EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Sommes-nous déjà foutus ? – Edito 06/05/2020

Personnellement je ne l’avais pas vu venir dans ces proportions. Bien entendu j’ai vu évoluer une tendance au fil des années et j’ai participé à mon petit niveau aux mises en garde de circonstance en tentant le plus souvent d’utiliser l’humour comme angle d’attaque. Mais jamais je ne me serais imaginé que nous tomberions aussi bas, aussi vite. Le catalyseur aura été la peur d’attraper le covid-19 à laquelle s’ajoute un climat anxiogène inédit renforcé par le confinement.

Nous voilà donc à vivre dans un monde où le dernier qui a parlé a raison, même en cas de démentis ultérieurs ou de démonstrations inverses. N’importe qui fait une vidéo, y dit n’importe quoi ou presque et se retrouve propulsé au rang de chevalier blanc ou de nouveau prophète venant délivrer des vérités que l’on nous cacherait. Je fais bien entendu notamment allusion aux vidéos de ce brave docker qui s’avère lui-même surpris de la viralité de sa pseudo blague. Il a beau revenir sur ses propos, les expliquer, les contextualiser, mordicus, malgré tout nombreux sont ceux qui préfèrent se complaire dans une effrayante paranoïa.

Quelque chose s’est brisé, et j’ai peur que ce ne soit totalement irrémédiable. Aujourd’hui les personnes qui ont un minimum d’esprit cartésien sont en fait marginalisées sur les relais d’opinion. Y sont largement majoritaires ceux qui partent du postulat que l’on nous ment sur tout, que les médias et les politiques sans distinction sont complices, que l’on nous veut d’abord du mal et si possible sur la base du scénario le plus tordu soit-il.

Je n’ai jamais autant écrit sur les complotistes qu’en 2020. Mais je me rends compte que s’il n’est pas bon de tous les mettre dans le même sac – car certaines théories qui comptent des adeptes sont bien moins dangereuses que d’autres – il n’en demeure pas moins que ce qui était une tendance s’est transformée en une nouvelle réalité. Nous voilà confrontés partout dans notre quotidien à un monde que tout ou presque veut nous imposer de regarder à travers un prisme déformant. Cela finit par être usant car même des jeunes gens que vous estimiez brillants deviennent paresseux de la bienveillance, ont tellement la haine qu’ils se mettent à dérailler complètement. On appuie sur un bouton et on fait en sorte de tout mélanger exprès. Au regard de la rumeur tendance du moment on propose une nouvelle lecture d’anciens articles à charge sur untel ou untel pour les diaboliser et leur faire incarner l’origine de tous nos maux. Personne n’est jamais tout blanc, personne, mais m’imaginer Bill Gates trafiquer des vaccins via sa fondation pour asservir l’humanité tout en finançant en sous-main le déploiement de la soi-disant mortifère 5G : ça et le reste, ça donne mal à la tête. Pire même, le fait de dévoyer à ce point éhontément notre intellect donne mal à notre humanité et à terme sonnera son glas.

Article précedent

Journal de 7:30, le 06/05/2020

Article suivant

L'Université de la Polynésie Française rouvre partiellement aux étudiants ce lundi 11 mai

