EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Sur la route : le far west – Edito 19/01/2017

S’il y a bien une chose qui en agace plus d’un, c’est le comportement de certains automobilistes sur les routes. Une jeune fille a d’ailleurs laissé un cri du cœur sur notre répondeur il y deux jours pour se plaindre des personnes à qui on cède le passage et qui n’ont même pas un petit geste de gratitude.

Mais il y a évidemment bien plus grave. Parfois vous avez vraiment l’impression de tomber sur des frustrés de la vie. Ils voient que vous cherchez à vous rabattre depuis un moment, ils ont de la place sur la file d’à côté, ils pourraient donc vous faciliter les choses mais non. C’est du vécut, ils préfèrent accélérer pour vous empêcher de manœuvrer au risque de provoquer un accident en vous obligeant à freiner in extremis. Bien entendu ceux qui se le permettent sont le plus souvent au volant de véritables tanks, des gros 4X4 rutilants.

Non, ce n’est pas de la jalousie, je suis très content de ce que j’ai mais j’ai sincèrement remarqué, sans pour autant généraliser, que plus on en a une grosse et plus on est sûr de soi. De voiture hein, vous me suivez j’espère… Mais c’est plus que de l’assurance là, à un certain moment c’est de la déconnexion par rapport à la réalité. Ils donnent l’impression que parce qu’ils sont plus haut, qu’ils ont plus de carrosserie, ils ont donc une sorte de priorité sur tout, sur vous, et partent du postulat que c’est à vous de dégager la voie même si vous êtes dans votre bon droit. Car on sent vraiment que ce qui se passe dans l’habitacle est susceptible de transpirer à l’extérieur à la moindre occasion. Ils n’hésiteront pas ainsi à rester plantés là où ils sont, vous laissant vous démener pour sortir d’une place de parking au supermarché par exemple. Rajoutez à cela les palpables relents xénophobes d’une frange d’entre eux et vous êtes bons pour avaler des couleuvres car c’est encore le meilleur moyen de ne pas envenimer les choses.

Je pourrais vous faire un édito de deux heures sur le sujet tant il y a matière mais je vais m’abstenir. C’est tellement absurde de se mettre soi-même et autrui en danger pour de la fierté. Elle risque de se payer très cher un jour ou l’autre. Et à propos de gens sûrs d’eux, je ne risque pas de me faire de nouveaux amis mais tant pis. Je crois qu’il faut rappeler des évidences notamment pour certains conducteurs de deux-roues. En ce moment même, si vous m’écoutez sur votre autoradio, vous venez peut-être de vivre la situation que je vais vous décrire. Comme si c’était un dû, on vous klaxonne ou on tape sur votre carrosserie pour que vous vous écartiez et que vous les laissiez passer entre deux files. Non mais c’est quoi ce délire ? Le code de la route est le même à ce niveau là quand on a 4 roues ou deux. Où est-il écrit qu’on doive penser à se coller contre la rambarde de sécurité parce qu’ils doivent absolument nous dépasser que ce soit par la droite ou la gauche.

Les accidents de la route font encore bien trop de morts au Fenua, et si en plus à l’alcool et au Paka on doit rajouter l’incivisme et l’orgueil démesuré on ne va pas s’en sortir. Alors s’il-vous-plait, surtout avec cette météo pourrie sachez ne pas risquer gros pour de si petites satisfactions…

Article précedent

Vendée Globe: Armel Le Cléac'h triomphe avec majesté

Article suivant

Piornal, le village où l'on chasse le mal à coups de navets

2 Commentaires

  1. MATA
    21 janvier 2017 à 5h45 — Répondre

    Exactement Monsieur Talercio vous avez fait mouche. L’orgueil mal placé de certains automobilistes fait courir un réel danger pour bon nombre d’usagers. Il y a une corrélation entre le sujet évoqué et le nombre de carombolage car si vous avez le malheur de vous situer sur la voie de gauche et surtout de respecter les limitations de vitesse on vous colle au train sous prétexte d’une urgence alors que 5 mètres devant il y a des bouchons. D’autant que malheur à vous si vous le bloquez histoire de lui donner une leçon car pris d’un sursaut de crise épileptique cumulé à un syndrome de « gilles de la trourette » le chauffard zigzaguera de gauche à droite juste pour te prouver qu’il est le « aito de la route » au risque de percuter une voiture et de tuer toute une famille. Des agissements inqualifiables alors qu’en Polynésie rien ne justifie l’empressement sauf volonté de démontrer sa supériorité au volant et forcément sa stupidité…tristement ils sont nombreux.

  2. David Ruffieux
    21 janvier 2017 à 9h33 — Répondre

    L’incivisme est une chose très pénible qui rend la vie en société moins agréable. La voiture transforme certains, comme un nourisson qui aimerait que son pénis soit déjà celui d’un adulte, c’est très bien expliqué en psychologie. Le mec (ce sont rarement des femmes!) se transforme en Mr Hyde fou qui ne rêve que d’une chose : être le roi sur la route. Les plus dangereux sont souvent les mêmes. A Moorea, alcool + 4×4 = je te colle aux fesses, pour te montrer que c’est moi le chef.

    On a encore, ce cas de figure: le mec est bourré au volant, il roule à 30km/h en faisant des zigzags, on le dépasse en faisant attention, mais le mec ivre n’est pas content, il accélère et te dépasse, yahoo! Au risque de faire un accident. etc.etc. Restons zen.

    L’éducation encore et toujours joue également un rôle primordial en matière de civisme : Un psychologue m’a expliqué qu’on se construit une personnalité sociale routière en prenant le meilleur de sa maman et de son papa…Moralité: si vous faîtes des enfants, donnez-vous la peine d’être des exemples pour eux. Les enfants c’est comme les idées, il ne suffit pas d’en avoir, il faut les élever.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Sur la route : le far west – Edito 19/01/2017