INTERNATIONAL

Syrie: deux groupes jihadistes annoncent leur rapprochement

Beyrouth (AFP) – Le Front Fateh al-Cham, deuxième plus importante organisation jihadiste en Syrie, a annoncé dimanche qu’il reprenait sous son aile les combattants radicaux de Jound al-Aqsa, un groupe désigné comme « entité terroriste » par Washington.

Ce rapprochement pourrait, selon des experts, accentuer l’image radicale de Fateh al-Cham, qui avait pourtant justifié en juillet sa rupture avec Al-Qaïda par sa volonté de se rapprocher de la rébellion non-jihadiste.

L’annonce a été publiée sur le compte Twitter de Fateh al-Cham, ex-Front al-Nosra, ancienne branche syrienne d’Al-Qaïda. Ecrit à la main, le communiqué est signé par les chefs des deux parties.

Avant d’être un groupe indépendant, Jound al-Aqsa avait été affilié à Al-Nosra, lui-même faisant l’objet de sanctions américaines.

Cette annonce intervient alors que, depuis trois jours, de violents combats opposent Jound al-Aqsa à des groupes rebelles dans le nord-ouest de la Syrie, alors qu’ils sont censés être tous alliés contre le régime de Bachar al-Assad. 

Les affrontements, qui ont éclaté dans la province d’Idleb après des arrestations mutuelles, ont poussé Fateh al-Cham à mener une médiation, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Les rebelles, notamment l’influent groupe islamiste Ahrar al-Cham, accusent des chefs de Jound al-Aqsa d’être liés au groupe Etat islamique (EI), principale organisation jihadiste en Syrie mais ennemi mortel des rebelles.

« En vue de surmonter la lutte interne qui ne profite qu’au régime, nous, Jound al-Aqsa, annonçons que nous prêtons allégeance au Front Fateh al-Cham », indique le communiqué.

Or, « cette allégeance va renforcer l’influence des éléments les plus radicaux », estime Romain Caillet, consultant sur les questions islamistes.

« Le Front Fateh al-Cham s’est présenté comme faisant partie de la rébellion, mais en prenant Jound al-Aqsa sous son aile, il joint ses forces à un groupe considéré (…) par chacune des factions de l’opposition comme un paravent de l’EI », explique à l’AFP Charles Lister, du Middle East Institute.

« Fateh al-Cham montre que la protection de jihadistes, même ceux assez extrémistes pour être frappés du label EI, est plus importante que celle de l’opposition au sein de laquelle il a tellement essayer de s’incruster », poursuit l’expert.

Cette question est une pierre d’achoppement dans les pourparlers sur la Syrie entre la Russie et les Etats-Unis, parrains respectifs du régime et de l’opposition.

Mocou accuse Washington de « protéger » Fateh al-Cham et de n’avoir pas tenu sa promesse de séparer ce groupe de ses alliés rebelles « modérés » sur le terrain.

Les Américains accusent de leur côté les Russes de bombarder sans distinction rebelles et jihadistes et affirment maintenir Fateh al-Cham dans les « groupes terroristes ».

Des combattants du Front Fateh al-Cham, ancien Front Al-Nosra allié à Al-Qaïda, prennent des positions à Alep le 6 août 2016. © AFP

© AFP/Archives Omar haj kadour
Des combattants du Front Fateh al-Cham, ancien Front Al-Nosra allié à Al-Qaïda, prennent des positions à Alep le 6 août 2016

43bd847f979b0d644f83c43b1ff98e09c70d81ee
Article précedent

Ingrid Betancourt rend hommage à Sarkozy, "un homme digne d'être président"

f5a20392748b69a6c96247fe749acb942f467e46
Article suivant

Pas de répit à Alep après un nouvel échec diplomatique à l'ONU

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Syrie: deux groupes jihadistes annoncent leur rapprochement