INTERNATIONAL

Somalie: une attaque en cours contre un hôtel de Mogadiscio

Mogadiscio (AFP) – Un hôtel de la capitale somalienne Mogadiscio était la cible samedi après-midi d’une attaque à l’explosif et à l’arme automatique, un mode opératoire utilisé à plusieurs reprises ces derniers mois par les insurgés islamistes shebab.

L’attaque a débuté vers 16H30 locales (13H30 GMT) par une très forte explosion suivie de tirs à l’arme automatique, selon un photographe de l’AFP et un témoin.

« Il y a des tirs retentissants à l’intérieur de l’hôtel. Ces tirs ont commencé après une forte explosion », a raconté à l’AFP Abdihafid Mudey, un homme vivant non loin de l’hôtel attaqué, le Naasa Hablood. « Nous ne savons pas ce qui se passe car nous sommes au sol » pour nous protéger, a ajouté ce témoin, interrogé peu après 16H30. 

Plusieurs sources sécuritaires ont confirmé à l’AFP qu’une attaque était en cours, sans toutefois être en mesure de donner plus de détails.

Les journalistes de l’AFP ont entendu deux autres explosions de moindre puissance plus d’une demi-heure après la première.

Les forces de sécurité, notamment les forces spéciales somaliennes, ont bouclé l’accès au quartier, a constaté un photographe de l’AFP.

L’hôtel visé, le Naasa Hablood, est un établissement souvent fréquenté par des hommes politiques et des membres de la diaspora somalienne. Il est situé au niveau du Kilomètre 4, dans la partie sud (BIEN sud) de la capitale.

L’attaque intervient un peu plus de trois semaines après celle de l’hôtel Ambassador, qui avait fait 10 morts le 1er juin. Le face-à-face entre les assaillants et les forces de sécurité avaient alors duré plus de douze heures. 

– Mode opératoire récurrent –

Les shebab, affiliés à Al-Qaïda, ont mené ces derniers mois plusieurs opérations contre certains des hôtels les plus en vue de la capitale somalienne, avec un mode opératoire à chaque fois similaire: un véhicule piégé est lancé à vive allure par un chauffeur kamikaze contre l’enceinte souvent fortifiée de l’établissement. Puis un commando armé pénètre à l’intérieur de l’établissement pour abattre la clientèle et le personnel.

Le 1er novembre dernier, une douzaine de personnes avaient ainsi été tuées dans l’attaque de l’hôtel Sahafi, situé au centre de Mogadiscio et fréquenté par des parlementaires, des fonctionnaires et des hommes d’affaires.

Plus récemment, fin février, ils avaient aussi attaqué l’hôtel YSL situé dans le centre-ville de la capitale somalienne avec une voiture remplie d’explosifs. Mais ils n’étaient pas parvenus à pénétrer dans l’établissement.

Confrontés à la puissance de feu supérieure de la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom), déployée en 2007 en Somalie, les shebab ont été chassés de Mogadiscio en août 2011.

Ils ont ensuite perdu l’essentiel de leurs bastions mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d’où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides – souvent jusque dans la capitale – contre les symboles du fragile gouvernement somalien ou contre l’Amisom.

Ces derniers mois, ils ont revendiqué des opérations spectaculaires, tant à Mogadiscio que contre des bases de l’Amisom.

Courant janvier, ils ont ainsi entièrement détruit une base du contingent kényan de l’Amisom à El-Adde, dans le sud de la Somalie, troisième attaque en quelques mois contre des bases de l’Amisom, au cours desquelles les shebab ont fait main basse sur de l’armement et d’importantes quantités d’explosifs.

Un membre des forces de sécurité somaliennes près du site de l'attentat à Mogadiscio, le 9 mai 2016. © AFP

© AFP MOHAMED ABDIWAHAB
Un membre des forces de sécurité somaliennes près du site de l’attentat à Mogadiscio, le 9 mai 2016

Article précedent

Syrie: au moins 47 morts dans des raids, selon une ONG

Article suivant

Lord Hill, l'eurosceptique britannique convaincu par l'Europe

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Somalie: une attaque en cours contre un hôtel de Mogadiscio