5 Commentaires

  1. Indie
    6 mai 2020 à 16h16 — Répondre

    La vraie question aurait été : sommes nous vraiment victimes d’un complot? Le capitalisme détruit la.Nature, les banques règnent sur le monde, les politiciens et les médias sont corrompus par les lobbies, les lobbies nous servent de la malbouffe, big pharma a tout fait pour supprimer les médecines douces, bull gates veut sauver le monde mais s’acharne à trouver des vaccins qui pourtant tuent des centaines de milliers d’africains, d’indiens et asiatiques, au lieu de créer des technologies de survie pour ces pays pauvres. La 5G sera encore plus nocive pour la santé et la France installe pendant le confinement des centaines d’antennes 5G partout en france (et ici en Polynésie ? ) . Avec tout le respect que je vous dois monsieur, je vous demande de revoir vos références journalistiques. Tout ce que j’ai cité plus haut ça fait déjà beaucoup pour penser que les gouvernements n’ont aucun scrupules à agir pour notre bien à contre sens. Si les cartésiens commençaient à rejoindre l’idée de Dieu, nous le peuple croyant, serait bien plus heureux aujourd’hui. Je dis bien croyant et pas.forcément religieux, car même la religion cache des faux culs et malfrats. Quand on croit en Dieu, on agit toujours pour le bien de tous et pas seulement pour une bande de privilégiés, quand on est croyant, on aime et respecte la Nature, et son prochain. Quand on est croyant, on est rempli de sagesse qui nous donne assez de compassion, même pour nos pires ennemis. Ce qui évite la punition, concept animal qui ne mène à rien d’autre qu’à pire. Et quand on est croyant et qu’on lit la bible, on s’aperçoit que les prophètes avaient raison. Tout ce qui arrive aujourd’hui à été prophétisé. Et ce qui arrive aujourd’hui est du a l’éloignement de l’homme de Dieu, de la Nature, du respect de l’autre. Pensez vous que les financiers respectent la Nature? Et Dieu encore moins je le conçois. Vos confrères d’Arte révèlent que la France est bien en train d’établir un état de.surveillance de sa population, qu’elle.investit des milliards dans ces nouveaux systèmes de surveillance N’avez vous pas peur que votre France libre devienne une dictature ? Réveillez vous monsieur et défendez nos paranos, car il est toujours préférable de prévenir que de guerrir. Merci

    • 6 mai 2020 à 16h25 — Répondre

      Monsieur j’approuve avec joie votre commentaire sous mon édito tant il illustre parfaitement mon propos. Vous êtes la démonstration flagrante de la paranoïa dangereuse dont je fais état. Tout votre exposé en préambule est un ramassis de rumeurs et de contre vérités complotistes dangereuses sans aucun fondement, vous me voyez donc ravi d’avoir les références journalistiques qui sont les miennes. Et pour finir non je n’ai pas peur Monsieur, car à force je préfèrerais presque une bonne dictature éclairée qu’une démocratie qui donne du pouvoir à des décérébrés.

  2. simone grand
    7 mai 2020 à 7h45 — Répondre

    D’accord avec toi Alexandre. Le plus inquiétant à la limite du gag d’humour noir, c’est à quel point certains de nos amis mêmes habituellement plutôt cool semblent chercher partout des délires anxiogènes et les répandent pour alimenter une paranoia pouvant générer des paniques mortifères. L’isolement semble avoir amplifié cette tendance. C’est comme un mécanisme enclenché dont on ne sait où il s’arrêtera. Courage pour entretenir encore et toujours l’intelligence qui n’a pas peur de dire: « Je me suis trompé » et stimule les neurones sans jamais se soumettre.

  3. lesagetahiti
    8 mai 2020 à 15h42 — Répondre

    Simone et Alexandre,

    Voilà de quoi rassurer sur l’équilibre mental qui est le votre;
    il est vrai que me parviennent de métropole de telles références anxiogènes, qui n’épargnent pas certains de mes proches;
    il est vrai qu’ils ne sont pas encore déconfinés;
    mais même à Tahiti,me semble-t-il, nous en avons les séquelles;

    si on les écoutait tous, ça en serait à désespérer de l’intelligence humaine; nos concitoyens, nos frères sont-ils tellement atteints, que la solution qui nous reste serait une retraite sage comme l’auteur des Essais ?

  4. simone grand
    14 mai 2020 à 23h42 — Répondre

    Salut Alexandre et Lesage TAhiti, heureusement que nous sommes quelques uns à rire de nous mêmes tant d’autres sont inquiétants et dénués de tout humour. J’ignore qu’en conclure pour l’instant, mais je viens de lire avec intérêt « La peur en Occident » de Jean Delumeau. Nous sommes en plein dedans. Comme si les épidémies déclenchaient des mécanismes sociaux générant des prophètes de malheur avides de désigner des boucs émissaires à exécuter en victimes expiatoires de leurs terreurs intimes. illustrant ce fabuleux auteur espagnol pour qui : Le sommeil de la raison engendre des monstres.
    Amitiés
    Simone

Laisser un commentaire

PARTAGER

Sommes-nous déjà foutus ? – Edito 06/05/2020