteur, à ça de bon qu’il permet, en s’affranchissant du diktat de la performance, de redécouvrir la société qui nous entoure, et plus important encore, se redécouvrir soi-même.

Car sans avoir la prétention de m’ériger en psy, juste en témoin, j’en suis arrivé à la conclusion personnelle que ce qui met en fait principalement en péril l’équilibre vertueux de la société humaine et par ricochet celui du berceau de la vie, notre planète Terre, c’est possiblement le manque de distance.

En oubliant de faire preuve de sagesse dans notre quotidien, nous nous déshumanisons au fur et à mesure. La communauté des humains se délite au profit d’une société égocentrée qui pave une voie royale à l’avènement des individus les plus opportunistes. Ceux-là même qui sont parvenus grâce à cela à transformer leur médiocrité en une forme d’intelligence aux accents de bon sens et qui donne la parfaite illusion de servir la collectivité alors que le but réel est d’asseoir un pouvoir, une autorité pour mieux la spolier.

La sagesse c’est par exemple prendre le temps de l’analyse, c’est préférer nourrir son libre arbitre par la discussion, le débat, en s’étant au préalable assuré que la réflexion engagée se base sur des faits vérifiés et non pas sur une fake news ou une rumeur. C’est aussi contrôler sa colère et sa capacité à invectiver en tant que pure réflexe. C’est juste ne pas oublier de tenter à tout prix d’abord d’aimer et ensuite aviser.

Alors on se rendra sans doute compte que non, comme certains le disent ou l’écrivent, nous n’assistons pas à l’effondrement de la société polynésienne à cause de toutes ces affaires d’ice, de violence, d’insécurité urbaine, etc. Nul besoin non plus de stigmatiser un touriste étranger en fonction de son origine en se persuadant qu’il trimballe sûrement de la drogue dans son fondement, on s’épargnera ainsi quelques images mentales bien superflues vous en conviendrez … La mondialisation a simplement happé dans son galop notre Fenua par la force des choses et du temps qui passe. A nous tous d’en assurer la solidité des fondations pour éviter qu’il ne s’écroule pas comme un château de cartes, en ne nous reniant pas en tant qu’espèce douée de conscience.

Misons dessus, il n’est pas trop tard pour changer d’atmosphère et nous embrasser les yeux ouverts dans notre jardin d’hiver …

Article précedent

Toast de hummus avocat

Article suivant

Opération « échange ton vieux casque » avant Noël

1 Commentaire

  1. Jocelyne
    2 décembre 2019 à 10h57 — Répondre

    Retour d’Alexandre, ah, enfin, youpi, youpi, youpi…

Laisser un commentaire

PARTAGER

S’éloigner pour mieux se rapprocher … – Edito lundi 02/12/2019