ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Subvention à la presse écrite : pour l’élu Tapura Teina Maraeura « c’est du copinage »

Les élus du Tahoeraa et du Tavini se sont opposés à loi du Pays relative au dispositif d’aide à l’acheminement de la presse écrite de Tahiti dans les îles à hauteur de 36 millions de Fcfp par an. Ils considèrent que « il y a une injustice, et que cela sert toujours aux mêmes » ou encore que c’est de la « démagogie ». Pour l’élu Tapura et tavana de Rangiroa, Teina Maraeura, « C’est du copinage (…). Il y a d’autres problèmes que le territoire peut prendre en charge ».  

La loi du Pays relative au dispositif d’aide à l’acheminement de la presse écrite (soit Tahiti Infos et La Dépêche de Tahiti) dans les îles a été voté à 39 voix pour et 13 contre lors de la 5e séance de la session budgétaire.

Makalio Folituu, membre du Cesec et rapporteur de ce texte, était présent à l’assemblée pour rappeler l’avis défavorable d’une grande majorité des membres. Il en a rappelé d’ailleurs les grandes recommandations, telles que la mise en place de bibliothèques ou encore le passage au numérique. Le CESC considère que ce projet de loi qui vise à la mise en place d’un prix unique de La Dépêche « ne paraît ni justifié ni prioritaire, car il relève de la libre régulation du marché et risque d’aggraver » sa situation par rapport à son concurrent.

À lire aussi : Le CESC dit non à l’aide pour acheminer les quotidiens dans les archipels

L’élu Tapura et tavana de Rangiroa Teina Maraeura est sorti lors du vote. Il considère que ce dispositif est du « copinage ». Un engagement qu’il avait pris lors de l’étude de ce texte en commission, car pour lui « il y a d’autres problèmes que le territoire peut prendre en charge, pas la presse, pas les journaux (…). On est en train d’interdire le plastique et on nous envoie du papier ».

Du côté du Tahoeraa, tous ont voté contre ce projet de loi. Geffry Salmon estime que cette mesure va « favoriser un groupe de presse qui connaît déjà des difficultés économiques et fait l’objet d’une procédure de redressement judiciaire ». Et comme le Cesec, le Tahoeraa considère que « la radio constitue le principal moyen d’information des Polynésiens dans les archipels éloignés ». La 1ère magistrate de Uturoa Sylviane Terooatea considère que « il y a une injustice qui sert toujours les mêmes (…) ».

Les élus du Tavini ont eux aussi voté contre ce projet de loi. Teumere Atger a qualifié ce projet de loi de « démagogique ». Elle va même jusqu’à la dérision en proposant aussi la prise en charge du Journal officiel de la Polynésie pour développer la lecture au fenua. L’élue n’a pas participé au vote arguant que « cette entreprise reste redevable à mon égard d’une dette dont elle ne s’est toujours pas acquittée à ce jour ».

De son côté le président du Pays Édouard Fritch affirme que ce projet de loi est destiné à « plus favoriser la lecture et faciliter l’accès à l’information de nos populations des îles (…). Pourquoi voulez-vous que nos populations des îles soient pénalisées par le coût de la presse (…) ?. Il y a des matières comme cela qui doivent être préservées ». Pour le président du Pays, la prise en charge de l‘envoi de ces quotidiens par bateau n’est pas à l’ordre du jour car il considère que « l’actualité doit se lire dans les 24 heures, dans les 48 heures au plus tard (…). Par avion cela arrive dans l’heure donc on a choisi l’avion ». Quant à ce qui relève du « copinage « , Édouard Fritch affirme ne pas comprendre cette remarque puisque « c’est quand même pour eux que l’on fait cela (…) Pour eux l’accès à l’information doit être sélectif, c’est réservé à une classe de la population mais pas les autres ? C’est comme cela que j’interprète ».

À lire aussi : Une subvention à la presse écrite pour encourager la pratique de la lecture

Article précedent

Course poursuite à Papeete

Article suivant

Un lexique tahitien-français-anglais

1 Commentaire

  1. MATA
    29 novembre 2019 à 7h59 — Répondre

    Lol…favoriser la lecture? Il y a des moyens plus simple comme la mise en place d’une bibliothèque dans les mairies…et pour les news ben y a la radio qui suffit amplement pour le peu d’infos intéressantes. Alors cette subventions sert-elle à un idéal sociétal ou à favoriser la propagande électorale à l’approche des communales? Subventionner encore les plus riches pour favoriser l’écart des richesses; une belle preuve d’irresponsabilité et d’intérêts ciblés…triste et à vomir. teina mareura qui s’insurge contre le copinage c’est le monde à l’envers, la girouette d’antan aurait-elle perdue le nord? Comme quoi on nous prends toujours pour des C..!!!

Répondre à MATA Annuler la réponse.

PARTAGER

Subvention à la presse écrite : pour l’élu Tapura Teina Maraeura « c’est du copinage »