INTERNATIONAL

Syrie: Alep brûle mais des nouvelles négociations sur la trêve

Alep (Syrie) (AFP) – Les quartiers rebelles d’Alep étaient en feu jeudi tandis que les principaux pays impliqués dans la crise syrienne tentaient de nouveau de ressusciter à New York un cessez-le-feu qui a rendu l’âme cette semaine.

Les Nations unies ont repris leur aide humanitaire suspendue en Syrie après l’attaque meurtrière contre un convoi mardi. Un convoi humanitaire a été envoyé vers une zone assiégée dans la périphérie de Damas, a annoncé jeudi un porte-parole à Genève.

Les chefs de la diplomatie américaine et russe se réunissent avec plusieurs de leurs homologues dans la soirée à la suite de l’appel pressant du secrétaire général de l’Onu Ban Ki-moon, qui a averti que « tout peut basculer d’un côté comme de l’autre » en Syrie.

La précédente trêve, initiée par Moscou et Washington, a volé en éclat lundi, provoquant une reprise des combats sur tous les fronts dans cette guerre qui ravage le pays depuis cinq ans.

Des violents combats se déroulaient jeudi dans les quartiers périphériques d’Alep alors que le centre des quartiers rebelles était en feu à la suite d’intenses bombardements.

Un correspondant de l’AFP a ainsi rapporté que son quartier de Boustane al-Qasr était ravagé par des incendies combattus toute la nuit par les pompiers volontaires. Les militants anti-régime appartenant au Aleppo Media Center ont mis en cause l’utilisation de « bombes au phosphore ».

Sur une vidéo diffusée par ce Centre, une boule de feu illumine le ciel au dessus de ce qui apparait être Alep avec des éclairs à l’horizon.

« Horribles images de bâtiments résidentiels en feu après des raids du régime/russes avec des bombes au phosphore sur Alep », a affirmé dans un tweet un journaliste citoyen, Hadi al-Abdallah. 

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a relevé que 14 raids avaient visé les quartiers rebelles de Boustane al-Qasr et al-Kallasé.

Pour son directeur Rami Abdel Rahmane, il s’agit « des frappes les plus intenses depuis des mois » sur ces deux quartiers. Elles ont tué sept personnes, dont trois femmes et trois enfants.

L’OSDH a fait également état de violents combats dans le quartier sud-ouest de de Ramoussa, où les rebelles tentent d’enrayer une offensive gouvernementale.

Des affrontements ont en outre lieu dans les provinces centrales de Hama et Homs, et dans les régions rurales à l’est de Damas, la Ghouta orientale, qui est un bastion des insurgés.

– Reprise des convois d’aide –

Malgré cette violence, les efforts diplomatiques se poursuivent à New York avec une nouvelle réunion du groupe international de soutien à la Syrie (GISS), qui rassemble 23 pays et organisations internationales.

Le GISS, co-présidé par les États-Unis et la Russie, s’est déjà réuni cette semaine pour tenter de prendre des mesures afin de tenter de mettre fin à une guerre qui a fait plus de 300.000 morts.

La dernière trêve avait été l’aboutissement des discussions marathon entre le secrétaire d’Etat américain John Kerry et son homologue russe Serguei Lavrov à Genève.

Mais elle a volé en éclats lorsque, lundi soir, l’armée syrienne annonçait la fin d’une semaine d’arrêt des combats.

M. Lavrov n’a pas fermé la porte à un retour de la trêve mais a toutefois affirmé qu’il « ne pouvait plus y avoir de pause unilatérale » par l’armée du président Bachar al-Assad, accusant l’opposition d’avoir repris les hostilités.

Il a insisté pour que la liste des groupes « terroristes » non couverts par l’accord de trêve soir revu à la hausse. 

Prudent sur la reprise de la trêve, M. Kerry a affirmé:  « cela va être difficile ».

A New York, les deux chefs de la diplomatie multiplient les contacts malgré une passe d’arme glaciale au Conseil de sécurité de l’ONU mercredi.

Ils se sont d’abord entretenus par téléphone « à l’initiative des Américains » avant de se rencontrer, accompagnés de leur délégation, pour « continuer à discuter du problème du règlement (du conflit) syrien », selon un message publié par le ministère dans la nuit de mercredi à jeudi.

Quelques heures plus tôt, M. Kerry avait exigé que Moscou « cloue au sol » les avions syriens et « interdise » à Damas de bombarder l’opposition et les civils.

En réponse, l’ambassadeur syrien à l’ONU, Bachar al-Jaafari, a accusé les Etats-Unis de conduire une « guerre de propagande immonde », pendant que son pays combat « des dizaines de milliers de terroristes ».

A Moscou, le ministère de la Défense a pour sa part affirmé qu’un drone Predator de la coalition militaire pilotée par Washington se trouvait dans le secteur de la frappe de lundi contre un convoi humanitaire. Le Pentagone a démenti cette information. L’ONU a annoncé jeudi la reprise de ses acheminements d’aide par la route en envoyant un convoi humanitaire vers une zone assiégée proche de Damas.

Un homme recherche des victimes dans les ruines de bâtiments après des raids aériens, le 21 septembre 2016 à Alep, en Syrie. © AFP

© AFP AMEER ALHALBI
Un homme recherche des victimes dans les ruines de bâtiments après des raids aériens, le 21 septembre 2016 à Alep, en Syrie

e7f6e451067c5ffd45ea953b580473aa87943d8a
Article précedent

Ligue 1: PSG, prise de tête ?

163fe1467d34916fb0a978cc5645c073b406a915
Article suivant

Morandini: garde à vue prolongée pour l'animateur dans l'affaire de "corruption de mineurs"

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Syrie: Alep brûle mais des nouvelles négociations sur la trêve