INTERNATIONAL

Soudan du Sud: le calme semble revenu à Juba

Juba (AFP) – Le calme semblait être de retour mardi matin à Juba, la capitale du Soudan du Sud, au lendemain d’un cessez-le-feu annoncé après quatre jours de combats meurtriers entre forces loyalistes et ex-rebelles, a rapporté un correspondant de l’AFP.

Contrairement aux jours précédents, aucun coup de feu ou tir d’artillerie n’était entendu, aucun char ne circulait dans les rues et aucun hélicoptère de combat n’était visible dans le ciel de Juba, selon la même source et des médias locaux.

« La situation est calme tout près de l’aéroport », où de violents combats avaient éclaté lundi, a par ailleurs affirmé à l’AFP August Mayai, un habitant de Juba.

« Il y a des gens dans la rue, clairement pas autant qu’un jour normal, mais il y a des gens dans la rue », a-t-il ajouté.

De vendredi soir à lundi, Juba a été le théâtre d’affrontements entre forces loyalistes fidèles au président Salva Kiir, et les ex-rebelles répondant aux ordres du vice-président Riek Machar.

Ces violences ont fait craindre une reprise des combats dans tout le pays, déchiré depuis décembre 2013 par une guerre civile ayant fait plusieurs dizaines de milliers de morts et près de trois millions de déplacés.

Ces nouveaux combats ont fait « plus de 300 morts » dans la seule journée de vendredi, selon le ministre de l’Information, Michael Makuei, mais aucun bilan n’est disponible pour les jours suivants.

Ils ont fait suite à une altercation meurtrière jeudi soir entre membres des deux camps à un des nombreux barrages de la ville, dans des circonstances encore floues.

Vendredi, des tirs d’armes automatiques avaient été entendus aux abords immédiats du palais présidentiel, où MM. Kiir et Machar étaient réunis pour une conférence de presse.

Lundi soir, les deux dirigeants ont finalement ordonné à leurs troupes respectives de cesser les hostilités. La communauté internationale réclamait depuis plusieurs jours la fin des combats, qui ont coïncidé avec le cinquième anniversaire samedi de l’accession à l’indépendance du Soudan du Sud.

Presque au même moment, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a réclamé « un embargo immédiat sur les armes » destinées au pays, de nouvelles « sanctions ciblées » contre les fauteurs de troubles et appelé à « renforcer la mission de l’ONU au Soudan du Sud » (Minuss) en la dotant notamment d’hélicoptères de combat.

Ces combats mettent en péril l’accord de paix du 26 août 2015, dont la mise en œuvre est très compliquée depuis le retour fin avril de Riek Machar dans la capitale sud-soudanaise.

Des civils réfugiés dans une camp le 11 juillet 2016 à Tomping à Juba. © AFP

© UNMISS/AFP BEATRICE MATEGWA
Des civils réfugiés dans une camp le 11 juillet 2016 à Tomping à Juba

Article précedent

Dernière semaine de concours pour le Heiva

Article suivant

Erai te toa no avera, de Rurutu à la scène de To’ata

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Soudan du Sud: le calme semble revenu à Juba